Catégories
A la Une Culture

La Thaïlande, plateau de tournage mondial

La Thaïlande, au-delà du tourisme, est également une destination de plus en plus recherchée par les réalisateurs de film du monde entier

La Thaïlande, au-delà du tourisme, est également une destination de plus en plus recherchée par les réalisateurs de film du monde entier. La diversité des paysages du royaume en font l’endroit rêvé pour les professionnels du septième art.

La Plage,  L’homme au pistolet d’or (James Bond), “Very Bad Trip 2”, “The impossible” (basé sur l’histoire d’une famille pendant le tsunami de 2004), ou encore “Anna et le roi”, font partie des blockbusters les plus célèbres tournés en Thaïlande.

Plus récemment, le pays a reçu la visite du réalisateur John Erick Dowdle, et des acteurs Owen Wilson et Pierce Brosnan au cours de l’année 2013, venus tourner” The Coup”, un film qui sortira sur les écrans au cours de l’année 2014.

Quelques 717 productions cinématographiques étrangères ont fait le voyage en Thaïlande pour tourner des films en 2013, générant autour de 2,17 milliards de baht (environ 49 millions euro) de revenus. La moitié de ces productions (356) ont concerné des vidéos promotionnelles (publicité, vidéo clip etc…)

The Beach, Very Bad Trip : de gros succès tournés en Thaïlande

Un récent communiqué de presse du Tourism Authority of Thailand (TAT), a souligné la volonté du pays de développer d’avantages de mesures incitatives pour les cinéastes internationaux dans le but de valoriser l’image de la Thaïlande comme étant l’un des meilleurs lieux de tournage du monde.

C’est le ministère du tourisme et des sports qui se charge donc de trouver des emplacements susceptibles de devenir un lieu de tournage pour les réalisateurs.

« Nous offrons un service en continu pour faciliter le travail des réalisateurs qui viennent tourner leurs films en Thaïlande. Nous organisons également des visites à l’étranger afin de développer l’image du royaume comme un pays ayant la volonté, les compétences et l’expertise pour aider les réalisateurs »,

a affirmé Ubolwan Sucharitakul, directrice du département du tourisme.

Des paysages variés et des professionnels qualifiés

Et si la Thaïlande attire autant les producteurs, c’est certainement par la facilité de tournage que l’on y trouve, ainsi que la variété des décors et des paysages qui offre un choix très diversifié en matière de lieux de tournage. C’est d’ailleurs ce qu’affirme Ubolwan Sucharitakul, directeur par intérim du l’Office du film de Thaïlande :

« La Thaïlande a la chance de bénéficier de paysages uniques et de décors variés, ainsi que d’équipes techniques qualifiées et bilingues, qualités qui s’additionnent pour donner un excellent rapport qualité-prix – exactement ce que recherchent les productions aujourd’hui. »

Et afin de garantir un service de qualité aux producteurs, le ministère des transports thaïlandais collabore également avec des organismes publics et privés comme le ministère de l’emploi, le département des parcs nationaux de la faune et de la flore,  ou encore les aéroports du pays.

Cela permettrait en effet de simplifier les démarches nécessaires à obtenir des autorisations de tournage en Thaïlande.

D’autres initiatives sont également mises en place afin d’organiser des séminaires et des formations, dans le but de coordonner au mieux les équipes de tournages locales avec les équipes étrangères afin d’assurer le bon déroulement du tournage sur toute sa durée.

Un plateau de tournage mondial

Tout un service clé en main est donc proposé par le royaume, afin d’attirer des producteurs venus du monde entier.

En 2013, la Thaïlande a accueilli pas moins de 269 équipes de tournage, comprenant 185 entreprises et 84 personnes. L’année 2014 s’annonce elle aussi bien remplie, avec l’enregistrement d’une demande de tournage de la part de 71 équipes.

En 2013, les productions cinématographiques étrangères ont généré environ 2,17 milliards de bahts. C’est l’Inde qui a détenu le record du marché avec plus de 150 titres, suivie de près par le Japon, avec un total de 140 titres.

Par Pauline Bouveau

Étudiante en Master 1
Nouvelles Pratiques Journalistiques
Université Lumière Lyon 2