La Commission électorale (CE) de Thaïlande est sévèrement critiquée pour sa gestion approximative du comptage et de l’annonce des résultats des élections législatives du 24 mars.

Sur le réseaux sociaux et dans les médias thaïlandais, bon nombre d’électeurs commencent à se demander si le décompte des voix a été fait de manière stricte et équitable.

Un système de décompte très complexe

A ceci s’ajoute la confusion supplémentaire issue de la complexité du mode de scrutin qui divise les 500 députés en deux collèges : ceux élus directement dans les circonscriptions (350) et ceux élus sur une liste présentée par chaque parti (150).

Les résultats publiés sur ce graphique sont une extrapolation des résultats définitifs à partir des scores réalisés dans les 350 circonscriptions.

Pour le moment la Commission n’est en mesure que d’annoncer les résultats du premier collège portant sur 350 sièges. Le restant ne pourra être confirmé qu’une fois le décompte total des voix terminé.

Les estimations publiées qui portent sur le nombre total de sièges sont donc des extrapolations obtenues à partir des premiers résultats portant sur les 350 sièges de circonscription.

Ceci étant la Commission fait l’objet de nombreuses critiques pour avoir publié des résultats confus et contradictoires affichés par son système de rapport rapide dimanche soir.

Le décompte des voix montrant que le parti pro-junte Phalang Pracharat dépasse le Pheu Thai, a fait surpris beaucoup de monde.

Des observateurs ont fait remarquer des mystérieux afflux de voix qui ont dépassé de loin le taux moyen de participation dans de certaines circonscriptions.

Plus de deux millions de votes annulés

Des interrogations sont également apparues sur le nombre exceptionnellement élevé, plus de 2 millions, de votes «annulés» pour non conformité des bulletins.

La décision de la Commission de reporter l’annonce des résultats à lundi a été un motif de frustration supplémentaire pour les électeurs, alors que la Commission s’était engagée antérieurement à terminer le décompte de 95% des votes d’ici dimanche soir.

Pas de calculatrice…

Le public n’a pas non plus beaucoup apprécié les déclarations du président de la CE, Ittiporn Boonpracong, qui a déclaré hier soir qu’il ne pouvait pas dire combien d’électeurs étaient concernés par les premiers résultats car il ne disposait pas d’une « calculatrice ».

Quelques 400 000 signatures ont également été collectées sur le site changement.org pour une demande visant à révoquer les commissaires aux élections pour avoir manqué de professionnalisme dans leur mission de tenir des élections libres et équitables.

4.3/5 (7 Reviews)

Laisser un commentaire