Catégories
Actu Médias

Le NCPO va convoquer 200 journalistes pour un rappel à l’ordre

Le gouvernement militaire, qui dirige la Thaïlande depuis le coup d’Etat du 22 mai 2014, va expliquer aux journalistes comment faire pour ne pas contrarier le Premier ministre Prayut Chan-o-cha avec des questions provocatrices.

Le Conseil national pour la paix et l’ordre (NCPO) a prévu de rassembler plus de 200 journalistes locaux et étrangers la semaine prochaine au siège de la police nationale.

Le gouvernement militaire, qui dirige la Thaïlande depuis le coup d’Etat du 22 mai 2014, veut expliquer aux journalistes comment faire pour ne pas contrarier le Premier ministre Prayut Chan-o-cha avec des questions provocatrices.

La réunion sera la plus grande convocation des médias par le NCPO depuis le coup d’Etat de 2014.

Poser des questions constructives

La réunion, entre les journalistes, les soldats et la police, se tiendra au siège de la police nationale pour exhorter les journalistes à poser “des questions constructives” et non à “déformer les faits” dans leurs articles, a déclaré le Lieutenant Gal Suchart Pongput.

M. Suchart, est également secrétaire d’un comité de suivi des médias mis en place par le NCPO, qui selon le général Premier ministre Prayut surveille “chaque page et chaque article dans tous les journaux”.

“Il est de mon devoir d’établir des relations saines et de compréhension mutuelle avec les médias,”

a t-il dit, en ajoutant que certaines questions posées par les journalistes avait déjà provoqué des tensions entre l’armée et la police, ou entre certains ministres et les hauts fonctionnaires.

“Nous voulons tout simplement éviter que de telles choses se reproduisent. Nous voulons rencontrer les médias régulièrement,” a indiqué le Lt Gen Suchart.

Il a également déclaré que le NCPO et les médias pourraient se rencontrer à l’avenir sous forme de discussions autour de la nourriture, ou pour faire du sport.

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.