Catégories
Entreprises

Charoen Sirivadhanabhakdi, l’homme secret de Thaibev

Charoen Sirivadhanabhakdi, le troisième plus riche entrepreneur de Thaïlande, avec une fortune estimée d’au moins 6 milliards de dollars (4,4 milliards d’euros)

Vous pouvez toujours essayer de demander une interview à Charoen Sirivadhanabhakdi, le troisième plus riche entrepreneur de Thaïlande, avec une fortune estimée à au moins 6 milliards de dollars (4,4 milliards d’euros), mais il est connu pour être très secret et ne quasiment jamais faire de commentaires en public.

Comme presque tous les magnats de la Thaïlande, M. Charoen est d’origine chinoise. Il est le sixième des onze enfants d’un vendeur de rue qui a immigré à Bangkok à partir de Chine méridionale. M. Charoen parle Teochew, son dialecte maternel chinois, ainsi que le thaï.

Charoen a commencé à travailler à l’age de neuf ans

 Charoen Sirivadhanabhakdi
Charoen Sirivadhanabhakdi, le troisième plus riche entrepreneur de Thaïlande, avec une fortune estimée d’au moins 6 milliards de dollars (4,4 milliards d’euros)

Il a quitté l’école prématurément, à l’âge de neuf ans, pour travailler dans les distilleries qui produisaient du whisky thaï local, qui était un monopole d’État à l’époque. A travers les contacts qu’il a tissé en travaillant, il a acquis une licence pour produire ses propres boissons alcoolisées.

En 2012, M. Charoen vient d’élargir son empire des boissons à l’issue d’une bataille épique pour prendre le contrôle du vénérable conglomérat singapourien Fraser and Neave (F & N), faisans de Thaibev un acteur régional majeur dans le secteur des boissons.

En 1991, M. Charoen avait passé un accord avec le brasseur danois Carlsberg pour conquérir le marché thaïlandais de la bière, à l’époque dominé par la société Boon Rawd qui produit la bière Singha.

L’idée était que M. Charoen utiliserait ses réseaux de vente et de marketing pour son whisky thaï pour vendre la bière danoise . Mais trois ans plus tard, avec ce qu’il avait appris de Carlsberg, il a commencé à fabriquer sa propre bière, la marque Chang (éléphant en thaï) qui a dominé le marché local dans les cinq ans qui suivirent son lancement.

Au cours de la dernière décennie, son empire s’est développé, avec l’acquisition d’énormes actifs immobiliers qui comprennent de vastes étendues de terres agricoles, en Thaïlande et dans les pays voisins comme le Cambodge, ainsi que des hôtels et des blocs entiers d’appartements.

Une entreprise familiale

En 2005, Charoen Sirivadhanabhakdi a regroupé toutes ses entreprises de diverses boissons alcoolisées sous un seul nom, ThaiBev, qui est gérée de la même manière que la plupart des autres entreprises des magnats chinois : comme une entreprise strictement familiale.

Ses cinq enfants ont bénéficié d’éducations supérieures à l’étranger, mais sont revenus vivre avec leur père et leur mère dans une maison de famille dans le centre de Bangkok.

Son fils Thapana est maintenant directeur général de ThaiBev et sa fille Wallapa est le directeur exécutif  de TCC, le bras immobilier et foncier de Thaibev. Elle a reconnu récemment  dans une interview à la BBC qu’elle a acquis pour lui tellement de terrains et d’immeubles au cours des dix dernières années, que son père ne sait pas vraiment ce qu’il possède.

Mais Charoen Sirivadhanabhakdi est certainement impliqué dans les décisions clés de sa société comme la bataille de six mois pour remporter la majorité dans Fraser and Neave.

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire