L’armée birmane prend le pouvoir et détient Aung San Suu Kyi

L’armée a déclaré l’état d’urgence pour un an et a arrêté la conseillère d’État Aung San Suu Kyi, chef de la Ligue nationale pour la démocratie, parti majoritaire au pouvoir.

La télévision birmane, appartenant à l’armée, a déclaré lundi que son commandant en chef Min Aung Hlaing avait pris le contrôle du pays dans ce qui équivaut à un coup d’État militaire.

L’armée a déclaré l’état d’urgence pour un an et a arrêté la conseillère d’État Aung San Suu Kyi, chef de la Ligue nationale pour la démocratie, parti majoritaire au pouvoir.

Le porte-parole de la NLD, Myo Nyunt, a déclaré à Nikkei par téléphone que Suu Kyi et le président Win Myint avaient été arrêtés lundi matin.

Myo Nyunt a déclaré que la situation concernant les élus de la NLD n’était pas claire, le parlement devant se réunir ce jour-là.

Il a ajouté: « L’armée doit respecter la loi. Nous avons besoin d’un large soutien de la communauté internationale pour protéger la démocratie au Myanmar. »

Le ministre en chef de la région de Yangon a également été arrêté, selon des sources policières.

L’opérateur de téléphonie mobile appartenant à l’État a cessé de fournir des services et les communications dans la capitale Naypyidaw ont été interrompues.

La NLD dirigée par Suu Kyi, arrivée au pouvoir en 2015, a de nouveau remporté une victoire écrasante aux élections générales de novembre dernier.

Un gouvernement civil a été désigné pour son deuxième mandat. Cependant, l’armée a affirmé que l’élection avait été entachée de fraude et a exigé une enquête.

Ce sera le premier coup d’État dans le pays depuis 1988, marquant la fin du régime civil après seulement une décennie depuis 2011.

Le 26 janvier, un porte-parole militaire n’a pas exclu la possibilité d’un coup d’État lorsqu’il a été interrogé à ce sujet lors d’une conférence de presse.

Le lendemain, le commandant en chef Min Aung Hlaing a déclaré dans un discours prononcé devant une académie militaire que « si la constitution n’est pas respectée, elle doit être déclarée invalide ».

Selon des sources militaires, des représentants de l’armée et du gouvernement ont tenu une réunion à Naypyitaw le 28 janvier pour trouver un terrain d’entente, mais n’ont pas réussi à parvenir à un accord.

Selon des informations locales, les militaires ont exprimé leur méfiance à l’égard de la commission électorale et ont demandé un recomptage des votes et un report de l’ouverture du parlement, mais le gouvernement a refusé.

Image par défaut
Redaction Bangkok
La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.
Publications: 3198