Catégories
Société

En Thaïlande, une justice à deux vitesses ?

La court d’appel de Bangkok vient de confirmer la peine de deux ans d’emprisonnement avec sursis rendue par la court familiale et juvénile à l’encontre de Orachorn Thephasadin Na Ayudhya

La court d’appel  de Bangkok vient de confirmer la peine de deux ans d’emprisonnement avec sursis rendue par la court familiale et juvénile à l’encontre  de   Orachorn Thephasadin Na Ayudhya

Le 27 décembre 2010, la jeune fille, alors âgée de 16 ans, avait perdu le contrôle de son véhicule, provoquant la mort de 9 personnes. Conduisant sans permis une Honda Civic, elle était entrée en collision avec un mini-van sur un pont autoroutier en périphérie de Bangkok.

Si, malheureusement, les accidents de la route sont loin d’être rare en Thaïlande, celui-ci a défrayé la chronique pendant plusieurs semaine. En cause : la sentence jugée  trop « légère » prise à l’encontre Orachorn Thephasadin Na Ayudhya  issue d’une famille très aisée de la capitale.

Une photographie de la jeune fille, indemne, captivée par son smartphone juste après l’accident a également provoquée une vague de colère sur les réseaux sociaux et à été reprise en masse par les médias.

Un sentiment d’impunité pour les plus riches

Interdiction de conduire jusqu’à l’âge de 25 ans, deux années de prison avec sursis, 10 millions de baht et 48 heures de travaux d’intérêt généraux par an. Bien que la jeune fille était encore mineure lors de l’accident, les peines qui pèsent contre elles ne sont en effet pas très lourdes au vue du nombre de victimes de l’accident.

Cet événement rappelle également le cas de Vorayuth Yoovidhya, héritier de la famille propriétaire de Red Bull, qui avait provoqué la mort d’un policier lors d’un accident à bord de sa Ferrari . Sous l’emprise de cocaïne l’homme avait percuté un policier à moto à plus de 100 Km/h avant de prendre la fuite.

Après avoir payé sa caution de 500.000 bahts (environ 11.400 euros) ce dernier s’est empressé de partir pour l’étranger et esquive depuis les convocations du procureur.

La confirmation des sanctions par la court d’appel et le cas de M. Yoovidhya ont fait resurgir le débat concernant la justice thaïlandaise, que beaucoup considère à « deux vitesses » dans le pays : une justice aveugle d’un côté, mais qui de l’autre aurait tendance à favoriser les personnes les plus aisées et influentes.

Laisser un commentaire