Catégories
Edito

Expatriés, la France n’a plus besoin de vous

Français expatriés, vous qui êtes parti tenter votre chance en Thaïlande ou ailleurs : restez y, ne revenez jamais, ou bien soyez prêts à en payer le prix. Jeunes diplômés des grandes écoles : cassez vous pendant qu’il est encore temps.

Français expatriés, vous qui êtes parti tenter votre chance en Thaïlande ou ailleurs : restez y, ne revenez jamais, ou bien soyez prêts à en payer le prix. Jeunes diplômés des grandes écoles : cassez-vous pendant qu’il est encore temps.

Tel est en substance le message qu’envoie la France en ce moment à travers une série de nouveaux impôts, mesures fiscales de taxation ubuesque et rétro-actives, de l’assurance vie, de l’imposition des plus-values potentielles pendant 15 ans et non plus huit, et je ne sais quoi encore : il devient tout simplement impossible de s’y retrouver dans le bricolage insensé et permanent qu’est devenu la politique fiscale du gouvernement.

Vous êtes parti vivre à l’étranger, mais vous avez laissé votre assurance vie en France en cas de pépin : grossière erreur camarade. C’est en quelque sorte la cerise sur la pièce montée fiscale : l’Etat va piocher rétroactivement à grand coup de CSG dans votre retraite.

Tant pis pour les épargnants qui ont souscrit ce type de contrat alors que les taux d’imposition étaient inférieurs et la CSG « provisoire » à 1,1% : à l’époque l’Etat français avait encore les moyens d’honorer sa parole, et personne ne pouvait seulement imaginer sa déchéance actuelle. Et ce n’est qu’un début camarade : comme il n’y a aucune mesure pour réduire les dépenses, la CSG ne peut évoluer que dans un sens. Devinez lequel ?

Chefs d’entreprises, innovateurs, salauds de riches : cassez vous !

Maintenant vous n’êtes pas obligé de rester, mais il faudra quand même raquer. C’est le but de la prolongation de « l’exit taxe » (rien que l’énoncé, « taxe de sortie » fait froid dans le dos) de huit à quinze ans. Désormais il faudra 15 ans pour ne pas être taxé sur des « plus-values potentielles » de ce qu’on a laissé en France.

Mais pendant ce temps on va piocher dans votre épargne (assurance vie comprise) au taux de la CSG d’aujourd’hui, et de demain, qui n’a pas fini d’augmenter. Maintenant le système est bien verrouillé. Partir ? Rester ? Le message de la France taxeuse c’est « Pile je gagne, face du perds ».

Chefs d’entreprises, innovateurs, salauds de riches et autres parasites dont on ne veut plus dans notre beau pays de fonctionnaires ruineux (pas ruinés, car leur arrogance n’a d’égal que le niveau de leur retraites dorées): le message est clair. Si vous partez, cassez vous, ne laissez rien en France. « Prend l’oseille et tire-toi » comme disait Woody Allen dans les années 70.

Le nouveau message de la France aux expatriés : prends l'oseille et tires toi
Le nouveau message de la France aux expatriés : prends l’oseille et tire-toi.

Welcome to Hôtel California

Pour ceux qui ont passé une vie à travailler et épargner dans notre pays et qui ont fait l’erreur d’y rester : c’est trop tard.  La France est maintenant  devenu l’ Hotel California :   « You can check out anytime, but you can never leave ».

Mais pour les jeunes c’est différent : ils savent maintenant ce qui les attend. Travailler toute leur vie pour un Etat cleptomane qui change les règles du jeu au fur et à mesure de ses échecs successifs.

(Voir l’article du Monde : PEL, PEA, assurance-vie : tollé contre une taxation rétroactive)

Message bien reçu par les jeunes diplômés des grandes écoles : les étudiants des écoles françaises les plus fameuses seraient 79% à «envisager» de partir à l’étranger pour chercher un emploi. Tant que c’est pas 100%, tout va bien.

C’est le chiffre notable d’un sondage réalisé par Harris pour le compte de l’Institut Montaigne auprès de 975 jeunes inscrits en dernière année dans neuf de ces «très grandes écoles» qui occupent les premières places des classements dont Centrale Paris, l’école des Ponts, Polytechnique, ESCP, l’Essec, Sciences Po.

« Thank you la France » doivent penser les pays normaux qui s’apprêtent à accueillir notre élite : c’est balot quand même de dépenser des milliards dans la formations des jeunes diplômés, et de tout faire pour les encourager à partir. La France est devenu l’Afrique de l’Europe : elle éduque ses élites à grand frais, mais elles partent travailler ailleurs. Dommage.

