Catégories
Histoire

Il y a trois ans : le couvre-feu dans Bangkok

C’était il y a à peine trois ans, mais aujourd’hui ces scènes de pillages et de violence semblent presque irréelles alors que la Thaïlande a retrouvé une forme pacifique: l’occupation du centre de Bangkok par les alliés de Thaksin prenait fin dans un chaos indescriptible.

C’était il y a à peine trois ans, mais aujourd’hui ces scènes de pillages et de violence semblent presque irréelles alors que la Thaïlande a retrouvé une forme pacifique: l’occupation du centre de Bangkok par les alliés de Thaksin prenait fin dans un chaos indescriptible.

Les dirigeants de l’UDD  lançaient des appels au meurtre et à « mettre le feu partout » sur la place publique. Le mirage de la souriante et pacifique Thaïlande disparaissait derrière la fumée opaque des shopping center et des barricades de pneus en flamme.

Bangkok war zone
Le centre de Bangkok transformé en zone de guerre, titre le Bangkok Post le 15 mai 2010, quatre jours avant l’assaut final.

Personne n’avait encore entendu parler de Yingluck Shinawatra, la plus jeune soeur de Thaksin, qui dirigeait alors une entreprise de promotion immobilière. Mais Thaksin a fait preuve d’une incroyable résilience pour atteindre son but: après avoir tenté sans succès de mettre le pays à feu et à sang pour provoquer une guerre civile, il remportera finalement la victoire par les urnes.

Voici quelques extraits de ce que nous avons publié à l’époque :

Scènes de pillages, couvre-feu et incendies volontaires : les chemises rouges sont en roue libre dans la capitale thailandaise qui offre le spectacle d’une ville en état de siège livrée à la violence gratuite de petites bandes armées.Complètement débordée par son aile gauchiste, celle qui a fait capoter les négociations pour l’organisation d’élections en accord avec le plan de paix du gouvernement, l’UDD est maintenant totalement déconsidérée alors qu’il y a une dizaine de jours un accord était à portée de main pour de nouvelles élections.

La direction de l’UDD, ou plutôt l’absence de direction, porte une lourde responsabilité dans l’enchainement de violences qui a commencé aujourd’hui. Elle a transformé un mouvement de masse, au départ pacifique, en une fraction minoritaire livrée à des leaders extrémistes et irresponsables.

A n’en pas douter, le pouvoir va sauter sur l’occasion pour organiser une repression sans merci, provoquant un cycle de repression/attentats qui risque de durer longtemps.

D’habitude ce sont les flics infiltrés qui organisent des provocations dans les mouvements de masse pour permettre aux forces de l’ordre d’intervenir et pour déconsidérer les manifestants : le gouvernement thaïlandais n’a même pas eu besoin de se donner cette peine. L’UDD a elle même organisé la présence de milices para militaires lourdement armées parmi les manifestant, utilisant des civils, femmes et enfants, comme bouclier humain.

Provoquer un maximum de violence pour déstabiliser le gouvernement

L’UDD a finalement atteint ce qui a toujours été son but : le maximum de violence et de destruction pour tenter de déstabiliser le gouvernement et provoquer un retour de Thaksin au pouvoir, et de ses milliards sur son compte en banque.

Les pro Thaksin ont fait preuve de leur totale mauvaise foi en refusant l’offre du gouvernement qui correspondait au mandat qui leur avait été donné par leur base : l’organisation de nouvelles élections anticipées. Ce faisant ils ont traité avec un profond mépris les masses qui leur ont fait confiance, parfois au péril de leur vie.

L’Ambassade demande donc aux ressortissants français se trouvant actuellement à Bangkok de rester à leur domicile et d’éviter de se tenir à proximité des fenêtres et balcons. S’ils doivent impérativement se déplacer, la plus grande vigilance est requise, à pied comme en voiture.

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

4 réponses sur « Il y a trois ans : le couvre-feu dans Bangkok »

La verite est loint d’etre ouverte ! Sachant que c’est l’ancien premier ministre Abhisite qui a ordonne a l’armee de tirer a balles reelles sur la population et des infermieres .Pour se defendre les chemises rouge essaient de recuperer les armes sur les soldats . Mais la veritee est loint de ce qu’on croit . Abhisit devait normalement etre en prison mais il est toujour en liberte et continue a faire de la promotion pour son parti ??

Quand on est journaliste on doit rester neutre et reflechis de ce qu’on ecrit pas comme ici .

Et comme d’habitude, les farangs, marié à 99% à des filles Isaan venant de région pro-taksin, ont perdu leur liberté de penser. C’est pas parce que Taksin a arrosé de bahts les régions les plus pauvres mais aussi les plus peuplées pour s’assurer des électeurs que cela en fait un héros démocrate…

Visiblement le rédacteur de cet article n’a qu’une connaissance très limitée de la vie politique thaïlandaise !

Appel au meurtre, mais que je sache c’est bien les militaires qui ont assassine 92 chemises rouge non armée et non l’inverse.

Laisser un commentaire