Catégories
Edito

Obelix en Mordovie

c’est bien de gagner de l’argent, mais c’est mal d’être riche ! C’est l’internement en HP garanti. On a beau être tombé dans la potion magique quand on était petit, la France est parfois un pays difficile à comprendre, surtout vue de l’étranger.

La folie médiatique qui a transformé le plus célèbre et désormais controversé de nos acteurs en héros pour certains, et en minable pour les autres, est à la hauteur de l’hystérie que provoque en France le débat sur la fiscalité.

Cette façon de désigner à la vindicte un individu, y compris par les dirigeants d’un pays alors que celui-ci ne fait qu’user de son droit le plus élémentaire de voter avec les pieds,  fait en vérité assez peur.

Aujourd’hui, Depardieu est venu à symboliser la lutte d’un individu libre contre la folie coercitive de l’Etat. Gérard Depardieu n’a eu droit qu’à peu de considération pour avoir payé 145 millions d’euros d’impôt, de quoi financer la part de l’Etat dans l’aéroport Notre-Dame-des-Landes ainsi que tous les salaires de Jean-Marc Ayrault au cours de sa longue carrière de fonctionnaire.

écrivent Aurélien Véron, Anne Bourdu, Gaspard Koenig et Charles Beigbeder, membres dirigeants du Parti Liberal Démocrate dans la Tribune.

Depardieu Obelix en Mordovie
L’affaire Depardieu symbolise la schizophrénie des Français: ils veulent s’enrichir, mais ils n’aiment pas les riches. Allez expliquer ça à un Chinois ou un Thaïlandais !

La réalité c’est que l’instrumentalisation politique de la fiscalité en France a atteint un tel niveau, que toute tentative de réflexion, et donc de réforme, est désormais impossible. Pourtant la France n’est pas le seul pays à souffrir d’un surendettement: le vieillissement général de nos populations  et conjugué à une protection sociale obsolète, fait que nous ne pouvons plus financer indéfiniment nos dépenses sans changer nos habitudes. D’autres pays, au premier rang desquels la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, sont dans la même situation.

Mais la France est le seul pays à attiser pour des raisons électoralistes, l’envie, la jalousie et la haine de ceux qui ont réussi, alors que dans les autres pays ils servent de modèle. Tous les pays se battent pour conserver les entrepreneurs et en attirer d’autres, mais la France fait tout pour les stigmatiser.

Dans ces conditions comment faire croire aux jeunes susceptibles d’entreprendre et de créer des entreprises et des emplois, qu’ils peuvent réussir en France sans aller voir ailleurs, qu’ils seront bien vus par la collectivité et considérés comme autre chose que des pigeons ou des moutons à tondre.

 C’est le révélateur d’un peuple mal à l’aise avec lui-même: en France, les riches sont mécontents parce qu’ils sont dénigrés, montrés du doigt. Les pauvres le sont aussi, parce qu’ils sont au chômage ou menacés de l’être. Tous sont tentés de partir et admirent Gérard, qui ose le faire. Il est celui que tous voudraient être: multiple, insaisissable, refusant toute hiérarchie, tout à la fois Gavroche et Jean Valjean.

écrit Jacques Attali dans le Point

Selon une enquête Ifop pour Prêt d’Union,  76 % des Français trouvent que «c’est une bonne chose de vouloir gagner de l’argent et de devenir riche», mais une large majorité estime qu’être riche est «mal» (78 %), voire «très mal» (21 %) perçu en France. Et la volonté d’enrichissement n’apparaît pas comme une valeur suffisamment mise en avant dans la société française: moins d’un tiers des sondés considère que «la société encourage les Français à gagner de l’argent et à devenir riches».

Allez expliquer ça à un Américain, à un Thaïlandais ou un Chinois: c’est bien de gagner de l’argent, mais c’est mal d’être riche ! C’est l’internement en HP garanti. On a beau être tombé dans la potion magique quand on était petit, la France est parfois un pays difficile à comprendre, surtout vue de l’étranger.

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

  • C’est bien de gagner de l’argent.
    Ce n’est pas mal d’être riche.
    Ce n’est pas bien de ne pas être solidaire quand on est un favorisé.
    Est-ce si difficile à comprendre?

  • c’est l’internement en HP garanti !!!! chers lecteurs et tout le peuple de France faites comme l’auteur , de ces articles aus fines analyses , installez-vous dans de véritables démocarties telles la Russie , la Chine (et hong kong ) etc…..etc…..fuyez fuyez , et lorsqu’il n’y aura plus de France , thailander écrira sur la Chine , mais ce sera une autre affaire !!!!

  • non mais, ou est le probleme de payer une surtaxe provisoire au decu d’un revenu annuel de 100 millions d’euros. oui depardieu est minable a tout points de vues. encenser poutine comme democrate, il faut le faire. ensuite tout les tricheurs quittant la france pour ne pas contribuer aux impots sont aussi minables et egoistes. pendant que d’autres tirent la langue pour finir les fins de mois. certe, il y a a redire sur les faineants qui profitent de la societe, ce ne sont pas la majorite.

  • La vérité est beaucoup plus simple. Dans les pays occidentaux lourdement endettés, les électorats n’ont pas le choix entre des politiques pro- et anti-austérité, mais entre ceux qui sont prêts à dire la vérité aux électeurs et ceux qui prétendent qu’il n’y a qu’à fermer les yeux pour effacer plus de dix ans passés à emprunter au-dessus de nos moyens.

  • que l’auteur de ces articles , profondément anti français , se taise un peu et vante les mérites des belles démocraties que sont la Chine ou la Russie