Un repoussoir pour son élite

La France est devenue un repoussoir pour son élite car les perspectives qu’elle offre sont claires : travailler comme un malade pendant trente ans, en grande partie pour payer des charges délirantes (qui ne servent plus à rien car les déficits ne sont plus gérés mais subis), pour tout se faire prendre à la sortie en cas de réussite. Alléchant non ?

La dernier cocktail fiscal de Bercy s’annonce particulièrement nocif  : cette fois tous les coups sont permis, et le gouvernement s’en prend à une grande  partie de l’épargne courante, celle des ménages de la classe moyenne.

Sous prétexte de simplification, il uniformise par le haut – un taux de 15,5 %, le prélèvement social opéré sur nombre de produits d’épargne courants tels que l’assurance-vie, les plans d’épargne en actions ou les plans d’épargne-logement, et ce de façon rétro active. Un pur délire, pas seulement juridique, mais aussi et surtout économique.

Ce type d’épargne, investie à long terme est précisément celle dont ont besoin les entreprises pour se développer et créer des emplois. C’est l’épargne qui permet d’investir à long terme et de retrouver la croissance au delà des aléas de la conjoncture. Pendant ce temps aucune réforme ne vient contrecarrer la hausse continue des dépenses de l’Etat : ce que nous propose Hollande, c’est un véritable suicide collectif.

 

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

13 réponses sur « Expatriés, la France n’a plus besoin de vous »

>> »La France est devenue un repoussoir pour son élite car les perspectives qu’elle offre sont claires : travailler comme un malade pendant trente ans, en grande partie pour payer des charges délirantes (qui ne servent plus à rien car les déficits ne sont plus gérés mais subis), pour tout se faire prendre à la sortie en cas de réussite. Alléchant non ? »

C’est exactement cela… J’ai bossé 20 ans en tant qu’indépendant au beau pays de France et j’ai eu droit à : 40% de mon temps de travail en tâches administratives / 2 contrôles fiscaux qui se sont soldés par… rien ! / des charges sans cesse en augmentation / aucun soutien du « service public ».
En 20 ans, j’ai juste eu la désagréable sensation d’être un mouton laborieux bon à tondre.

>> »La dernier cocktail fiscal de Bercy s’annonce particulièrement nocif : cette fois tous les coups sont permis, et le gouvernement s’en prend à une grande partie de l’épargne courante, celle des ménages de la classe moyenne. »

Les quelques sous difficilement économisés pour assurer ma retraite me sont maintenant honteusement volés par rupture de contrat unilatéral de l’Etat. Dans ces conditions, qui peut encore faire confiance à un Etat menteur qui change les règles du jeu au gré de ses convenances ? Qui souhaite encore investir dans un pays où la pression fiscale augmente tous les jours ? etc..

Je suis comme beaucoup d’autres : Epuisé par l’incompétence et les mensonges de nos gouvernants de droite comme de gauche, déçu par la valeur que l’on donne aujourd’hui en France au mot « démocratie », lassé de payer pour des mesures sociales injustes qui favorisent certaines catégories au détriment de ceux qui travaillent.

D’accord pour payer des impôts, mais pas pour boucher les déficits creusés par des gouvernants incompétents ou pour faire vivre des fainéants de tous poils (spéculateurs, cas sociaux professionnels, faux émigrés politiques, etc..).

Je quitte la France en décembre, avec regret mais sans aucuns scrupules.
Je ne me sens absolument pas responsable de la situation actuelle : J’ai travaillé, payé mes charges et mes impôts. Je ne suis pas un exilé fiscal qui spécule, mais un simple français qui souhaite vivre encore quelques années des revenus de son travail.

Bravo Denis pour ton commentaire.Tu as eu le courage de travailler en tant qu’indépendant,chose que je n’ai jamais voulu faire car trop de paperasseries,charges,etc..
Je possède une demeure en Thailande (Krabi),pensant y vivre 6 à 7 mois dans l’année,mais aux vues de la considération que nos « gouvernants’ ont pour la classe laborieuse ,je vais certainement changer mon fusil d’épaule et y demeurer définitivement.J’aime mon beau pays la France mais execre ces politicards qui font la morale à longueur d’année, alors que ceux- ci dans bien des cas ont une situation qui est bien loin d’etre claire !!Ayant passé une bonne quinzaine d’années de ma carrière professionnelle dans les ministères et autres administrations ( pour le privé),j’ai constaté bien du gaspillage des deniers de l’Etat !!Le seul regret que j’ai, c’est que le règlement de ma retraite soit en France.Car ils sont très malins nos dirigeants,fini l’exonération d’impots en ayant éffectué au moins 186 jours à l’étranger.Ils ont passé un accord avec pratiquement le reste du monde pour pourvoir « ponctionner » (pour ne pas dire voler !!) nos revenus…
Bon vent à toi et ton entourage .

