Catégories
Actu Environnement

Cambodge: un écologiste abattu, deux journalistes interrogés

Quand on est journaliste ou défenseur de l’environnement, il y a un sujet qu’il vaut mieux éviter si on veut rester en vie: l’exploitation illégale des forêts. Il sera sans doute très difficile d’éclaircir les conditions de la mort du défenseur cambodgien de l’environnement Chut Wutty, qui a été abattu par la police dans une zone de forêt protégée, tant les exploitants illégaux de fôret opèrent souvent en toute impunité.

Quand on est journaliste ou défenseur de l’environnement, il y a un sujet qu’il vaut mieux éviter si on veut rester en vie: l’exploitation illégale des forêts. Il sera sans doute très difficile d’éclaircir les conditions de la mort du défenseur cambodgien de l’environnement Chut Wutty, qui a été abattu par la police dans une zone de forêt protégée, tant les exploitants illégaux de fôret opèrent souvent en toute impunité.

Selon la Banque Mondiale, toutes  les  deux  secondes,  une  surface  forestière comparable à la superficie d’un terrain de football est rasée dans le monde par des exploitants opérant de manière illégale. Comme beaucoup d’autres pays de la région, la Thaïlande est très affectée par la déforestation: le royaume perd en moyenne 5 000 km² de zones forestières par an. Entre 1961 et 1998 les surfaces boisées ont diminué de moitié passant de 53% à 26% du territoire thaïlandais

Chut Wutty
Chut Wutty était un adversaire déclaré de l'exploitation forestière illégale, et soutenait d'autres militants en faveur de l'environnement et des droits fonciers

Un nouveau rapport de la Banque mondiale,  montre  comment  les   pays  peuvent  lutter  efficacement  contre l’exploitation illégale des forêts avec l’aide des systèmes de justice pénale, réprimer les activités  criminelles  organisées  et  dépister  et  confisquer  les  gains  illicites  tirés  de l’abattage des arbres.

Lire aussi Déforestation illégale: un terrain de foot toutes les deux secondes – thailande-fr.com

Selon Reporters sans frontières

Les deux journalistes du Cambodia Daily, la cambodgienne Phorn Bopha et la canadienne Olesia Plokhii, sont arrivées à un poste de contrôle en fin de matinée, le 26 avril 2012, après avoir visité une zone de forêt protégée à Veal Bei dans la province de Koh Kong. Elles s’y seraient rendues pour effectuer un reportage sur le vin jaune en compagnie de leur guide, le défenseur cambodgien de l’environnement Chut Wutty.

Selon la Ligue Cambodgienne pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Homme (Licadho), Chut Wutty aurait refusé de donner à la police militaire la carte mémoire des appareils photo des journalistes.

Selon In Kong Chit, coordinateur provincial de la Licadho, le policier, In Rattana, aurait ouvert le feu avec son fusil AK-47 contre Chut Wutty, quand ce dernier aurait essayé de démarrer sa voiture pour quitter l’endroit. Chut Wutty serait mort sur le coup. Alors que les détails de la mort de l’activiste et du policier restent flous, l’épouse de Chut Wutty a affirmé dans les journaux que son mari avait été ciblé à cause de son travail.

Les deux journalistes ont été détenues pour interrogation par la police militaire de la province de Koh Kong et relâchées le 28 avril 2012. Phorn Bopha a été légèrement blessée à la lèvre. Les trois appareils photo qu’elles transportaient ont été confisqués par les autorités. Au moins une partie du matériel a par la suite été restitué aux reporters.

Les journalistes qui se rendent dans des zones naturelles protégées du Cambodge, notamment ceux qui couvrent les déforestations illégales, s’exposent régulièrement à des menaces émanant de compagnies privées. En 2007, Lem Piseth, correspondant de Radio Free Asia, avait dû fuir en Thaïlande après avoir reçu des menaces pour son enquête sur des exploitations forestières dans le centre du pays. En 2010, Reporters sans frontières a publié un rapport sur les exactions contre les journalistes s’intéressant aux dégradations de l’environnement.

 

L’homicide d’un militant écologiste cambodgien de premier plan doit immédiatement faire l’objet d’une enquête, a déclaré Amnesty International après que cet homme et un membre de la police militaire eurent été abattus jeudi 26 avril dans la province de Koh Kong (sud-ouest du pays).

D’autres membres de l’armée étaient semble-t-il présents lorsque les coups de feu ont été tirés, mais les circonstances de l’attaque restent floues.

Chut Wutty était un adversaire déclaré de l’exploitation forestière illégale, et soutenait d’autres militants en faveur de l’environnement et des droits fonciers, tels que le réseau Prey Lang. Il avait été menacé en raison de ses activités.

« Ces faits choquants vont à coup sûr faire retentir la sonnette d’alarme pour tous les militants ayant travaillé avec Chut Wutty », a souligné Rupert Abbott, spécialiste du Cambodge à Amnesty International.

« Il faut que les responsabilités soient établies dans cette affaire, et qu’une enquête digne de ce nom soit immédiatement ouverte sur ce qui s’est passé. »

Deux journalistes du Cambodia Daily – Phorn Bopha, cambodgienne, et Olesia Plokhii, ressortissante canadienne – étaient aux côtés de Chut Wutty lorsqu’il a été abattu. Toutes deux ont dans un premier temps été arrêtées, mais ont depuis lors été relâchées.

Selon les estimations de la Banque mondiale, les coupes illégales représentent jusqu’à 90 % de l’ensemble des activités d’exploitation forestière dans certains pays et produisent entre 10 et 15  milliards de dollars de revenus illicites par an.

Ces capitaux, contrôlés principalement par la criminalité organisée, échappent à l’impôt et servent à verser des pots-de-vin aux fonctionnaires corrompus à tous  les échelons de l’administration. Le rapport  publié  aujourd’hui  contient  des  conseils  sur  l’action  à  mener  ainsi  que  des recommandations opérationnelles à l’intention des responsables de l’action  publique  et des responsables de la gestion des forêts et de l’application de la loi.

L’objectif est de les aider  à intégrer la question de l’exploitation illégale des forêts dans les stratégies de justice  pénale,  de  promouvoir  la  coopération  internationale  et  nationale  parmi  les décideurs publics, les organismes  chargés de l’exécution de la loi et d’autres parties prenantes importantes, et de mieux exploiter les renseignements financiers disponibles.

Lire aussi Déforestation illégale: un terrain de foot toutes les deux secondes – thailande-fr.com

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

  • Il y a fort à parier que ce crime va rester une nouvelle fois impuni, combien de temps faudra il attendre que cesse ces coupes de bois sauvages et criminelles, que font les gouvernements respectifs leurs membres n’ont il pas d’enfants auxquels ils devront rendre des comptes pour avoir laissé détruire un patrimoine universel garant de la survie des générations futures.Je présente mes plus sincères condoléances à la famille de Chut Wutty et tiens à saluer le courage de toutes celles et ceux qui sur le terrain risquent leur vie en s’exposant quotidiennement pour dénoncer ces exactions.
    John