Selon CNN, au lendemain de la découverte d’un premier cas de variole du singe sur le territoire chinois, l’un des plus hauts responsables de santé publique en Chine a appelé à ne pas avoir « de contact peau à peau avec des étrangers ». 

Wu Zunyou, épidémiologiste en chef au Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, a écrit samedi sur la plate-forme chinoise de type Twitter Weibo que les restrictions covid-19 du pays et les contrôles stricts aux frontières avaient jusqu’à présent empêché la propagation de la variole du singe – jusqu’à ce qu’un cas « passe à travers les mailles du filet ».

« Il est nécessaire et important de renforcer la surveillance et la prévention de la variole du singe », a écrit Wu dans son message, soulignant le risque de propagation de la maladie par les voyages internationaux et les contacts étroits. Il a donné cinq recommandations pour le public – la première étant : « N’ayez pas de contact peau à peau avec des étrangers ».

Ce cas a été détecté dans la municipalité de Chongqing, dans le sud-ouest du pays. Une « arrivée internationale » était en quarantaine obligatoire pour le Covid-19 lorsque l’infection a été découverte, selon les autorités locales – cependant, elles n’ont pas précisé si la personne était étrangère ou chinoise.

Des cas de variole du singe, qui provoque des symptômes pseudo-grippaux et des lésions ressemblant à des cloques, ont commencé à apparaître dans le monde entier en mai. Les États-Unis ont signalé 23 500 cas jusqu’à présent cette année, selon les Centers for Disease Control and Prevention des États-Unis.

La recommandation a suscité la controverse sur Weibo, certains louant ses conseils comme raisonnables et d’autres exprimant leur soulagement de ne pas connaître beaucoup d’étrangers. « C’est bien d’ouvrir la porte du pays, mais nous ne pouvons pas tout laisser entrer », a écrit un utilisateur de Weibo.

Mais d’autres ont critiqué le message de Wu comme discriminatoire et nuisible, plusieurs établissant des parallèles avec la vague de xénophobie et de violence à laquelle les Asiatiques à l’étranger étaient confrontés au début de la pandémie de Covid-19.

« C’est un peu comme quand la pandémie a commencé, quand certaines personnes à l’étranger ont évité tout Chinois qu’elles voyaient par peur », a écrit un utilisateur de Weibo. « Je ne crois pas que ces deux choses aient un fondement scientifique, elles sont trop larges et exacerberont la panique du public. »

D’autres ont souligné qu’il y avait beaucoup de travailleurs étrangers et de résidents de longue date en Chine qui n’auraient pas quitté le pays récemment et ne seraient donc pas plus susceptibles d’être infectés que les citoyens chinois.

La fatigue du zero Covid

Le débat sur le post de Wu et d’autres avertissements partagés par les médias d’État chinois met en évidence la fatigue covid partagée par beaucoup en Chine continentale, où près de trois ans de restrictions strictes ont perturbé la vie quotidienne et plongé l’économie dans la tourmente.

La Chine continentale a certaines des règles Covid les plus strictes au monde, y compris les restrictions aux frontières, les quarantaines obligatoires, les exigences de distanciation sociale et les confinements instantanés qui ont laissé les résidents piégés de manière inattendue dans des immeubles de bureaux ou des centres commerciaux.

Au plus fort de l’épidémie dans le pays ce printemps, les grandes villes ont été verrouillées avec peu de préavis et des informations souvent déroutantes de la part des autorités.

Shanghai, par exemple, a été fermée à quelques jours seulement après que les responsables ont insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de plans pour une telle mesure, laissant beaucoup de ses résidents incapables d’accéder à la nourriture, aux soins médicaux ou à d’autres fournitures de base.

A propos de cet auteur

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.