Catégories
Politique

171 enseignants tués dans le sud de la Thaïlande depuis 2004

Les provinces frontalières de la Thaïlande avec la Malaisie, à majorité musulmane, recensent déjà plus de 5900 morts et 1000 blessés depuis le début du conflit. Cette année seulement, les autorités ont enregistré 40 morts.

Human Rights Watch a encore une fois pointé du doigt les attaques des séparatistes du sud de la Thaïlande envers des enseignants et des civils. En effet, depuis janvier 2014, les insurgés auraient tué trois professeurs thaïs bouddhistes dans une région déchirée par les conflits depuis une dizaine d’années.

Brian Adams, directeur de l’ONG en Asie, a dénoncé dans un récent communiqué :

« Les séparatistes doivent arrêter d’attaquer ceux qui éduquent les enfants. Les séparatistes dans le sud de la Thaïlande commettent des crimes lorsqu’ils mutilent et tuent des professeurs et des citoyens. »

Les provinces frontalières avec la Malaisie, à majorité musulmane, recensent déjà plus de 5900 morts et 1000 blessés depuis le début du conflit. Cette année seulement, les autorités ont enregistré 40 morts.

Une école protégée par l'armée dans le sud musulman de la Thaïlande. Photo David Hogsholt/Reportage by Getty Images
Une école protégée par l’armée dans le sud musulman de la Thaïlande. Photo hrw.org. David Hogsholt/Reportage by Getty Images

Plus récemment, le 20 mars dernier, les insurgés ont tué Somsri Tanyakaset, un professeur de 39 ans dans une école de Narathiwat, alors qu’elle rentrait chez elle. Le 14 mars, Siriporn Srichai, professeure âgée de 43 ans a également été tuée en se rendant à l’école de  Tabing Ting où elle travaillait à Pattani.

Les enseignants, cibles privilégiés des insurgés

Les forces séparatistes ont tué au moins 171 enseignants, et ont incendié et fait exploser plus de 300 écoles publiques en 10 ans dans les provinces frontalières du sud.

Selon les auteurs de ces crimes, les attaques envers les enseignants seraient en fait une forme de représailles envers les violences commises par les forces de sécurité thaïlandaises et les milices pro-gouvernementales contre les musulmans malais.

De plus, les écoles étant un fort symbole de l’Etat, les populations musulmanes s’y attaquent afin d’éradiquer tout signe fort du royaume, dans le but de faire fuir les populations bouddhistes thaïlandaises de ce qu’ils appellent la terre des Musulmans malais.

Source : http://www.hrw.org/news/2014/03/30/thailand-separatists-targeting-teachers-south

Par Pauline Bouveau

Étudiante en Master 1
Nouvelles Pratiques Journalistiques
Université Lumière Lyon 2