Catégories
Expatriation Retraite Santé

Les expatriés retraités bientôt privés de soins en France ?

Les conditions d’accès aux soins en France seront plus restrictives, compte tenu de l’absence d’une convention de sécurité sociale avec la Thaïlande

Les droits aux soins en France pour les retraités seront désormais conditionnés à trois durées différentes de cotisation : cinq, dix ou 15 ans.

Pour les nouveaux retraités (juillet 2019) il faudra au minimum avoir cotisé 15 ans pour être soigné en France (sauf convention de sécurité sociale avec la France, ce qui n’est pas le cas de la Thaïlande).

Tout ceux qui n’ont pas cotisé au moins 10 ou 15 années n’auront plus droit aux soins en France, mais pour ceux qui peuvent prouver au moins cinq années de cotisations, un délai de trois ans est accordé.

Au moins 15 ans de cotisation pour les nouveaux retraités

Rien de changé pour les nouveaux pensionnés à partir du 1er juillet 2019 : ils devront avoir cotisé plus de 15 ans à une caisse de retraite pour pouvoir bénéficier de la couverture médicale en France lors de leurs séjours temporaires.

Pour ceux qui étaient couverts avant le 1er juillet 2019, cette instruction confirme le maintien d’une prise en charge par la Sécurité sociale des soins pour les pensionnés ayant cotisé plus de dix ans (et non plus quinze comme annoncés initialement et comme exigés pour les « nouveaux pensionnés ») à une Caisse de retraite française.

Ceux dont la durée de cotisation serait d’au minimum cinq ans pourront, quant à eux, conserver leurs droits durant une période transitoire de trois ans.

Pays ayant signé une convention de sécurité sociale avec la France

  • Algérie, Andorre, Argentine, Bénin, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Cameroun, Canada, Cap-Vert, Chili, Congo, Corée, Côte d’Ivoire, États-Unis, Gabon, Guernesey, Inde, Israël, Japon, Jersey, Kosovo, Macédoine, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Monaco, Monténégro, Niger, Philippines, Québec, Saint-Marin, Sénégal, Serbie, Togo, Tunisie, Turquie, Uruguay,
  • ainsi que la Nouvelle-Calédonie, Mayotte* et la Polynésie française : trois territoires d’outre-mer autonomes en matière de protection sociale mais qui ont signé un accord de coordination de sécurité sociale avec la France.

* Mayotte est un département d’outre-mer depuis avril 2011, mais reste soumis à des règles particulières en matière de protection sociale.

Thai Property Group

Avatar

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

5 réponses sur « Les expatriés retraités bientôt privés de soins en France ? »

Et pendant ce temps nos chers migrants profitent de tous les avantages…
La seule solution pour les expats ? ne plus avoir aucun bien en France et se déclarer SDF au retour, ainsi vous aurez l’allocation vieillesse, la CMU et tout ce qui va avec !

Oui,enfin cela ne concerne en aucun cas les “vrais” retraités qui ont cotisés au moins 41/42 ans ,et je trouve cela presque normal ,car cotiser 15 ans ou encore moins 15 ans,et se croire en retraite relève un peu de l’utopie ou de l’inconscience non?

@Menget Justement, parlant de “vrais” retraités, que pensez-vous de l’ Aspa (Allocation de solidarité aux personnes âgées) qui continue à être versée aux 70000 étrangers n’ayant jamais cotisé ?

La Convention Europeenne des droits de droit de l’homme existe et prohibe les discriminations donc si on discrimine les francais par rapport a d autre ce sera recours…. La loi du 27 mais 2008, précise certaines notions comme celles de discrimination directe et indirecte, du harcèlement ou de l’injonction de discriminer.

« Constitue une discrimination directe la situation dans laquelle, sur le fondement de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie ou une race, sa religion, ses convictions, son âge, son handicap, son orientation ou identité sexuelle, son sexe ou son lieu de résidence, une personne est traitée de manière moins favorable qu’une autre ne l’est, ne l’a été ou ne l’aura été dans une situation comparable.
Constitue une discrimination indirecte une disposition, un critère ou une pratique neutre en apparence, mais susceptible d’entraîner, pour l’un des motifs mentionnés au premier alinéa, un désavantage particulier pour des personnes par rapport à d’autres personnes, à moins que cette disposition, ce critère ou cette pratique ne soit objectivement justifié par un but légitime et que les moyens pour réaliser ce but ne soient nécessaires et appropriés.”

Encore un grand succès du Macronisme et de sa députée locale, Madame Genetet, censée défendre les droits des français vivant à l’étranger !

Il faut rappeler que les étrangers qui sont en situation irrégulière sur le sol français peuvent se faire soigner sans problèmes avec la CMU.
Il faut rappeler que les étrangers de passage sur le sol français sont soignés sans problème; mais les conventions avec certains pays (l’Algérie, pour ne pas la nommer) ont engendré vis à vis de la Sécurité sociale française une dette importante de ces ressortissants étrangers ou plutôt de leur organisme social (140 millions dus par la Sécu algérienne) sans que cela n’émeuve les responsables français.

Il fallait un responsable : ce sera les français résidant à l’étranger qui ne seront plus soignés en France ….
Je leur suggère de changer de nationalité et de faire jouer la CMU … ou de souvenir de la sollicitude des dirigeants actuels lors des prochaines élections.

Laisser un commentaire