Catégories
Politique

Calme précaire en Thaïlande

L’état d’urgence est levé à Bangkok, où la situation est redevenue normale, mais les problèmes restent entier. La flambée de violence des dernières semaines à de nouveau terni l’image du royaume, qui semble incapable de trouver une solution à une crise politique qui dure depuis trop longtemps.

En apparence le Premier ministre Abhisit Vejjajiva a remporté une nette victoire : quelques jours lui ont suffi, pour reprendre le contrôle de la situation et mettre fin à l’agitation dans la capitale. En moins de 24 heures, l’armée est intervenu contre les opposants, et après deux jours d’affrontements qui ont fait au total 2 morts et 123 blessés, l’ordre règne à Bangkok. L’actuel  Premier ministre a donc prouvé qu’il disposait ainsi du soutien de l’armée thaïlandaise, une donnée capitale dans un pays qui a connu pas moins de 18 coups d’État depuis 1932

Le contraste est saisissant avec la situation du précédent gouvernement (dirigé par Somchai Wongsawat, le beau-frère de Thaksin) qui avait assisté impuissant à la montée en force des “chemises jaunes”, sans recevoir le moindre secours de la police et de l’armée.

Mais la question de fond demeure : qui gouverne en Thaïlande, et avec quelle légitimité ?

government house
L'opposition n'a pas réussi à déstabiliser le gouvernement thaïlandais, qui a obtenu le soutien des militaires

Si la légitimité d’un gouvernement se mesure uniquement à ses résultats électoraux, l’actuel gouvernement devrait céder la place à une autre formation. Car la protestation des “chemises rouges”, bien qu’ organisée et manipulée par Thaksin, repose néanmoins sur une interrogation légitime, à savoir les conditions légales de l’exercice et de l’attribution du pouvoir. Pour les partisans de l’ex Premier Ministre Thaksin Shinawatra, la collusion entre royalistes, militaires et le Parti Démocrate a accouché d’un gouvernement  jamais élu, et qui  n’a aucune légitimité à leurs yeux.

La victoire d’Abhisit Vejjajiva ne peut être que provisoire, tant que ce problème de fond n’est pas résolu. L’actuel conflit ne peut pas se résumer à un conflit personnel entre Thaksin et l’armée; ou encore  à l’opposition de deux camps, l’un urbain, éduqué et royaliste  et  l’autre rural, plus pauvre qui regrette le populisme thaksinien.

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.