Catégories
Politique

Hillary Clinton se rendra en Birmanie et en Corée du Sud fin novembre

Après avoir visité la Thaïlande le 16 novembre dernier, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton se rendra en République de Corée (RDC) et en Birmanie (Myanmar) à partir du 30 novembre, a déclaré le Département d’Etat américain.

Après avoir visité la Thaïlande le 16 novembre dernier, la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton se rendra en République de Corée (RDC) et en Birmanie (Myanmar) à partir du 30 novembre, a déclaré le Département d’Etat américain.

Pendant son séjour à Busan, Corée du Sud le 30 novembre, Mme Clinton participera au quatrième Forum de haut niveau sur l’efficacité des aides.

« La participation de Mme Clinton reflète l’engagement politique fort des Etats-Unis pour le développement comme principaux piliers de la sécurité, la prospérité et le progrès démocratique dans le monde »,

a déclaré dans un communiqué, Mark Toner le porte-parole du Département d’Etat.

La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton avait appelé le 16 novembre la Thaïlande frappée par des inondations historiques à la réconciliation, après des années marquées par des crises politiques à répétition.

“Ces inondations sont un défi précoce et important au nouveau gouvernement thaïlandais et à la paix durement gagnée à laquelle les Thaïlandais sont parvenus après la violence politique des dernières années”

a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse conjointe à Bangkok avec la Premier ministre Yingluck Shinawatra.

“Nous encourageons le gouvernement à aller de l’avant avec un processus de réconciliation, qui est crucial pour la sécurité et la stabilité à long terme de la Thaïlande”,

a-t-elle ajouté, assurant du “soutien” des États-Unis dans cette tâche.

“Nous sommes fiers d’être à vos côtés, en ces temps de défi, alors que vous affrontez les pires inondations de l’histoire de votre pays”

Des changements spectaculaires en Birmanie.

La nouvelle la semaine dernière que la militante pro-démocratie Aung San Suu Kyi avait soutenu un retour en politique pour son parti, longtemps interdit par la junte militaire, a ajouté de la crédibilité aux réformes commencées par le président Thein Sein et le «nouveau gouvernement» de Naypyidaw, issu de l’élection controversée de l’année dernière.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton se rendra en République de Corée (RDC, Corée du Sud) et en Birmanie à partir du 30 novembre, a déclaré le Département d'Etat.
Les développements récents dans ce que certains ont surnommé le “printemps birman» ont relancé l’optimisme et l’encouragement de l’ONU et de Washington. Le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon et la secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton ont promis de visiter l’état l’ancien état paria le mois prochain pour tenter de favoriser la libération des prisonniers politiques.

Toner a salué le voyage à venir de Mme Clinton à Nay Pyi Taw et Rangoon du 30 novembre au 2 décembre comme un « voyage historique », car il marque la première visite au Myanmar d’un secrétaire d’Etat américain depuis plus de 50 ans.

« Mme Clinton va appuyer les réformes qui ont eu lieu ces derniers mois et discuter de la poursuite des réformes dans des domaines clés, ainsi que des mesures que les États-Unis peuvent prendre pour renforcer ces progrès ».

En outre, Mme Clinton va consulter « un groupe large et diversifié» de la société civile et les leaders des minorités ethniques afin d’avoir leurs points de vue sur les développements dans le pays, a ajouté Toner.

Le nouveau gouvernement du Myanmar, qui a pris ses fonctions le 30 mars,  et a entreprise des réformes politiques et économiques dans le pays, y compris la libération des prisonniers politiques.

Mme Clinton a appelé le Myanmar à libérer tous les prisonniers politiques, à chercher des moyens pour résoudre les conflits ethniques, et à mettre en place « un véritable système électoral et à ouvrir la porte aux partis politiques et à la liberté d’expression.

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.