La police birmane a tiré à balles réelles sur les manifestants dimanche et au moins 18 personnes ont été tuées au cours de la journée la plus meurtrière depuis le coup d’État militaire du 1er février, ont déclaré les Nations Unies, appelant la communauté internationale à agir pour mettre fin à la répression.

Balles réelles en Birmanie

Des manifestants ont essuyé des tirs dans diverses parties de Yangon après que des grenades assourdissantes, des gaz lacrymogènes et des tirs en l’air n’ont pas réussi à disperser les manifestations.

Balles en caoutchouc en Thaïlande

A Bangkok les manifestants anti-gouvernementaux se sont dispersés après des affrontements avec la police anti-émeute qui a tiré des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour les empêcher de s’approcher de la résidence du Premier ministre Prayut Chan-o-cha.

Il s’agissait de la manifestation anti-Prayut la plus violente de ces dernières semaines avec des manifestants qui ont lancé des projectiles sur des centaines de policiers anti-émeute gardant le premier bataillon d’infanterie du premier régiment de la garde royale.

Au moins 33 personnes, dont 23 policiers et 10 manifestants anti-gouvernementaux, ont été blessées lors d’affrontements devant la caserne du 1er régiment d’infanterie à Vibhavadi Rangsit dimanche soir, selon le centre d’urgence d’Erawan.

La police a répondu avec des gaz lacrymogènes, des balles en caoutchouc et des jets d’eau à haute pression.

En Birmanie ans tout le pays, des manifestants portant des casques de travail en plastique et des boucliers de fortune ont affronté des policiers et des soldats en tenue de combat, dont certains appartenant à des unités réputées pour leurs sévères répressions contre les groupes ethniques rebelles dans les régions frontalières du Myanmar.

«Des mesures sévères seront inévitablement prises» contre les «manifestants émeutiers», a déclaré le Global New Light Of Myanmar, géré par l’État. L’armée avait auparavant fait preuve de retenue, mais ne pouvait plus ignorer les «foules anarchiques».

Plusieurs blessés ont été emmenés à Yangon par d’autres manifestants, laissant des traces sanglantes sur les trottoirs.

Un homme est décédé peu après son arrivée à l’hôpital avec une balle dans la poitrine, a déclaré un médecin qui a demandé à ne pas être identifié.

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.