Image : Greenpeace

D’après une étude récente de Greenpeace, les pays membres de l’ASEAN (Association des Nations de l’Asie du Sud-Est) sont confrontés à une forte hausse des importations de déchets plastiques, aux effets dévastateurs sur la population et l’environnement.

Entre 2016 et 2018, les importations de déchets plastiques, en Asie du Sud-Est, ont plus que doublé passant de 836529 tonnes à 2265962 tonnes.

Ce week-end, les pays membres de l’ASEAN se sont réunis à Bangkok pour leur 34ème sommet. A l’agenda de cette rencontre, la lutte commune contre les débris marins.

A l’issue des discussions, les États membres ont signé la Déclaration de Bangkok, fixant les grandes lignes des actions à mener pour l’environnement.

Importation des déchets plastiques dans les pays de l'Asean
Importation des déchets plastiques dans les pays de l’Asean. Source : Greenpeace Asia. Graphique : Bangkok Post

Pourtant, selon les organisations environnementales, cette déclaration est insuffisante car elle occulte le problème principal : l’explosion de l’importation des déchets plastiques en Asie du Sud-Est.


L’embargo chinois et ses conséquences

Depuis que la Chine a interdit l’importation de déchets plastiques en juillet 2017, l’Asie du Sud-Est est devenue une décharge pour les déchets des pays occidentaux les plus riches. 

Cette augmentation a des effets désastreux pour les populations. D’après un rapport de Global Alliance for Incinerator Alternatives, les déchets plastiques provoquent la contamination de l’eau, altèrent les récoltes et déclenchent des maladies respiratoires.

De plus, ces déchets plastiques finissent généralement dans les océans, entraînant une forte pollution marine dont sont victimes notamment les baleines, qui meurent après avoir ingéré plusieurs kilogrammes de plastique.

Ce sont autant de raisons qui suscitent le mécontentement des populations, poussant certains Etats à réagir.

Les pays de l’Asean refusent « d’être la décharge mondiale »


D’après le porte-parole du gouvernement thaïlandais, Werachon Sukondhapatipak, tous les pays membres considèrent désormais la cause environnementale comme un enjeu principal, inscrite à leur agenda. 

Les Philippines et la Malaisie ont récemment annoncé des plans de renvoi de déchets provenant des pays occidentaux.

La Malaisie, suivie par la Thaïlande a décidé de réduire l’importation de déchets plastiques, avec l’objectif d’interdire définitivement ces importations dans les années à venir. 

Symbole de cette évolution, le renvoi médiatisé par la Malaisie de 3 000 tonnes de déchets plastiques aux pays exportateurs. 

Heng Kiah Chun, militant pour Greenpeace Malaisie, abonde dans ce sens et affirme qu’il est impératif que les pays de l’ASEAN se coordonnent pour mettre « fin à l’importation des déchets plastiques étrangers et mettent en place un système qui permet un monde durable sans plastique ». 

Un problème extérieur et intérieur

Les principaux pays responsables de la pollution par le plastique. Source : Greenpeace Asia. Graphique : Bangkok Post

Au-delà de cette prise de conscience, il n’en reste pas moins que la gestion des déchets extérieurs et intérieurs souffre d’une logistique défaillante avec des décharges à ciel ouvert mal exploitées, des collectes de déchets insuffisantes, un taux de recyclage très faible. 

Outre le problème des importations de déchets plastiques, les pays de l’ASEAN ne doivent pas éluder la surconsommation d’objets plastiques à usage unique.

A titre d’exemple, ce sont plus de 200 milliards de sacs plastiques qui sont utilisés chaque année en Thaïlande. 

Selon le département de contrôle de la pollution, la Thaïlande génère plus de deux millions de tonnes de déchets plastiques par an. Le rapport 2017 de Greenpeace indique que la Thaïlande est la sixième source de pollution plastique au monde, avec environ 1,03 million de tonne par an.

Cinq pays sur dix figurant sur cette liste sont des pays de l’Asean, à savoir l’Indonésie, les Philippines, le Vietnam et la Malaisie.

Selon Tara Buakamsri, directrice de Greenpeace en Thaïlande, il faut une volonté politique plus forte et des actions pour réduire les déchets plastiques ». Rien ne garantit pour cette dernière que les déchets seront bien recyclés, il faudrait « bannir le commerce de déchets plastiques ».

L’ASEAN, créée en 1967, regroupe le sultanat de Brunei, le Cambodge, l’Indonésie, le Laos, la Malaisie, le Myanmar, les Philippines, Singapour, la Thaïlande et le Vietnam.

4.3/5 (4 Reviews)

Laisser un commentaire