Catégories
Actu

Etat d’urgence dans trois quartiers de Bangkok

On ne s’ennuie jamais en Thaïlande, et surtout pas à Bangkok, où il ne se passe guère plus d’un trimestre sans qu’une manifestation ne vienne contester une décision de justice, une loi sur le point d’être votée, ou demander la démission du gouvernement.

On ne s’ennuie jamais en Thaïlande, et surtout pas à Bangkok, où il ne se passe guère plus d’un trimestre sans qu’une manifestation ne vienne contester une décision de justice, une loi sur le point d’être votée, ou demander la démission du gouvernement.

Cette fois ce sont les anti Thaksin qui tentent d’occuper certains points aux abords de la maison du gouvernement : résultat, tout le quartier est bloqué par un déploiement impressionnant de forces de sécurité.

Quatorze routes dans les trois quartiers, entourant le Government House, ont été bouclées par la police.
Quatorze routes dans les trois quartiers de Bangkok entourant le Government House, ont été bouclées par la police. Graphique : bangkokpost.com

Le groupe de manifestants regroupé sous le nom de PEFOT (Réseau des étudiants et des personnes pour la réforme de la Thaïlande) a formulé au moins exigences en direction de l’actuel  gouvernement :

Interrompre tout contact avec l’ex Premier ministre en exil Thaksin Shinawatra; revoir la décision du ministère public de ne pas inculper M. Thaksin pour terrorisme, et s’abstenir de nommer l’ancien procureur général Chulasingh Vasantasingh à un poste politique.

Il est possible que l’application de l’ISA (International Security Act) soit prolongée au-delà de sa date limite initiale du 18 octobre a annoncé aujourd’hui le  Centre pour l’Administration de la paix et de l’ordre (CAPO). Le gouvernement a annoncé mercredi dernier la mise en vigueur de l’ISA dans les quartiers de Dusit, Phra Nakhon et Pom Prab Sattru Phai  qui entourent les bâtiments du Gouvernement, le Parlement et d’autres bureaux gouvernementaux importants.

 

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.