Info Publicité : VisaThailande.fr est une agence de visa agréée par l’ambassade royale de Thaïlande

Selon le Centre d’information COVID-19, le nombre des infections à la COVID-19 diagnostiquées au moyen de tests antigéniques rapides, a atteint 1 015 583 aujourd’hui.

22 476 nouveaux tests antigéniques positifs à la COVID-19 ont été enregistrés hier et 25 821 cas aujourd’hui. Le nombre de morts au cours des dernières vingt-quatre heures est de 84 et 251 936 personnes sont toujours traitées, dont 1 672 cas d’inflammation pulmonaire.

Les chiffres officiels du Covid publiés par la Thaïlande reposent sur le nombre de cas détectés par test PCR, mais cette année plus d’un million de cas ont aussi été détectés par le biais de tests antigéniques, plus faciles à utiliser et aussi beaucoup moins chers sur les tests PCR.

Un nombre de cas sous-estimé

Par conséquent le nombre réel de cas détectés cette année pourrait être deux fois plus important que celui officiellement recensé (1 351 963) si on ajoute le nombre de cas détectés par le biais des tests antigéniques (1 015 583).

Ce nombre est probablement lui aussi très sous-estimé s’agissant de tests effectués à domicile et compte tenu du fait que des centaines de milliers de kits d’auto-test ATK sont utilisés chaque jour en Thaïlande.

Le taux d’occupation des lits d’hôpital est de 27,6 % et 24 066 patients se sont rétablis aujourd’hui. Cette année, le nombre de décès dus à la COVID-19 est maintenant de 3 101.

Le Dr Yong Poovorawan, directeur du Centre d’excellence en virologie clinique de la Faculté de médecine de l’Université Chulalongkorn, a donné des conseils sur la façon de se débarrasser correctement des trousses de test usagées, notant qu’elles sont considérées comme des déchets contaminés ou un risque biologique, qu’ils soient positifs ou négatifs.

Il a souligné que plusieurs centaines de milliers de kits de test antigénique rapide sont utilisés chaque jour et qu’ils doivent être correctement désinfectés avant d’être placés dans des sacs d’élimination rouges.

Étant donné que la plupart des gens n’ont pas de sacs rouges et ne séparent pas les déchets biorisques des ordures ménagères normales, il a déclaré qu’il était possible que le virus se propage dans l’environnement, par exemple dans les voies d’eau, bien qu’une élimination inappropriée.

A propos de cet auteur

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.