Catégories
Edito

Ingouvernable Thaïlande

La Thaïlande serait-elle devenue un pays ingouvernable ? A voir la chronologie politique du royaume des dix dernières années , on pourrait le croire. Au mois de février prochain, la Thaïlande organisera un nouveau scrutin législatif, le troisième en cinq ans, signe d’une instabilité qui ne peut que nuire à la bonne gestion d’un pays.

La Thaïlande serait-elle devenue un pays ingouvernable ? A voir la chronologie politique du royaume des dix dernières années , on pourrait le croire. Au mois de février prochain, la Thaïlande organisera un nouveau scrutin législatif, le troisième en cinq ans, signe d’une instabilité qui ne peut que nuire à la bonne gestion d’un pays.

Aujourd’hui la démocratie thaïlandaise est en crise parce qu’elle produit des résultats et des pratiques antidémocratiques. Beaucoup de gens semblent penser, y compris dans les nombreux commentaires laissés sur ce site, que la démocratie se limite à tenir des élections au suffrage universel. Le suffrage universel n’est en fait qu’un moyen pour atteindre la démocratie, dont l’essence réside d’abord dans l’exercice démocratique du pouvoir.

Le suffrage universel ne doit pas être, et n’a jamais été, un chèque en blanc remis au gouvernement pour exercer son autorité au service d’une partie de la population, ou pire encore au service d’un clan ou d’une famille. Dans ce cas de figure, la démocratie devient un décor de pacotille au service d’un état mafieux qui pratique le népotisme et l’achat de vote à grande échelle.

Clientélisme et achat de votes

Le programme de subvention des cours du riz en est la parfaite illustration : il n’a pas d’autre justification que le clientélisme et l’achat légal de votes qui permettra sans doute à l’actuelle majorité d’être à nouveau élue en février 2014. D’ailleurs dans plus de 26 provinces, les riziculteurs manifestent déjà contre les retards de paiements : les coffres sont vides, et les hangars plein de riz qui pourrissent faute de trouver preneur à un prix 30 à 40% supérieur au cours du marché.

Avec une démocratie de ce type, on comprend pourquoi les manifestants qui occupent en ce moment Bangkok demandent autre chose : à quoi bon organiser de nouvelles élections si les résultats sont connus d’avance, et les urnes bourrées de votes achetés au prix fort au risque de mettre tout le pays en faillite ?

L’essence de la démocratie réside précisément dans le fait qu’elle intègre des mécanismes qui protègent la minorité contre les excès de la majorité au pouvoir : indépendance de la justice, contre-pouvoirs et protection de la liberté d’expression en font partie.

Le Thai Rak Thai et ses successeurs, y compris le Pheu Thai, ont saisi la forme mais pas le contenu d’une véritable démocratie. Leur vision des élections est une sorte de concours où les gagnants se voient attribuer des lots, et où les perdants n’ont plus aucun droits. Alors que le principe même de la démocratie est que le gouvernement représente l’ensemble de la population et l’intérêt général de la Nation, avant les intérêts de ses partisans.

Dirait-on que la France est toujours une démocratie si elle était dirigée par la soeur d’un milliardaire en exil et repris de justice, agissant ouvertement comme son mandataire, et dont la seule et unique ligne de conduite consiste à rechercher l’amnistie de son frère et à récompenser son électorat avec des subventions douteuses ?

Si c’est cela la démocratie, il y aura toujours des Suthep pour descendre dans la rue et afficher leur colère. Les qualifier d’anti-démocratique n’a pas plus de sens que de qualifier de démocratique un gouvernement élu qui a vendu son intégrité au plus offrant.

Mais après tout vous êtes libre de continuer à gober la compote avariée que vous servent les média français, « les gentils pauvres rouges démocrates des campagnes » contre « les méchants bourgeois royalistes de Bangkok ». Avec ce neo marxisme mal digéré on est en terrain connu : une pensée toute faite, avec le confort intellectuel du prêt à penser qui a déjà servi pour idolâtrer Staline, Mao, Castro et Chavez.

 

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

18 réponses sur « Ingouvernable Thaïlande »

M. Promsopha, je ne découvre qu’aujourd’hui votre commentaire très argumenté et parfaitement fondé qui révèle, pour le moins, votre grande connaissance de la Thaïlande.
Nonobstant la plus ou moins grande sympathie que l’on peut avoir pour le principe majoritaire – que vous soulignez – et la complexité de l’approche locale du sujet que vous rappelez là aussi à juste titre, il me semble que ces événements ressortent aussi d’un mouvement plus global, lié aux réactions suscitées par le modèle économique dominant qui a fait de la croissance et du consumérisme son mode de fonctionnement.
J’ai essayé de m’en expliquer sur un autre article publié sur « Gavroche » où j’écrivais notamment à propos de cette crise politique :
« La fuite en avant d’un système global libre-échangiste qui exige toujours plus de croissance des populations et des marchandises en est le ressort. Elle entraîne chez ceux qui voudraient davantage en bénéficier des revendications toujours plus étendues, et, chez d’autres qui s’effraient au contraire des conséquences dévastatrices de cette course effrénée, une opposition de plus en plus virulente. »
J’ai repris l’ensemble du texte sur mon blog : http://librattitude.blogspot.com/2014/01/ordre-mondial-la-thailande-dans-lil-du.html
Sans avoir lu alors votre intervention, j’espère avoir répondu là à certaines de vos préventions légitimes.
Je vous remercie aussi vivement ici pour votre contribution, très profitable, j’imagine, pour tous les lecteurs de « thailande-fr », ainsi que pour tous ceux qui, comme moi, sont attachés à notre pays d’accueil.

Trés bon article .Du vrai, du fond, de la recherche et analyse. bravo. !! vous pourriez facilement remplacer le pigiste de service sur ce site.

Laisser un commentaire