Catégories
Économie

Un plan de relance de l’économie

 bath Le gouvernement thaïlandais a lancé un plan de relance de la consommation, débloquant 1,2 milliards de dollars (44 milliards de bahts) pour permettre aux moins riches d’accéder à l’emprunt auprès de quatre banques publiques.

Le gouvernement thaïlandais a lancé un plan de relance de la consommation, débloquant 1,2 milliards de dollars (44 milliards de bahts) pour permettre aux moins riches d’accéder à l’emprunt auprès de quatre banques publiques.

Pour tenter de contrer le ralentissement de la croissance (régulièrement revue à la baisse depuis le début de l’année, de 3.8 à 4,5% pour 2007), le gouvernement annonce un plan de sauvetage de 44 milliards de bahts destiné à relancer la consommation.

Les bas et moyens revenus devraient pouvoir souscrire à des prêts pour l’habitat, le développement de l’entreprise, les projets communautaires et l’éducation, tandis que les PME pourront postuler pour des investissements destinés à d’améliorer leur fonctionnement.

La Directrice générale du bureau de la politique fiscale au Ministère des Finances, Pannee Sathavarodom, a affirmé que ce plan était destiné à maintenir la croissance économique à 4% au moins cette année.

Lorsqu’il était aux affaires, Thaksin avait lancé un vaste programme de 400 milliards de bahts destiné à financer des prêts « productifs » pour les villages. Un projet souvent décrit par l’opposition comme une mesure populiste profitant davantage aux riches qu’aux pauvres.

Selon Somchai Jitsuchon, directeur de recherches macro-économiques au Thailand Development Research Institute, le coup d’arrêt au programme de Thaksin par le gouvernement issu du coup d’état a provoqué un choc dans les milieux ruraux qui ont de fait réduit leurs dépenses. « Ce que le gouvernement est en train d’essayer de faire, a-t-il expliqué à l’AFP, c’est d’injecter à nouveau de l’argent aux pauvres, mais dans une moindre mesure, afin d’amortir le ralentissement économique. »

Le Ministre des Finance admettait lui-même la semaine dernière que « le vrai problème de l’économie du royaume restait l’incertitude politique résultant du coup d’état » , avec notamment le projet de Constitution et la possible dissolution des deux principaux partis politiques pour fraude électorales en avril 2006.

Si le Parti Démocrate et le Thai Rak Thai sont condamnés, ils seront dissous et leurs dirigeants interdits de politique pendant 5 ans, ce qui signifierait l’absence des personnages principaux de la vie politique aux prochaines élections promises en décembre par la junte.

Une baisse des taux en perspective

L’annonce du plan de relance économique, n’a d’ailleurs pas empêché le Président de la Bourse Thaïlandaise, Vijit Supinit, d’appeler, dès le lendemain, la banque centrale à accélérer la baisse des taux d’intérêts afin de stimuler la consommation domestique et l’économie dans son ensemble. La banque de Thaïlande avait baissé ses taux d’intérêts d’un demi point le mois dernier pour arriver à 4.0 pour cent afin de stimuler l’économie. Mais Vijit estime qu’à 4.0%, les taux d’intérêts restent trop élevés, et qu’il faut donc effectuer une baisse plus agressive. La BOT doit en principe se réunir à la fin du mois pour une réunion de réévaluation de ses taux d’intérêts.

Nombre d’analystes s’attendent à ce que la banque centrale consente à une baisse à 3.0 pour cent d’ici la clôture de l’exercice 2007 pour soutenir la croissance économique, qui est régulièrement revue à la baisse depuis le début de l’année, un récent rapport de Macquarie prévoyant même un taux de 3,5 %.

Le Président de la Bourse Thaïlandaise a aussi attiré l’attention sur une baisse très probable des exportations, principal moteur de l’économie thaïlandaise, en raison d’un possible ralentissement de la demande globale.

« Les exportations ont grimpé de près de 20% dans le premier quart de l’année en raison d’une croissance économique forte en Allemagne, en Chine et en Inde tandis que l’économie japonaise a également montré des signes de reprise, a-t-il affirmé. Cela dit, poursuit-il, cette croissance ne devrait pas se poursuivre car l’économie globale montre des signes de ralentissement. »

Les exportation thaïlandaises ont augmenté de 19% par rapport au même mois l’an passé pour atteindre un record de 12,9 milliards de dollars malgré une appréciation du baht de 13% supérieure au taux de mars 2006, atteignant le niveau d’environ 35 bahts pour 1 dollar.

Un baht fort diminue la compétitivité des exportations sur les marchés étrangers et diminue les profits rapatriés des entreprises locales. Et Supavud Saicheua, maître de recherches chez Phatra Securities, estime que l’appréciation du baht, qui reste à un taux inégalé depuis neuf ans, couplée à une potentielle récession économique américaine laisse prévoir la fin de la croissance des exportations thaïlandaises.

Olivier Languepin

Par Olivier Languepin

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Laisser un commentaire