Belle piqûre de rappel que ce propos très pertinent de monsieur Languepin.

Peu importe de savoir si la taxation de 15,5 % est maintenue ou pas pour ou tel ou tel des placements originellement visés, l’essentiel est bien de pointer une politique générale très française ces derniers temps qui procède toujours de la volonté malfaisante de prendre sans vergogne à nos compatriotes ce qui sera distribué sans retenue à des financiers qui nous sont étrangers et à des assistés qui ne le sont pas moins.

Monsieur Languepin aurait pu tout aussi bien évoquer les dernières directives de l’UE, adoptées avec une vélocité qui étonne dans la cadre de la future union bancaire que Bruxelles s’efforce de mettre en place pour l’année prochaine. Il y est précisé qu’en cas de nouvelle crise financière, l’épargne supérieure à 100.000 € pourra être saisie sans contrepartie dans les banques des pays ayant rejoint la monnaie unique. Au vu du précédent chypriote, si les épargnants disposant moins de cette somme ne seront pas officiellement spoliés, il y a tout lieu de penser qu’ils auront alors les plus grandes difficultés pour accéder à leur argent, bloqué sur les comptes des banques en difficulté. Cette menace méconnue et pourtant bien réelle fera l’objet de mon prochain billet sur « Gavroche ».

Plutôt que de crier au désamour que monsieur Languepin pourrait éprouver vis-à-vis de la France, ceux de ses détracteurs qui résident en Thaïlande devraient au contraire se réjouir que les économies qu’ils auront pu y placer n’y seront pas menacées.

L’auteur ne met d’ailleurs pas en cause son pays, mais l’incurie de ses dirigeants, censés pourtant défendre l’intérêt de la France et des Français.

Dans ce sens, le ressort de l’expatriation massive à laquelle nous assistons depuis le sol de la Mère patrie n’est pas non plus uniquement fiscal. Je m’en explique dans une tribune publiée sur « Boulevard Voltaire » et reprise sur mon blog :

http://librattitude.blogspot.fr/2012/12/exil-fiscal-les-pauvres-se-rebiffent.html

Toute ma sympathie confraternelle va donc à monsieur Languepin.

« la taxation de 15,5 % » Baratin de comptoir, si on est expatrié (vraiment, pas uniquement dans sa tête), alors la France ne taxe pas sur les plu-values mais il faut payer des impôts en Thaïlande sur les gains A CONDITION QUE L’ON « IMPORTE » CEUX-CI !!!
Alors, pour nous, ils peuvent bien voter une taxation à 75% on s’en fout rien ne change …
NB: On ne paye pas de CSG non plus

De mon point de vue la France est effectivement invivable. J’habite a l’etranger depuis 10 ans et n’ai aucun regret, sauf de ne pouvoir faire une rupture TOTALE, percevant une retraite en France. Cette retraite n’est pas une aumone mais le resultat de 2000 EUR de versements par mois pendant 35 ans.
Toutefois cet article a « sensation  » n’est certainement pas du journalisme objectif et documente.
Dans les pays d’expatriation cites, je ne vois nulle part que la Thailande soit citee. A juste titre. Au mieux c’est une destination pour « beaufs » et vacances « pas cheres » ( avant accidents , notes d’hopital, vols, aggressions, escroqueries, etc…j’en passe et des meilleures ). Pour un professionnel, c’est une mare aux canards…
Indiquez clairement aussi que vous etes un site de PROPAGANDE pour la Thailande et non une source objective d’informations. Votre style d’ecriture est d’ailleurs conforme a la norme du pays meme si n’est pas du Thailandais. Classement presse sur 170 pays, la Thailande vient au 139eme rang. Pas mal…

Votre manque d’objectivité dans vos articles décrédibilise totalement votre site. Dommage, j’hésitais a m’abonner, mais trop peur que tous vos articles soient du même acabit.

32% qui partiraient … aux Etat-Unis, comme c’est original !
Pourquoi pas en Suisse, dans la phynance bien sûr, voire même à Monaquo, aux frais de la princesse ?

