Le triangle d’or de l’Asie du Sud-Est – qui englobe le nord du Myanmar ( Birmanie ) et certaines régions du Laos et de la Thaïlande – est depuis longtemps une plaque tournante du trafic de drogue.

Alors que la culture de l’opium et le raffinage de l’héroïne ont diminué au cours de la dernière décennie, la production de méthamphétamine a largement comblé la brèche.

Au cours des deux dernières années, les saisies de méthamphétamine, sous sa forme la plus pure et la plus dangereuse, la “crystal meth”, ont décuplé en Thaïlande.

Fabriquées dans les États Shan et Kachin au Myanmar, les cargaisons de « meth » transitent souvent par la Thaïlande.

La méthamphétamine est commercialisée sous deux formes : la crystal meth (ou ice) sous forme de cristaux à fumer, et le yaba sous forme de comprimés à ingérer.

En 2018, Environ 18,4 tonnes de crystal meth, également appelée “ice” car son aspect se rapproche de la glace pilée, ont été saisies en Thaïlande, selon les statistiques préliminaires de l’Office du contrôle des stupéfiants (ONCB) du pays, examinées par Reuters.

Des saisies en forte augmentation

La police a déclaré que des groupes criminels asiatiques se sont alliés à des milices pro-gouvernementales et à des rebelles armés pour créer des « super laboratoires ». Les données de saisies exactes en 2018 devraient être publiées le mois prochain.

Les autorités thaïlandaises ont saisi 516 millions comprimés de méthamphétamine en 2018
Les autorités thaïlandaises ont saisi 516 millions comprimés de méthamphétamine en 2018

Elles sont estimées à plus du triple de la quantité interceptée dans l’ensemble de l’Asie du Sud-Est il y a cinq ans.

Les laboratoires illicites du Myanmar fabriquent également des comprimés de méthamphétamine mélangés à de la caféine, communément appelée «yaba»,  le médicament qui rend fou en langue thaï.

Les cachets sont très populaires auprès des travailleurs avec peu de moyens et occupant des emplois pénibles et répétitifs.

Des chimistes chinois


Selon la police régionale antidrogue, qui a requis l’anonymat, des chimistes sont amenés de Taiwan et de Chine pour gérer les laboratoires de méthamphétamine au Myanmar, tandis que les matières premières et le matériel de laboratoire proviennent principalement de Chine.

La police régionale a déclaré que la méthamphétamine en cristaux produite au Myanmar est la plus pure jamais vue. Selon un document d’information de l’ONCB examiné par Reuters, 99,92% de la méthamphétamine en cristaux saisie en Thaïlande au cours des six premiers mois de 2018 était pure à 90% ou plus.

516 millions comprimés de méthamphétamine

Les autorités thaïlandaises ont saisi 516 millions comprimés de méthamphétamine en 2018, soit plus du double de l’année précédente et quatre fois plus qu’en 2016.

Ya Ba
Les différents aspects des comprimés de méthamphétamine, plus connue sous le nom thaï de yaba, le médicament qui rend fou

Niyom Termrisuk, secrétaire général de l’ONCB, a déclaré à Reuters que, malgré la hausse des saisies, les prix de la méthamphétamine chutent, ce qui laisse supposer que le trafic est plus important que les saisies.

Le prix moyen d’une tablette de méthamphétamine était de 200 bahts (6,33 USD) en 2013. Selon les dernières données, pour 2017, une pilule de yaba peut être achetée pour seulement 80 bahts (2,50 USD), a-t-il déclaré.

4.1/5 (7 Reviews)

Laisser un commentaire