Info Publicité : VisaThailande.fr est une agence de visa agréée par l’ambassade royale de Thaïlande

Pour la première fois sur l’île de Koh Tao – située dans le golfe de Thaïlande – les habitants, et particulièrement les jeunes, peuvent obtenir une licence dans un club de football.

Avec 4 entraînements par semaine et grâce à l’investissement de toute l’équipe de bénévoles – dont notamment Mickael Bertrand, le cofondateur et président du club ainsi que Gabin Joly, coach bénévole et membre actif de l’association –  le Koh Tao Athletic Club vise à intégrer la ligue de football thaïlandaise. Budget, organisation, valeurs, Mickael et Gabin ont raconté à Thailandefr l’histoire du club, son futur, mais aussi ce qui le rend particulier.

Le Koh Tao Athletic Club est le premier club de football basé sur l’île de Koh Tao en Thaïlande, comment est venue l’idée de créer cette structure ? 

Mickael : « Ça va faire un peu plus de 4 mois que l’on a créé le club. Aujourd’hui, on a une trentaine d’enfants et 5 bénévoles dont des Thaïs et des étrangers. Avec le covid-19, tout s’est éteint sur l’île. J’ai vu des enfants qui voulaient faire du foot, on a organisé des matchs et là je me suis dit : ‘je veux ouvrir mon club !’ »

Matériel, terrain, locaux, comment vous organisez-vous ? 

Gabin : « Sur Koh Tao, il n’y a qu’un terrain qui est privé. On a donc négocié pour pouvoir l’avoir pour l’équivalent de 270 € par an (10 000 baht). On a acheté le matériel : plots, ballons. De plus, Décathlon nous aide puisqu’on bénéficie de bons de réduction. »

En plus de cette aide de la part de Décathlon, comment faites-vous financièrement ? 

Mickael : « On n’a pas beaucoup d’argent. Pour “survivre” – même si je n’aime pas ce mot – il y a un investissement personnel c’est sûr, mais ça avance doucement. Nous avons le Nomade média qui est notre sponsor, nous avons d’autres discussions en cours. Le club a également échangé avec les autorités de l’île et des rencontres sont prévues, notamment avec l’école de Koh Tao. Pour le moment, la licence pour les jeunes coûte 3000 baht (environ 80 €) l’année, mais ça va peut-être diminuer, cela va dépendre des sponsors que l’on trouvera.

Qu’est-ce que cela apporte aux enfants de faire partie du Koh Tao Athletic Club  ? 

Il faut voir comme ils sont heureux. Ils viennent nous saluer, nous font des checks, des câlins. Être dans ce club, ça leur apporte un certain cadre, ils apprennent le football, le jeu en équipe. Puis c’est devenu plus qu’une équipe de football, maintenant ils mangent ensemble, ils vont à la plage ensemble etc… On a confiance en eux, ils ont confiance en nous. »

Gabin : « En plus, ils apprennent l’anglais ! Ce n’est que bénéfique pour eux parce que sur l’île il n’y a aucune autre activité à part la plongée, mais qui est une activité très coûteuse. »

Afin de concrétiser les entraînements des jeunes licenciés, y-a-t’il des rencontres sportives de prévues ? 

Mickael : « Nous avons un match prévu à Koh Samui en janvier. Les jeunes sont super excités, mais ils n’y croient pas trop (rires). En fait, ils n’arrivent pas encore à imaginer, mais lorsque je leur ai annoncé la nouvelle, ils étaient comme des fous ! 

Si au niveau sportif et humain les jeunes ont beaucoup à gagner, quelles sont les valeurs que tu veux faire passer dans ce club ? 

“S’unir pour devenir plus fort”, c’est la devise du club, et elle représente bien les valeurs que l’on veut partager et apprendre à nos jeunes. On ne va pas gagner la ligue des champions, mais si on arrive à faire des rencontres régulières comme celle qui se tiendra en janvier et développer le club c’est super ! 

En Europe, et notamment en France, le football est très démocratisé, mais quel est le statut de ce sport en Thaïlande ? 

La place du football et l’intérêt qui lui est porté monte de plus en plus, c’est en développement, mais c’est sûr que c’est loin d’être reconnu comme en France ou ailleurs en Europe. »

Gabin : « Le pays en général, tout comme les Thaïlandais les plus aisés, essayent de plus en plus de sponsoriser les grosses équipes et de mettre en avant les bons joueurs. Ça avance doucement, c’est positif ! »

Propos recueillis par Alizée LE MOAL. 

A propos de cet auteur