Catégories
Actu

Une dette de 50 000 bahts à l’origine du massacre de Korat

La Thaïlande toute entière est sous le choc car les fusillades meurtrières de cette ampleur impliquant des civils sont rares en Thaïlande

29 morts, 58 blessés dont 30 sont toujours hospitalisés : c’est le dernier bilan de la fusillade meurtrière qui a lieu à Korat hier dans le nord-est de la Thaïlande.

La Thaïlande toute entière est sous le choc car les fusillades impliquant des civils sont rares en Thaïlande, contrairement aux États-Unis et dans certains autres pays occidentaux où la possession d’armes à feu est répandue.

Le fait que le tueur soit un militaire impliqué dans des transactions immobilières, et qu’il ait pu aussi facilement s’emparer d’armes de guerre dans sa caserne fait aussi l’objet de nombreux commentaires sur les medias sociaux.

D’après la chaîne d’information ThaiPBS, une commission dans le cadre d’une transaction immobilière serait à l’origine du massacre perpétué par le Jakrapanth Thomma à Korat dont le nom officiel est Nakhon Ratchasima.

La première personne parmi les trois tuées au camp militaire de Suatham Phithak était son commandant et supérieur direct le colonel Ananrote Krasae, qui aurait participé à une transaction foncière impliquant les deux hommes.

Soldat et agent immobilier

D’après les premiers résultats de l’enquête, Jakrapanth travaillait pour Mme Anong Mitchan, promoteur immobilier et belle-mère de son commandant, le colonel Ananrote Krasae.

L’enquête a révélé que Jakrapanth avait servi d’intermédiaire avec certains de ses collègues pour l’achat de maisons ou des terrains appartenant à Mme Anong, lui rapportant des frais de courtage substantiels.

Un différend portant sur un dernier paiement, estimé à environ 50 000 bahts (environ 1470 €), serait à l’origine de la fusillade meurtrière déclenchée par Jakrapanth.

Une réunion a été organisée chez Mme Anong, dans le district de Muang à Nakhon Ratchasima, le samedi 8 février , avec le colonel Ananrote agissant en tant que médiateur.

Mais lorsque les pourparlers ont échoué, Jakrapanth a sorti son arme de service et a abattu Mme Anong et le colonel Ananrote.

Après avoir tué les deux personnes le soldat est ensuite retourné dans sa caserne, a abattu une sentinelle et s’est emparé de son fusil de service et de munitions.

Il a ensuite dérobé dans l’armurerie de la caserne un fusil d’assaut HK, une mitrailleuse M60 et près de 800 cartouches de munitions.

En quittant la caserne, il s’est emparé d’un Humvee (véhicule militaire blindé) pour se diriger vers le centre commercial Terminal 21 dans le centre-ville, ouvrant le feu au hasard sur des passants.

Les soldats thaïlandais sont souvent impliqués dans des activités secondaires, dont de nombreuses liées à la sécurité, pour augmenter leurs faibles revenus.

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

  • tant qu’il y aura de la corruption en Thailande,il y aura des victimes,Que cesse cette corruption et tout redeviendra normal

  • Il est ridicule de faire la comparaison euros bahts..les Genas vont dire tout ça pour 1500 euros. Il faut voir ce que l on peut faire et ce que représente 50 000 bahts en Thaïlande sachant que le salaire journalier est en moyenne 300 b soit 9000 b par mois…serait plus juste et pertinent