Catégories
Actu

Pardon pour le python !

L’aéroport de Suvarnabhumi a présenté aujourd’hui ses excuses aux passagers après qu’un serpent a réussi à se glisser dans le salon des passagers de l’aéroport, enroulé autour d’un chariot à bagages.


Un petit serpent de 40 cm environ (oui c’est petit pour un python ….) a été repéré par les passagers sur un chariot chargé de trois bagages poussé par une femme en transit dans l’aéroport de Bangkok.

Une brève panique a éclaté dans le salon, forçant les gardes de sécurité à se précipiter pour se saisir du reptile.

Le serpent rapidement capturé par les gardes de sécurité s’est avéré être un serpent non venimeux, un python de 40 centimètres.

python
Pardon pour ce petit python. Source : http://www.tnamcot.com/content/377224

Dans une déclaration d’excuses publiée aujourd’hui, l’aéroport a déclaré que l’incident est survenu ce dimanche, au deuxième étage du hall d’arrivée.

Aucun passager n’a été blessé dans l’incident, mais les responsables de l’aéroport de Bangkok ont promis un renforcement des mesures de sécurité  pour empêcher tous les animaux venimeux de se glisser dans les bâtiments de l’aéroport.

Python pas câlin

Le même jour une touriste chinoise a été mordue au nez par un python, au cour d’un spectacle organisé dans un parc animalier.

L’incident est survenu ce dimanche dans un magasin géré par Phuket Bio Technology (Tambon Chalong district de Muang), qui vend des herbes médicinales et propose un spectacle animalier de serpent gratuit.

Pendant le spectacle les touristes ont la possibilité d’avoir leur photo prise avec un python, un serpent impressionnant mais non venimeux.

Ne pas embrasser un serpent sans son consentement

La femme chinoise a voulu se faire prendre en photo avec le reptile, mais alors qu’elle s’apprêtait à l’embrasser, le serpent l’a mordu sur le nez. La plaie a requis cinq points de suture.

https://youtu.be/3b7EfBR_woI

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire