Catégories
Société

Le football, histoire d’une passion thaïlandaise

Les bons résultats s’enchaînent (quatre victoires contre le Vietnam et Chinese Taipei accompagnées de deux match nuls contre l’Irak) et les fans se prennent à rêver de participer à la phase finale de la Coupe du Monde 2018!

La football mania s’est emparée de la Thaïlande : grâce aux très bons résultats de l’équipe nationale ces derniers mois, le ballon rond marque des buts dans le cœur des Thaïlandais.

Cet engouement n’est pas tout à fait nouveau, mais il prend de l’ampleur cette année, soutenu également par un championnat professionnel en croissance, qui s’inspire du succès et de la visibilité du football anglais.

Mais ce qui pourrait vraiment faire la différence, c’est une qualification pour la coupe du monde en 2018.

Le match nul 2-2 avec l’ Irak à Téhéran jeudi dernier assuré le passage de l’équipe nationale thaïlandaise à la phase de qualification finale pour la deuxième fois de leur histoire.

La sélection nationale passe la troisième

L’équipe nationale, assuré de participer au troisième tour qualificatif de la coupe du Monde dans la zone AFC (Asian Football Confederation), cristallise les passions.

Les bons résultats s’enchaînent (quatre victoires contre le Vietnam et Chinese Taipei accompagnées de deux match nuls contre l’Irak) et les supporters se prennent à rêver de participer à la phase finale de la Coupe du Monde 2018!

Toutefois, la route est encore longue, puisqu’au prochain tour, composé de deux groupes de six équipes, ils devront terminer dans les deux premières positions de leur poule pour se qualifier directement à la Coupe du Monde.

La tâche ne s’annonce pas facile face à des adversaires potentiels expérimentés tels le Japon, la Corée du Sud, l’Iran ou l’Australie.

Si la Thaïlande ne parvenait pas se classer dans les deux premiers de leur groupe au prochain tour, leur dernière chance serait d’être classé troisième.

Ils affronteraient alors l’autre troisième asiatique en match aller-retour, le vainqueur de ce duel bénéficiant alors d’une dernière chance de se qualifier pour la Coupe du monde dans un match de barrage aller-retour en Novembre 2017, face à une équipe de la zone CONCACAF (Amérique centrale, Amérique du Nord et Caraïbes).

Le foot anglais qui inspire

Il n’y a pas de doute, les Anglais sont très doués pour le marketing sportif. Leur championnat national est ainsi suivi aux quatre coins du monde, dont la Thaïlande.

Les équipes les plus prestigieuses savent cultiver leur image en créant de toutes pièces, à grands renforts de publicités et de matchs amicaux, des fan-clubs locaux.

Ainsi, les équipes de Liverpool, Manchester United, Arsenal ou Chelsea ont énormément de fans en Thaïlande. A tel point que les matchs opposants ces équipes sont parfois projetés sur écran géant devant plusieurs milliers de fans, la plupart revêtu de la tunique de leur club favori.

Manchester City, pourtant l’une des toutes meilleures formations de la première ligue anglaise, compte moins de supporters en Thaïlande, tout au moins à Bangkok. La raison se cache sans doute dans le fait que ce club appartenait à l’ancien premier ministre banni Thaksin Shinawatra.

Des sponsors made in Thailand

Ce n’est pas le seul à avoir investi Outre-Manche puisque Leicester City, actuellement surprenant leader de la premier league, est la propriété d’un autre milliardaire Thaïlandais, à savoir Vichai Srivaddhanaprabha, l’homme derrière les Duty Free King Power.

Leicester-City

Grâce à la popularité de ce championnat dans le Royaume mais surtout à l’international, les marques thaïlandaises ont saisi l’opportunité d’étendre leur influence et leur visibilité dans le monde entier. Par exemple, la marque de bière Chang est un sponsor officiel de l’équipe d’Everton.

Quant à la marque concurrente Singha, elle fait partie des sponsors maillots officiels de l’équipe de Chelsea, mais aussi de Manchester United

Laisser un commentaire