Catégories
Bangkok

Street Food Bangkok, l’appli du mois

Street Food Bangkok permet de s’y retrouver facilement parmi les nombreuses spécialités locales qui font le quotidien des habitants de Bangkok.

Bangkok n’est pas une ville à recommander si vous souhaitez commencer un régime : la nourriture est partout dans rue, accessible à toutes les heures du jour et de la nuit, et pour un prix défiant toute concurrence.

Franchement, vous connaissez beaucoup d’autres grandes capitales du monde où on peut manger partout et correctement pour un euro ?

Petit problème : pas toujours facile de s’y retrouver parmi les nombreuses spécialités locales qui font le quotidien des habitants de Bangkok.

D’autant plus que chaque stand ou cuisine à roulettes, offre en général un seul type de plats cuisinés : par exemple une soupe aux nouilles de riz (Guey Thiao) accompagnée de diverses options que vous pourrez choisir au moment de la commande.

Dans certains quartiers touristiques, le nom des plats figure en anglais, mais ce n’est pas toujours le cas.

Bangkok Sukhumvit soi 38 Street Food Night Market
Bangkok Sukhumvit soi 38 Street food night market. Photo : Clémence Cluzel

L’application, « Street Food Bangkok » lancée par l’Autorité du Tourisme de Thaïlande et le ministère des Affaires étrangères recense environ 120 vendeurs de nourriture dans Bangkok, qui proposent les principales spécialités de la cuisine de rue thaïlandaise comme le pad thaï, le riz au poulet, le som tam, etc…

Les stands sont répertoriés par quartiers et par menus. L’application est également liée à Google Map pour aider les utilisateurs à trouver facilement un plat à proximité de leur situation. Vraiment très pratique.

L’application est disponible gratuitement pour iOS et Android. Le développeur a également l’intention d’étendre le service aux villes de Chiang Mai et Chiang Rai.

(Ne pas installer si vous êtes à l’étroit en mémoire : 149mo sont nécessaires)

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire