Catégories
Actu Société

Nouvel an thaï : 386 morts sur les routes de Songkran

386 morts, plus de 3400 blessés : la traditionnelle tuerie sur les routes du nouvel an thaï a été un peu moins meurtrière cette année que l’année dernière (418 morts).

Durant les congés du nouvel an Thaï (Songkran), baptisés les “Sept jours dangereux” par la presse thaïlandaise, du 11 au 17 avril, 3 338 accidents de la route ont provoqué la mort de 386 personnes tandis que 3442 autres personnes ont été blessées.

Le nombre total de décès a cependant enregistré une baisse de 8% par rapport à l’année dernière.

La conduite en état d’ébriété et la vitesse excessive sont les principales causes d’accident selon la police qui précise que ces chiffres excluent les accidents non signalés.

La proportion d’accidents dus à la conduite en état d’ébriété a été de 36,6%, suivie de la vitesse de 28,3%. 

Les motos impliquées dans 80% des accidents

Sur les sept jours, près de 80% des accidents impliquaient des motos. Sur un peu plus de 2 000 postes de contrôle de la police installés dans tout le pays, plus de 65 000 policiers ont saisi 7 282 véhicules et poursuivi 210 883 personnes, principalement pour défaut du port de casque (55 805 personnes) et pour ne pas conduite sans permis de conduire (48 183 personnes).

Songkran Accidents
Infogram

Seules quatre provinces – Krabi, Phang Nago, Sukhothai et Ang Thong – n’ont enregistré aucun décès sur les routes pendant les sept jours de congés de Songkran.

Prasan Mahaleetrakul, directeur du département de probation (liberté conditionnelle) en Thaïlande, a déclaré jeudi que 480 conducteurs en état d’ébriété ont été condamnés à porter un dispositif de surveillance électronique et que le tribunal leur a ordonné de ne pas quitter leur domicile de 22 heures à 4 heures du matin pendant sept à 15 jours.

Les autres condamnations comprennent 24 heures de service communautaire.

Source : Khaosod

Avatar

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire