Catégories
Société

Football en Thaïlande : un championnat très professionnel

La Toyota Thai Premier League, le championnat national disputé en Thaïlande depuis 1996, commence en mars pour se terminer mi-décembre et est très suivi par les fans de football.

La Toyota Thai Premier League, le championnat national disputé en Thaïlande depuis 1996 de mars à décembre, compte 18 équipes, dont 8 à Bangkok.

La compétition est très suivie par les fans thaïlandais, en particulier à Bangkok qui compte pas moins de huit clubs (5 à Bangkok même, une à Samut Prakan, une à Nonthaburi et une à Pathum Thani).

Certaines équipes sont contrôlées par de grands groupes industriels: Bangkok Glass par Singha Corporation, Bangkok United par True Corporation, ou encore BEC Tero Sasana F.C. par la société de production Bec-Tero.

Outre des compagnies, des politiciens locaux contrôlent certains clubs, tel Suwat Liptapanlop, ancien leader du Chart Pattana Party et président du club Nakhon Ratchasima F.C. (Korat), ou encore le clan de l’ancien premier ministre Silpa-Archa au Suphanburi F.C.

Quant au Chonburi F.C., il est présidé par Wittaya Khunpluem, qui n’est autre que le fils du “parrain” de Chonburi Sontaya Kunpluem, dont un autre fils est le maire de Pattaya et un troisième l’ancien président du Pattaya F.C. en deuxième division.

L’armée en première division, et la police en deuxième

Aussi étrange que cela puisse paraître pour un Européen, l’armée contrôle directement deux clubs du championnat: Army United à Bangkok et le Navy F.C., basé à Sattahip.

Quant à la police, elle est représentée par le bien nommé club de Police United, mais en deuxième division.

Curieusement, la meilleure équipe, invaincue en 29 rencontres de championnat en 2015, se trouve en Isan, à Buriram, l’une des provinces les plus pauvres du pays.

Sous l’impulsion du politicien Newin Chidchob, qui a racheté le club de PEA pour le déplacer à Buriram en 2010, ce club est non seulement devenu le meilleur du Royaume mais il possède également le plus beau stade du championnat, le New I-mobile Stadium, un véritable chaudron pouvant accueillir 32 000 personnes.

Football en Thaïlande : L'armée contrôle directement deux clubs du championnat
L’armée contrôle directement deux clubs du championnat: Army United à Bangkok et le Navy F.C.

Lors de la phase de groupes de la ligue des Champions asiatiques 2015, Buriram United manqua d’un cheveu la qualification pour les huitièmes de finale, obtenant le même nombre de points qu’une équipe coréenne et que le champion du Japon en titre, le Gamba Osaka.

Leur meilleure performance dans cette compétition continentale reste toutefois l’année 2013 lorsque l’équipe se qualifia pour les quarts de finale, éliminée par une équipe iranienne. Depuis plus de 10 ans, Buriram United reste la seule équipe d’Asie du Sud-est à avoir atteint ce stade de la compétition.

Dans son effectif, chaque équipe a droit à un maximum de cinq joueurs étrangers, dont un joueur originaire d’un pays de l’AFC.

La majorité des joueurs étrangers sont des Brésiliens. On trouve aussi onze Japonais, huit Coréens, cinq Ivoiriens, quatre Espagnols, et quelques autres nationalités africaines, européennes ou asiatiques.

Trois joueurs français en première division

On trouve également trois Français en première division: Romain Gasmi à Bangkok United, l’expérimenté Mickael Murcy, ancien joueur du Paris F.C, au Chainat Hornbill, ainsi qu’un jeune franco-thaï international thaïlandais au Bec Tero Sasana, Tristan Do, ancien joueur du Gazelec d’Ajaccio.

Avec 27 buts en 29 matchs et 6 passes décisives, le Brésilien Diogo Luís Santo est la star du championnat. Ancien attaquant de l’Olympiakos en Grèce où il fut transféré pour 9 millions d’Euros en 2008 et de l’équipe de Palmeiras au Brésil en 2014, on imagine mal son salaire être en dessous du million de baht mensuel, signe du potentiel certain de la Thai Premier league pour attirer de bons joueurs.

chanatip
Du haut de ses 1m 58, Chanathip Songkrasin est surnommé le Messi thaïlandais

La totalité des joueurs de l’équipe nationale thaïlandaise joue dans le championnat local, y compris la pépite Charryl Chappuis, la star nationale Teerasil Dangda, le dynamiteur de défense Chanathip Songkrasin et le capitaine Theerathon Bunmathan, actuel meilleur passeur décisif de la compétition.

Football en Thaïlande : une soirée au stade de Muangthong

Pour nous faire une idée du championnat, nous avons assisté à la rencontre entre MuangThong United, meilleure équipe à Bangkok et dauphin de Buriram, et le Suphanburi F.C.

Football en Thaïlande : une soirée au stade de Muangthong
Football en Thaïlande : une soirée au stade de Muangthong



Le stade de Muangthong, dont le diminutif (MT UTD) et la couleur rouge rappellent curieusement Manchester United, possède un très joli stade moderne de 15 000 places avec des tribunes au plus près des joueurs.

Dû au terrain détrempé, la première mi-temps s’est résumée à des Kick and Rush à l’anglo-saxonne où les locaux touchèrent une fois les montants adverses.

Au retour des vestiaires, Muangthong United ouvre rapidement le score sur pénalty, puis double la mise quelques minutes plus tard grâce à une contre-attaque rondement menée par le Brésilien Cleiton Silva, lui permettant de s’offrir un doublé.

Assez amorphe jusque-là, Suphanburi réagit à partir du deuxième but, posant la balle au sol et décidant de jouer, résultant en deux jolis buts après deux intelligents décalages sur les côtés, deux beaux centres et deux têtes bien senties. La fin de match fut exaltante mais la rencontre se termine sur un match nul logique de 2 à 2.

Au niveau jeu, sans doute que les trois ou quatre meilleures formations du championnat pourraient être compétitives en Ligue 2 en France, malgré un jeu tactique et défensif un peu aléatoire.

Un jeu basé sur l’offensive

Par ailleurs, le score fleuve du match reflète assez bien le championnat, les équipes thaïes adoptant un jeu assez débridé, basé sur l’offensif.

Les buts pleuvent, en moyenne 2.8 par match contre 2.1 pour la Ligue 2, garantissant un spectacle à chaque match.
Au niveau ambiance, les supporteurs des deux équipes ont joyeusement chanté pendant tout le match.

L’atmosphère était amicale, sans agressivité, et les familles nombreuses.
Signe de la croissance du championnat thaïlandais, la fréquentation des stades est comparable à la ligue 2 en France, avec près de 7000 spectateurs en moyenne, soit une hausse de près de 30 % sur la saison précédente. Entre 120 et 500 baht la place, cela vaut le coup d’y faire un tour.
Pour voir les résumés de tous les matchs du championnat sur Youtube: https://www.youtube.com/user/TrueVisionsOfficial/videos