Plus des deux tiers des sondés, soit 68,4 %, ont indiqué que le coût moyen des travaux de restauration de leur logement était d'environ 37.000 baht ( 925 euros)
Les abords de la rivière Chao Praya à Bangkok pendant les inondations de 2011

La Thaïlande voudrait bien faire oublier 2011 et ses inondations catastrophiques qui ont mis l’économie du royaume à genoux. Eviter à tout prix une nouvelle catastrophe semble être la priorité du gouvernement de Yingluck Shinwatra qui a investi un total de 125 millions d’euros dans la construction de digues.

Très critiquée sur sa gestion de la crise des inondations en 2011,  Yingluck Shinawatra qui fêtera sa première année de gouvernance au mois d’août, n’a pas l’intention de se laisser surprendre une seconde fois.

L’économie thaïlandaise avait subi une perte 328 milliards de baht (8,2 milliards d’euros) au cours du dernier trimestre de 2011, avec pour conséquence une quasi stagnation de la croissance en 2011: l’année dernière le PIB de Thaïlande a augmenté de seulement 0,1% à la suite des inondations.

Pour l’année 2012, le gouvernement thaïlandais s’est donné pour mission de rassurer les investisseurs et la population en investissant massivement dans la construction de digues de protection.

Eviter à tout prix une nouvelle catastrophe en 2012

En 2011 le Chao Phraya sortant de son lit dans plusieurs endroits, a causé des dégâts importants à Bangkok. Photo: Siam News Network

À partir de la source du fleuve, Nakhon Sawan, jusqu’à son embouchure près de Bangkok, les barrières anti-inondations sont en pleine construction le long du fleuve.

Nakhon Sawan est situé à environ 250 kilomètres au nord de Bangkok, et marque le point de confluence de deux fleuves majeurs, le Ping et le Nan. Ces deux rivieres convergent à Nakhon Sawan pour former le fleuve Chao Phraya qui coule au sud de Bangkok et se jette dans le golfe de Thaïlande.

Les barricades peuvent à certains endroit atteindre parfois 5,5 mètres de haut. L’édification tourne à plein régime dans plusieurs régions, particulièrement dans la ville de Nakhon Sawan où la catastrophe de 2011 a fait des dégâts considérables. Après le désastre de l’an passé, les habitants de Nakhon Sawan et les riverains ressentent le besoin d’ériger ces barrières pour se protéger tout comme à Bangkok.

Lorsque le fleuve est sorti de son lit l’an passé, la municipalité a du supporter 10 millions de bahts de dégât

En 2011, le plus haut niveau d’inondation enregistré en Thaïlande fut de 3,88 mètres. Cette année, l’administration locale est farouchement déterminée à protéger sa région des inondations. À l’aide d’un budget de plus d’un milliard de bahts, environ 25 millions d’ euros, ce mur s’étendra sur 20km le long du Chao Phraya.

Bien que l’ensemble du projet devrait prendre fin en 2015, un tronçon sera terminé à temps cette année afin de protéger Nakhon Sawan très exposée au risque d’inondation. Ce tronçon, d’une longueur de 600 mètres, débutera de Pom Nueng jusqu’à une fabrique de glace. La construction est prévue d’être  achevé fin août 2012. Il s’agit de la première phase du projet qui s’étendra sur 4 kilomètres, au mois d’avril de l’année prochaine le rideau permettra de protéger l’ensemble des 27,8km² de la commune de Nakhon Sawan. Les zones qui ne bénéficieront pas de la protection du mur se verront préserver par une digue provisoire.

Le Chao Phraya est le fleuve le plus important de Thaïlande après le Mékong et la Salween, il constitue un axe majeur de transport et de commerce et s’étend sur 372 kilomètres à travers 10 provinces dont Bangkok avant de se jeter dans le golfe de Thaïlande.

Pour les habitant de Nakhon Sawan la saison des pluies a lieu d’août à octobre. À cette époque le volume d’eau qui s’écoule dans cette province chaque année est estimé à 26 milliards de mètres cubes d’eau.

Une structure de grande envergure est également en cours de construction dans la province de Chai Nat de même qu’à Angthong. L’an dernier, ces zones avait elle aussi été frappées sérieusement par le désastre. Le gouvernement provincial de Chai Nat a dépensé environ 120 millions de bahts pour construire des infrastructures de prévention tel que des digues provisoires le long de la route Phaholyotin (23,8km). Le plus haut niveau de la digue est mesuré à 3 mètres au-dessus du niveau du sol.

À Ayutthaya, le Ministère de l’Irrigation du Royaume a prévu de se servir de 7 routes afin de les utiliser en tant que barrage. À l’achèvement du projet, ces routes seront capables de contenir la quantité d’eau accumulée dans des zones consacrées à la rétention de l’eau dans le secteur de Bang Ban, Sena et Phak Hai. Le niveau des routes sera d’environ 5,2 mètres au-dessus du niveau du sol.

Mais selon un maitre de conférence dans le domaine des catastrophes naturelles et de l’étude de la terre à l’Université de Chulalongkorn, Thanawat Jarupongsa-kul, les mesures de préventions des inondations telles que les murs et digues le long du Chao Phraya pourraient faire monter le niveau des eaux du fleuve et le faire déborder plus rapidement…

0/5 (0 Reviews)

1 commentaire

  1. A Paris dans ma jeunesse j’ai bien connu les inondations
    Il faudrait surement créer des lacs artificiels en amont
    pour réguler les crues …

Laisser un commentaire