Selon une étude, plus de la moitié des Thaïlandais approuvent la vente de contenu pornographique sur les plateformes sociales alors que les autorités du pays punissent sévèrement cette pratique.

Depuis la pandémie, de nombreuses plateformes et réseaux sociaux explosent comme OnlyFans qui compte désormais 130 millions d’utilisateurs et 2 millions de créateurs.

Une tendance mondiale qui s’est développée dans l’Hexagone, mais aussi en Thaïlande. Cette plateforme de créateurs est notamment réputée pour ses profils érotiques et pornographiques accessibles aux utilisateurs via un abonnement mensuel payant.

Les jeunes Thaïlandais plus tolérants

Du 29 septembre au 5 octobre derniers, Milieu Insight – une société d’analyse et de recherche sur la consommation – a mené une enquête concernant l’avis des Thaïlandais sur le travail du sexe en ligne.

Sur les 831 sondés âgés de 18 à 72 ans, 52 % estiment que la vente de contenu sexuel sur des plateformes sociales contre de l’argent est acceptable.

“Cela pourrait être dû au fait qu’un plus grand nombre de jeunes Thaïlandais sont plus ouverts sur le sexe ou qu’ils considèrent qu’OnlyFans, en tant que plateforme de création de contenu, est un moyen de revenu en ces temps difficiles où la Thaïlande sort de la pandémie”, a expliqué Juda Kanaprach, cofondateur et directeur général de Milieu Insight.

En effet, si près de 70 % des plus de 45 ans s’opposent à cette tendance, ils sont 76 % des moins de 24 ans à approuver cette pratique

213fd80d onyfans sondage - thailande-fr
Source: milieu.eu

Des pratiques passibles de prison

Pourtant, en Thaïlande, produire un tel contenu est passible d’amende et même de prison ! En effet, publier via un système informatique des données dites “obscènes” ou “pornographiques” accessibles au public est passible d’une peine de prison de 5 ans et/ou d’une amende ne dépassant pas 100 000 bahts

Cette année, les autorités thaïlandaises ont serré la vis concernant le contenu pornographique sur internet et le mois dernier, la police du pays a explicitement interdit aux créateurs de produire du contenu sur le territoire thaïlandais.

Une décision prise suite à la convocation par la police de la « star » d’OnlyFans Kai Nao pour avoir “créé des clips pornographiques par le biais du service et incité d’autres personnes à rejoindre le service pour gagner de l’argent”, ont rapporté nos confrères du Pattaya News.

Si la jeune femme de 19 ans arrêtée a été remise en liberté sous caution, elle risque tout de même 3 ans de prison. Malheureusement, son histoire est semblable à celle de milliers d’autres Thaïlandais…

En effet, cette étudiante en droit a perdu son job étudiant suite à l’épidémie de covid-19, et a été contrainte de se tourner vers la pornographie en ligne sur OnlyFans.

Toutefois, cette étude pourrait permettre aux travailleurs et travailleuses du sexe sur internet d’acquérir plus de crédibilité aux yeux des autorités thaïlandaises dans le futur.

Sources :  Milieu Insight, The Pattayanews, Libération, melty, HuffPost.