Catégories
Actu

506 morts en Thaïlande, Bangkok toujours en état d’alerte

Les inondations qui ont fait des ravages dans 25 provinces de Thaïlande dont Bangkok ont fait 506 morts et deux disparus, selon le centre de secours aux sinistrés, tandis que le mécontentement continue de monter le long des digues qui protègent le centre de Bangkok.

Les inondations qui ont fait des ravages dans 25 provinces de Thaïlande dont Bangkok ont fait 506 morts et deux disparus, selon le centre de secours aux sinistrés, tandis que le mécontentement continue de monter le long des digues qui protègent le centre de Bangkok.

Environ 1 million de familles de plus de 3 millions de personnes ont été touchées par les inondations depuis le mois de juillet. Jusqu’à présent 64 provinces ont été touchées par les inondations depuis le milieu de cette année, mais la situation s’est apaisée dans 39 provinces où les travaux de réhabilitation ont commencé.

A Bangkok, le niveau de l’eau sur Vibhavadi-Rangsit Road en face des bureaux de PTT (Pétrole de Thaïlande) où se trouve le FROC (Flood Relief Operations Command, le centre gouvernemental de lutte contre les inondations) a été de 70 à 80 centimètres de haut dans l’après-midi. Environ 60 sacs de sable géant ont été placés en travers du Soi Vhibhavadi 41 par l’armée pour protéger l’immeuble où le FROC est situé. Plus tôt cette semaine le FROC avait déjà été obligé de quitter l’ex aéroport de Don Mueang, lui même inondé.

Le centre ville de Bangkok toujours préservé

La Premier ministre Yingluck Shinawatra a tenu jusqu’à présent sa promesse de protéger le centre ville de Bangkok. Elle avait dans un premier temps annoncé avoir donné l’ordre d’ouvrir plus largement les écluses qui protègent Bangkok pour faciliter l’écoulement des eaux vers la mer. Mais cette promesse s’est heurtée à la nécessité de protéger le centre ville de Bangkok, notamment les quartier des affaires de Sathorn, et celui de Sukhumvit qui restent les centres névralgiques de l’économie thaïlandaise.

Le manque d’organisation et les rivalités entre la municipalité de Bangkok et le gouvernement, ont exacérbé ces derniers jours la tension autour des digues qui protègent Bangkok, notamment la plus importante d’entre elles, la digue de  Sa Majesté le Roi (en rouge sur la carte).

La colère monte le long des digues qui protègent le centre de Bangkok, car l'évacuation par les canaux qui traversent la ville est beaucoup trop lente. Une solution radicale consisterait à laisser passer l'eau dans le "floodway system" (en orange sur la carte), un réseau naturel de canaux, mais impossible à réguler.

Un problème de vases communiquant ?

Dimanche soir, environ 1.000 habitants vivant le long du canal parallèle (Khlong Sam Wa) à la digue de Sa Majesté le Roi ont manifesté pour demander que les écluses soient ouvertes plus largement. Le gouvernement a finalement accepté d’ouvrir plus largement l’écluse, mais cela s’est traduit aussitôt par un excès d’eau coulant vers le sud dans le canal Saen Saep qui traverse la ville et à proximité du Bang Chan Industrial Estate.

Pour protéger le centre-ville, et l’aéroport de Suvarnabhumi et deux zones industrielles à risque, les responsables se sont livré à une course contre la montre pour évacuer l’eau hors de la partie orientale de Bangkok par le biais des canaux qui sillonnent la ville.

Le côté est de Bangkok, qui abrite l’aéroport de Suvarnabhumi et les parcs industriels de Bang Chan et de Lad Krabang, sont toujours une préoccupation majeure : si ces endroits devaient être inondés, les conséquences seraient très importantes pour l’économie et le tourisme. Mais l’évacuation par les canaux régulés par un système de pompes et d’écluses apparaît beaucoup trop lent pour drainer dans un délai raisonnable les masses d’eau accumulées depuis des mois.

Beaucoup de canaux de la ville ont été   “illégalement bloqués” selon un article du journal The Nation. Une inspection récente révèle que de nombreuses structures ont été construites illégalement sur des voies d’eau dans 26 canaux dans l’est de Bangkok, ce qui est l’une des principales raisons pour lesquelles le drainage des inondations est si long, a indiqué le ministère des Ressources naturelles et Environnement.

Une croissance amputée de 1,5% au moins

La Banque de Thaïlande (BoT) a abaissé ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) pour 2011 de manière significative de 4,1 à 2,6%, en tenant compte des pertes et dommages estimés à Bt160 milliards en raison des inondations qui frappent le royaume depuis près de trois mois.

Athit Ismo, directeur général du département de protection du travail, a indiqué que plus de 20.000 sociétés employant plus de 790.000 personnes dans 16 provinces sont touchées par les inondations et ont licencié plus de 5.300 employés, notamment à Bangkok et dans la province centrale de Nonthaburi.

La plupart des sociétés ont cependant décidé de ne pas licencier de personnel, tirant les leçons de la récession de 2008, et des difficultés à retrouver des employés après la période de crise. Sept parcs industriels ont déjà été inondés, entraînant un préjudice économique d’au moins 4,9 milliards de dollars.

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.