Connaissez-vous le Nang Talung ? Ce spectacle d’ombre qui par sa poésie, sa musicalité et sa mise en scène peu commune, vous transporte dans un autre monde, celui des marionnettes, de l’enchantement et de la culture thaïe.

Cet art traditionnel dans lequel les marionnettes jouent avec la lumière, est connu de tous dans le sud de la Thaïlande au point que certaines régions ont en fait le symbole de leur vie locale.

Une tradition préservée dans le sud de la Thaïlande

Nang signifie “cuir” en thaï (le matériau utilisé pour la fabrication des marionnettes), et Talung est une abréviation de Pattalung, une ville du sud de la Thaïlande où la tradition des théâtres d’ombres est restée très populaire.

Le nai nang talung, le marionnettiste de Nang Talung, chante une histoire en vers (appelés « wa bot ») en dialecte, dans laquelle une narration est entrecoupée de dialogues afin de créer une pièce humoristique et satirique.

Le nai nang talung est le metteur en scène, l’écrivain, le comédien et le chanteur. Il incarne tous les personnages de l’histoire qu’il a conçue, et emprunte une voix et une personnalité différente pour chacun d’eux.

What is Nang Talung in Thailand? | 2 Minutes Thailand

Les marionnettes sont réalisées par un artisan professionnel dont le savoir-faire est rare et la technique employée est pointilleuse.  Il utilise une peau d’animal, qu’il perfore à l’aide d’un bâton afin de creuser des petits trous et ainsi de donner la forme souhaitée à la figurine. Chacune d’entre elles est unique.  

Il n’y a qu’un seul artisan par province et les nai nang talung viennent à lui pour lui acheter des marionnettes ou pour lui demander d’en concevoir des spécifiques. 

Dans tous les spectacles de Nang Talung, il y a des personnages récurrents, imaginés de toutes pièces. D’autres sont directement inspirés de la réalité, les spectateurs pourront par exemple reconnaître des chanteurs ou des personnalités publiques célèbres.

Et d’autres encore sont imaginés par le marionnettiste tout en se calquant sur les hommes, conservant ainsi leurs vices desquels il pourra se moquer mais aussi leurs qualités.

Les histoires écrites puis narrées par l’artiste peuvent être traditionnelles mais la popularité de cet art réside dans la capacité qu’aura le nai nang talung à dépeindre la société actuelle, les événements sociaux et politiques dominants et les éléments de l’actualité de la région qui sauront directement toucher le spectateur. Une morale émerge de la pièce.

Un spectacle humoristique et satirique

Voilà le vecteur principal de la popularité durable du Nang Talung, qui en fait une partie du paysage social et culturel des peuples du sud depuis plusieurs générations maintenant.

L’humour doit également avoir une part importante dans le spectacle. C’est à travers le personnage comique et les rires qu’il provoque que le marionnettiste sait si sa pièce était appréciée. Les parties comiques laissent généralement une forte impression aux spectateurs dont ils se souviendront et parleront autour d’eux, ce qui rendra la troupe célèbre. 

Nang Talung -Shadow Play Music-

« La troupe » induit que le nai nang talung n’est pas seul derrière le voile blanc, en effet, des musiciens (appelé « luk khu » ) sont en charge d’animer la pièce en jouant de la musique durant le spectacle et l’accompagnent avec de nombreux instruments : pi nai (sorte de hautbois thaï) ; un mong (gong de taille moyenne), un thap (tambour unilatéral accordé), un klong tuk (une sorte de tambour), une paire de ching (une paire de petites cymbales) et une paire de trae (une paire de claves, bâtons en bois dur). 

L’instrument le plus important de la pièce est le Thap ou Khoh car il contrôle le rythme de la pièce, ainsi que le tempo que les autres musiciens doivent suivre. Il est considéré comme le cœur de la pièce. 

Bien que la majorité des foyers thaïlandais possède aujourd’hui un poste de télévision, l’art du Nang Talung subsiste dans le sud du pays comme un symbole et un divertissement folklorique important. Il fait rire les enfants et stimule l’esprit critique des plus grands. 

A propos de cet auteur