Bang Krachao est une réelle oasis de verdure au cœur de Bangkok. Surnommée “le poumon vert de Bangkok”, cette île artificielle est située au plein centre d’une ville hyper urbanisée aux infrastructures modernes et démesurées.

Ces informations peuvent sembler paradoxales voire difficiles à imaginer mais elles sont attestées par certaines photographies qui donnent l’impression de voir deux mondes différents. 

Des gratte-ciels et des sky bars s’élevant jusqu’aux cieux au second plan, et des cocotiers par milliers au premier plan, voilà l’image dépeinte par les visiteurs depuis des points stratégiques de l’île.

Cette île artificielle de 16 kilomètres carrés est formée par un coude de la rivière de Chao Phraya et un canal à son extrémité ouest. Le canal aurait été creusé afin de permettre aux cargos de raccourcir leur voyage le long de la rivière. 

Bien qu’elle soit visible depuis les étages supérieurs de certains hôtels le long de Sukhumvit Road, et encore plus avec une vision satellite (sur maps par exemple), cette île reste peu connue des voyageurs, encore moins depuis la crise sanitaire liée au Covid19. Mais pour quiconque souhaite prendre un bol d’air frais, le lieu est idéal, contrebalançant l’agitation et la pollution omniprésente de Bangkok. 

Un rôle environnemental majeur

Au-delà d’un espace vert apaisant, Bang Krachao doit être protégée et conservée pour son rôle environnemental. En effet, Bangkok est une ville modérément polluée avec généralement 85 IQA (indice de qualité de l’air), au-dessus de 100, elle serait considérée comme mauvaise pour les groupes sensibles. Bang Krachao est une île remplie de milliers de palétuviers, cocotiers, bambous et autres arbres/plantes.

Cette immense quantité de verdure dévore la pollution de l’air de la ville entière et sans ces espaces verts, on peut facilement imaginer que la barre des 100 IQA serait dépassée à Bangkok.

Une île oubliée depuis la crise sanitaire 

Avant la crise sanitaire, bien que l’île était considérée comme peu connue des étrangers, les loueurs de vélo se trouvant à son entrée constataient en réalité qu’elle avait une vie touristique assez riche. Ils admettaient que les weekend, l’île était prise d’assaut par les visiteurs étrangers, désormais, elle l’est beaucoup moins, laissant la place à quelques cyclistes et sportifs thaïlandais. 

Le bateau pour s’y rendre (10 baths) est quasiment vide, à l’instar du parc de l’île qui n’est occupé que par quelques jeunes locaux. Les habitants de ce havre de paix doivent cependant être comptabilisés puisqu’ils représentent 40 000 personnes.  

Bang Krachao met à l’honneur l’art du pédalage 

Le vélo est le meilleur moyen de visiter l’île, en adéquation avec l’environnement et l’ambiance de non-pollution qui s’y trouve, vous ne voudrez pas louer un scooter pour la journée mais un des vélos proposés à l’entrée de l’île à seulement 100 bahts la journée. Ainsi, vous rejoindrez une fine piste en béton surélevée qui s’enfonce dans la végétation et offre un sentiment d’immersion intense.

En quelques minutes, vous vous retrouvez plongé dans la jungle, parfois seul au milieu des arbres, des jolies fleurs et des animaux de l’île : les varans, les tortues et les oiseaux sont très souvent observés depuis que les visiteurs sont moins nombreux. 

Au milieu de l’île se trouve une tour d’observation des oiseaux, haute de plusieurs mètres, elle vous permet d’atteindre la taille des plus hautes branches des arbres. D’ici, vous pouvez observer la nature qui vous entoure, mais surtout tenter d’apercevoir les différents oiseaux qui occupent l’île. 

Dans une ville qui ne cesse de se développer, de croître en superstructures, Bang Krachao reste un endroit surprenant qui a su résister au changement. En 2016, suite à la mort du roi Bhumibol, le gouvernement militaire a partagé son intention de préserver cette oasis de verdure et vise à garantir que 60 % de l’île reste libre de tout développement. 

A propos de cet auteur