Catégories
ASEAN

Myanmar: espoir des réfugiés, mais oppression des minorités

Alors que l’offensive de charme du Myanmar est partout dans les médias à travers l’ouverture du pays, et le premier voyage de sa très célèbre opposante Aung San Suu Kyi, les militants des droits de l’homme dénoncent dans l’indifférence les abus flagrants contre les minorités ethniques qui se poursuivent.

Alors que l’offensive de charme du Myanmar est partout dans les médias à travers l’ouverture du pays, et le premier voyage de sa très célèbre opposante Aung San Suu Kyi, les militants des droits de l’homme dénoncent dans l’indifférence les abus flagrants contre les minorités ethniques qui se poursuivent.

L’enthousiasme était palpable du côté des quelques réfugiés birmans qui patientaient sous la chaleur suffocante du soleil de midi dans l’espoir d’apercevoir la chef de file de l’opposition Aung San Suu Kyi, celle qu’ils nomment avec simplicité « the Lady», à l’occasion d’une visite historique dans le plus grand camp de réfugiés de Thaïlande, situé à la frontière entre les deux pays.

Des refugiés Karen dansun camp de Thaïlande attendent la visite d'Aung San Suu Kyi. Photo: Yukari Sekine

La sécurité était stricte au camp de Mae La alors que plus d’un millier de réfugiés avaient été autorisés à pénétrer dans une zone barricadée le 2 juin.

Positionnés le long d’une route de terre menant à la clinique du camp, ils ont accueilli le cortège de véhicules encadré par la milice armée qui escortait Aung San Suu Kyi, élue au Parlement birman en mai après avoir été assignée à résidence pendant 15 des 21 dernières années.

Selon le consortium de la frontière thaïlando-birmane (Thai Burma Border Consortium, TBBC), un groupe parapluie d’organisations non gouvernementales (ONG) qui interviennent le long de la frontière, plus de 140 000 réfugiés birmans, appartenant pour la plupart à l’ethnie Karen, vivent dans les dix camps installés le long des 1 800 kilomètres de la frontière thaïlando-birmane, dont plus de 53 000 personnes non enregistrées.

À l’est du Myanmar, et plus particulièrement dans l’État Karen, les indicateurs de santé et d’éducation sont parmi les moins bons en Asie.

Lire l’article source sur le site de l’IRIN

Trop tôt pour lever les sanctions ?

Le gouvernement birman continue d’utiliser la torture et les mauvais traitements et il est trop tôt pour lever les sanctions, selon un groupe de défense des droits de l’homme au Myanmar.

Selon un rapport publié par le Réseau pour la documentation des droits de l’homme – Birmanie (ND – Birmanie), 371 cas de violations des droits de l’homme ont été documentés à travers le pays entre janvier et décembre 2011, et plus de 439 prisonniers politiques sont toujours en prison.

«Ni la loi Birmane, ni la Constitution n’interdisent explicitement la torture”, selon le rapport de ND Burma

Bien que le Myanmar soit en cours de reconnaissance par la communauté internationale pour ses réformes démocratiques, les représentants de quelques-unes des 13 organisations qui collaborent avec ND-la Birmanie sont préoccupés par la levée rapide des sanctions par les les pays occidentaux.

«Pour nous, il est trop tôt pour lever les sanctions”, a déclaré Twan Zaw,  “Tant que des opposants sont en prison, ce n’est pas un réel changement. Ils doivent arrêter la torture et les emprisonnements. Nous avons encore besoin des pressions extérieures, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de violations des droits de l’homme “, at-il dit.

Le rapport, intitulé “Mesures d’urgence: Torture et mauvais traitements en Birmanie depuis les élections de 2010”, recense 83 cas de torture et de mauvais traitements, en particulier dans les centres de détention et dans les zones ethniques Kachin et Shan, en conflit avec l’armée birmane.

Les prisonniers politiques ont été soumis à des abus physiques et psychologiques, en particulier pendant la période de l’interrogatoire, peu après leur arrestation.

Il s’agit notamment de diverses formes de torture tels que les coups, l’isolement et la privation des besoins fondamentaux tels que le sommeil et l’eau.

«La violence sexuelle est utilisée comme une arme de guerre dans la région  Kachin depuis le début des combats”, a déclaré Seng Hkawng Pan, représentant de l’Association des femmes de Kachin en Thaïlande (KWAT)

La région est une zone de conflit depuis juin de l’année dernière, après qu’un cessez-le- feu de 17 ans entre l’armée birmane et la Kachin Independant Army (KIA) a été rompu.

Il n’y a sont deux principales raisons pour lesquelles de tels abus encore se produire, selon à la ND-la Birmanie: le manque d’un la législation que les interdit la torture, et, deuxièmement, l’absence de un pouvoir judiciaire indépendant.

“La réforme constitutionnelle est nécessaire pour donner des droits égaux à des minorités ethniques et il doit également être la règle de droit”, a déclaré Pan.

Comme le pays se dirige vers la réforme et de réconciliation, certains groupes minoritaires craignent un blanchissage des abus passés.

Le rapport conclut
«Toute administration qui cherche à développer l’unité nationale doit faire face à l’héritage de la Birmanie de la torture si elle le souhaite assurer une société basée sur la règle de droit et le respect des institutions de l’Etat”.