Contrairement à ce que vous croyez M. Languepin, la France n’est pas si étouffée que cela et elle s’enrichit…Preuve en est :

http://lexpansion.lexpress.fr/economie/la-france-au-7e-rang-mondial-pour-la-richesse-des-menages_405335.html

http://www.atlantico.fr/decryptage/25-pour-fortune-500-francais-plus-riches-en-pleine-crise%C2%A0-pourquoi-c-est-fois-bonne-et-mauvaise-nouvelle-philippe-crevel-et-jean-783854.html

Quant aux 79% d’étudiants qui « pourraient envisager » de partir, l’expression me semble assez confuse…Dans les grandes écoles, il est toujours question de vocation internationale. Ce serait un peu bête de ne pas au moins « songer » de partir à l’étranger au moins quelques années, histoire d’acquérir de l’expérience pro à l’étranger ou de profiter de sa jeunesse pour voyager.
Cela dit, entre « pourriez-vous envisager » et « allez-vous demain », il y a un gap…
Pendant les études, on a beaucoup de rêves (et d’illusions) mais la vie n’est pas écrite d’avance.

En France nous avons de nombreux champions et ces fleurons de l’économie française sont friands de nos diplômés. Cette classe moyenne en devenir (vous déclarez qu’on les matraque mais je suis curieux de connaître votre définition de « classe moyenne ») doit très souvent obtenir de l’expérience à l’étranger avant de passer les portes de ces grandes entreprises. Et c’est normal : ces grosses boîtes sont des multinationales ! A l’inverse, nous avons aussi des diplômés d’autres pays qui viennent en France (même des allemands et des américains, si si je vous jure!) ; cela ne me choque pas dans un contexte de mondialisation et d’européanisation.

Enfin à la fin de votre article il est question d’une uniformisation « par le haut –avec un taux de 15,5 %, le prélèvement social opéré sur nombre de produits d’épargne courants tels que l’assurance-vie, les plans d’épargne en actions ou les plans d’épargne-logement, et ce de façon rétro active. »
En tant que journaliste, si vous aviez suivi l’actualité, vous sauriez que le projet de loi sera amendé et ne contiendra que la taxation des assurances-vie (et non les PEA, PEL et consorts).

Il me semble que je ne suis pas le premier sur ce site à faire remarquer que vos articles sont assez virulent contre la France, son (ses?) gouvernement(s), son système,…toute une idéologie sans aucun fondement.
Je vous invite, pour peu que la langue de Molière ne vous dégoute pas encore, à lire (au hasard) le dernier livre de Thomas Piketty, le capital au XXIe Siècle. Cela devrait modifier les idées reçues qu’on retrouve dans la plupart de vos articles.

Ah bon c’est « que » dans l’assurance vie qu’ils vont se servir. Ouf ! Ca va tout de suite mieux….

Peut-être que cet article n’est pas objectif à 100% mais
il dénonce bien la réalité sur le terrain de ce que vit le Peuple, et
met le doigt sur la vérité : du racket sur des économies difficilement
épargnées, et si ce n’était que ça! Car l’article de monsieur Languepin
serait facilement bien plus long si toutes ces injustices politiques
étaient énoncées.
Alors messieurs les démagogues retournez vous planquer dans vos bouquins qui
semblent si réconfortant pour vos petites consciences de parvenus et de
lèches-bottes
(j’énonce le résumé de votre carrière!) et notamment pour Mister
Konnard qui affiche en lumière sa mentalité d’avocat du diable!

Olivier Languepin a encore frappé : mais qu’est que la rédaction de thailande-fr attend pour virer ce scribouillard qui se prétend journaliste. Encore un article débile anti France sans aucun interet de la part d’un liberalo droitier reaganien qui n’interesse personne. Un ramassis de fiel sans aucun fondement qui salit la France et son gouvernement sans vergogne. Languepin vous êtes parti : tant mieux, restez où vous êtes la France n’a effectivement pas besoin de gens comme vous.

Mr Languepin n’a pas tout à fait tord dans ses propos.Celà devient infernal cette fixation sur le fait de taxé les citoyens français,surtout en touchant aux plus modestes.Meme Sarko n’a pas osé le faire !!

Je suis retraité du batiment,j’ai placé une bonne partie de mes économies dans de l »assurance vie comme tous les gouvernements le préconisaient,et voilà que celui ci à le culot de le rompre le contrat sans aucune concertation.
Si vous abondez dans le sens de ce gouvernement ( tout de meme critiqué par env 70% de la population !!),c’est que celà vous ne vous gene en rien d’etre « ponctionné » comme jamais un autre gouvernement français n’aurait osé le faire !!
Je me doute aussi de quel coté sont les personnes qui commentent..
Pour ce qui est des jeunes diplomés,ma nièce une fois ses diplomes en poche c’est vite « sauvée » en Chine puis au Canada ou il vit heureuse ,très bon niveau de vie,du travail,et une famille.Pour rien au monde elle ne reviendrait en France !!
Et ce n’est aucunement du fiel mais la réalité …malheureusement !!

Laisser un commentaire