Catégories
Actu

Un Belgo-Thaï condamné à 17 ans de prison pour le meurtre d’un Français en Thaïlande

Le meurtrier présumé d’Eric Dremeau, assassiné en Thaïlande en 20011, est accusé de l’avoir tué pour une banale histoire de vente de moto. Le procès s’ouvre cette semaine devant la Cour d’Assises de Paris.

C’est l’histoire d’une banale arnaque sur la vente d’une moto d’occasion qui a tourné au drame pour un Français expatrié en Thaïlande, assassiné en 2011 à Bangkok.

Jim Verschueren, un Belgo-thaïlandais de 26 ans, a été condamné à 17 ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Paris pour l’assassinat d’un expatrié français à Bangkok en 2011.

Un homme, considéré comme le complice de Jim Verschueren, qui l’accuse, a été condamné en 2014 à 22 ans de prison par la justice thaïlandaise.
La victime est un ancien militaire reconverti dans le civil : Eric Dremeau âgé de 42 ans vivait en Thaïlande où il travaillait depuis 2004 pour Eurocopter.

Il avait passé cinq ans en Malaisie, un an à Singapour avant de s’installer en 2009 à Bangkok avec sa femme et ses deux enfants.

Il devait y rester pendant trois ans, mais le 1er août 2011 son corps a été retrouvé par la police thaïlandaise près d’une rivière à Bangkok, abattu de plusieurs balles dans la tête.

Son meurtrier présumé est accusé de l’avoir assassiné pour une banale histoire de vente de moto.

eric-dremeau
Marié et père de deux enfants, Eric Dremeau a été tué de trois balles dans la tête en 2011 à Bangkok.

Un acompte de 200.000 baht sur l’achat d’une moto

Au départ c’est une petite annonce pour la vente d’une moto de grosse cylindrée qui intéresse Eric : il se met d’accord avec le vendeur, le Belgo-Thaïlandais Jim Birkuslan, et lui verse même un premier acompte  de 200.000 baht sur la somme destinée à payer la moto.

Selon les policiers qui mènent l’enquête, cités par le journal The Nation, la supposée vente de moto se serait avérée être une escroquerie.

Au moment de finaliser la transaction, Jim Birkuslan prétend qu’il ne peut pas céder immédiatement la moto, car il a des problèmes avec le changement d’immatriculation.

Mais il réclame quand même le paiement des sommes restantes. Un ami de Jim vient les chercher en voiture, prend la direction de l’aéroport de Don Muang.

Arrêté quelques jours plus tard, Kamolpat « Mark » Suddharom, l’ami en question, un Irano-Thaïlandais de 22 ans, a expliqué qu’une dispute avait éclaté entre Jim et Eric alors que lui-même conduisait la voiture.

La querelle se serait poursuivie quarante minutes durant dans une ruelle alors que le véhicule était arrêté. Jim aurait alors tiré une balle de 9 mm dans la tête de son acheteur, prétextant ensuite devant la police la légitime défense.

C’est après ce rendez-vous que la disparition d’Eric Dremeau a été signalée à la police : les enquêteurs suspectent immédiatement le vendeur, et découvrent chez lui une arme dont le calibre correspond à celui utilisé pour abattre l’ingénieur.

Incarcéré puis libéré sous caution, le meurtrier présumé en profite pour fuir en Belgique.

Après avoir nié son implication dans la mort d’Eric Dremeau, le suspect donne une nouvelle version des faits en accablant un complice : Kamolpat « Mark » Suddharom qui purge une peine de 30 ans de prison en Thaïlande.

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.