Dans une interview au magazine américain Time, Thaksin affirme être heureux d’avoir été contraint de prendre sa retraite grâce à un coup d’Etat militaire. Pour lui, la politique c’est fini, promis. « I am calling it quits ». L’ancien chef de la Thaïlande, Thaksin Shinawatra, dit qu’il en a fini avec la politique. Mais les militaires qui l’ont évincé craignent un retour

Extraits

TIME : Vous avez affirmé que vous et votre ancien parti politique, thaï Rak thaï, étiez fortement populaires. Pourtant il y a eu pratiquement aucune protestation contre le coup.

THAKSIN : C’était pareil pour 17 autres coups de la Thaïlande. D’abord, le peuple est choqué. Puis il commence à exprimer ses soucis. Et alors il commence à l’accepter, particulièrement après qu’il a été approuvé par sa majesté le roi. C’est un peuple très discipliné. Ils obéissent. Mais ils observent ce qu’ils font, et quand ils rendront la démocratie au peuple. La tolérance des personnes est limitée.

TIME : Le nouveau gouvernement a été responsable de mesures politiques controversées en décembre, et les changements proposés aux affaires étrangères agissent dans un sens qui pourraient limiter la propriété des investisseurs étrangers dans les compagnies en Thaïlande. Que pensez-vous de tels mouvements ?

THAKSIN : Personne ne peut encore adopter le protectionnisme. La Thaïlande doit être prête pour la globalisation et ne peut pas lui tourner le dos.

TIME : Vous avez rencontré des hauts responsables des affaires au Japon, qui est traditionnellement le plus grand investisseur étranger en Thaïlande. Que leur avez-vous dit ?

THAKSIN : Je leur dit ceci est un hoquet pour la Thaïlande, et de ne pas perdre la confiance en ce pays, que la démocratie reviendra au pouvoir et que leurs investissements porteront leur fruits.

TIME : La junte a prétendu que les forces vous étant fidèles étaient responsables des attentats à la bombe de la veille de la nouvelle année à Bangkok. Comment répondez-vous ?

THAKSIN : Je nie absolument un quelconque lien. Ces responsables doivent être traduit en justice. Montrer du doigt quelqu’un d’autre, sans preuves, n’est pas exact.

TIME : La junte vous accuse également et votre gouvernement de corruption.

THAKSIN : Ces allégations sont sans fondement. J’ai posé des questions très détaillées sur les projets qui sont allés dans le Cabinet pour approbation, et j’en ai écarté bon nombre d’entre elles. Dans tous les 17 coups précédents, la corruption était l’une des excuses. Mais quelques juntes ont fini encore plus corrompus. En tout cas, la corruption ne peut pas disparaitre de Thaïlande-elle est dans le système.

TIME : Vous avez critiqué la junte pour museler les médias, mais vous avez été accusés de faire la même chose pendant votre temps au pouvoir.

THAKSIN : La presse a publié des informations sans fondement sur moi. La presse ne devrait pas les publier à moins qu’elle ait tous les faits en main, parce que ceci peut blesser les réputations des autres. Ainsi je les ai critiquées ; parfois j’ai employé des mots forts.

TIME : Vous avez fait plus que juste des mots forts. Vous avez engagé des procès contre les journaux qui ont imprimé des choses que vous n’avez pas aimées.

THAKSIN : C’était la seule manière que j’avais d’obtenir la justice. Mais je ne suis jamais intervenu dans leurs activités ou fermé un journal.

TIME : la démocratie est-elle mûre en Thaïlande ?

THAKSIN : Sans démocratie il n’est pas possible que la Thaïlande prospère, parce que sans démocratie, nous n’obtiendrons pas la confiance des investisseurs pour développer le pays. Si vous regardez le développement des civilisations, la première courbe de la civilisation est militaire. La deuxième courbe est l’ industrialisation, ou le jeu de la richesse. La courbe courante est la technologie du jeu de la sagesse. Nous devons avancer dans le jeu de la sagesse ; nous ne devrions pas concurrencer dans le jeu de prestige. Mais la junte veut ramener le pays en arrière. Ce n’est pas bon.

TIME : Reviendrez-vous à la politique ?

THAKSIN : Juste après que j’ai été évincé par le coup, j’avais des sentiments mixtes. Le sentiment négatif était que c’était malheureux pour la Thaïlande et sa démocratie, que la confiance que j’ai essayé très dur de reconstituer après la crise 1997 financière soit perdue. La partie positive était, oh,je peux me retirer maintenant, je peux avoir le temps pour moi, pour ma famille, je peux rencontrer des amis et me détendre. La vie n’est pas si longue, ainsi si vous pouvez apporter du bonheur à vous-même et votre famille, qui est bonne… Je suis tout à fait confiant qui si j’étais candidat aux élections aujourd’hui, je gagnerais, mais je n’ai aucune ambition politique. C’est fini.

0/5 (0 Reviews)

Laisser un commentaire