Nouvelle flambée de violence à Bangkok

Au moins deux morts et 45 blessés dans des affrontements qui ont eu lieu à proximité du rassemblement des chemises rouges à Bangkok : la Thaïlande semble renouer avec la violence politique, qui avait déjà fait 90 morts en 2010.

Des incidents violents ont opposés les étudiants de l’université de Ramkhamhaeng et les Chemises Rouges après qu’ une étudiante a été attaqué par les chemises rouges parce qu’elle portait un sifflet autour du cou, selon The Nation.

Les étudiants rassemblés à proximité du stade où se tient le rassemblement des chemises rouges ont ensuite attaqué des bus et des taxis qui transportaient des militants pro Thaksin à coup de poing et de pierre.

Le spectre de  la violence politique

Plus de trois ans après les émeutes du printemps 2010, le spectre de la violence politique hante à nouveau la capitale thaïlandaise, alors que jusqu’à présent les manifestations de l’opposition Démocrate étaient restées pacifiques.

Mais cette fois le risque ne vient pas tant d’une intervention de la police ou de l’armée contre les manifestants comme en 2010, mais d’un affrontement direct entre partisans et opposants au gouvernement, comme cela fût le cas la nuit dernière dans le quartier de Ramkanhaeng où sont rassemblés les partisans de Thakin, plus connus comme « Chemises rouges ».

Depuis une semaines les manifestants ont réussi à envahir et paralyser plusieurs bâtiments publics et ministères, mais ils n’ont pas réussi à s’emparer du siège du gouvernement (Government House) placé sous haute protection policière.

La première ministre Yingluck Shinawatra a évacué les lieux qui sont protégés par deux rangées de blocs de béton et des rouleaux de barbelés. La police a tiré des gaz lacrymogènes contre des manifestants qui tentaient de passer les barricades en empilant des sacs de sable et des passerelles au dessus des barbelés.

Plusieurs milliers de policiers et de militaires sont déployés pour empêcher une nouvelle offensive des manifestants, qui ont annoncé la fin de leur action pour la fin de la journée du 1 er décembre.

Une improbable médiation de l’armée

L’armée restée très discrète depuis le début du conflit s’est manifestée pour la première fois aujourd’hui  : le général Prayuth s’est proposé comme médiateur entre les deux parties pour négocier une sortie de crise.

Une initiative qui a très peu de chances d’avoir des suites, car le temps joue en faveur du gouvernement : dans quatre jours, la Thaïlande doit fêter dignement le 86e anniversaire du roi, et il est impensable que les cérémonies soient perturbées par des manifestations.

Redaction Bangkok
Redaction Bangkok
La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Récents

33,612FansJ'aime
183FollowersSuivre
2,038FollowersSuivre
1,405FollowersSuivre
337AbonnésSouscrire