Kanchanaburi, sur les rails du chemin fer de la mort

Bien entendu vous pouvez toujours prendre le bus pour aller à de Bangkok à Kanchanaburi, mais franchement ça serait dommage ne pas y aller en train

Lorsque l’on parle de la Thaïlande, on pense principalement à sa capitale Bangkok, Chiang Maï son extrême-nord, et Phuket au sud. Mais à quelques 130 kilomètres à l’ouest de Bangkok, une région mérite vraiment que l’on s’y attarde. Celle de Kanchanaburi.

La ville s’étire sur les berges de rivière Kwaï (ou Kwae) et respire d’une fraîcheur dont elle seule détient le secret. Dès lors que l’on y pénètre, ses maisons flottantes, transformées en ravissantes Guest House ou restaurants, créent une atmosphère de détente, paisible. Le calme règne, et le côté speed de la capitale est vite oublié.

La région regorge de cascades, de grottes et de parcs nationaux. Elle est par ailleurs devenue l’une des destinations favorites des Thaïlandais eux-mêmes. Nombreux sont ceux qui viennent s’y détendre, seuls ou en famille, au bord des cascades qui sillonnent le parc d’Erawan.

Sur les rails du chemin de fer de la mort

Bien entendu vous pouvez toujours prendre le bus pour aller à de Bangkok à Kanchanaburi, mais franchement ça serait vraiment  dommage ne pas y aller en train tout simplement.

Prendre le train de Bangkok à Kanchanaburi et passer le pont sur la rivière Kwai en utilisant le chemin de fer de la mort lui-même, vous laissera beaucoup plus de souvenirs impérissables que de faire le trajet en bus ou en voiture.

La vue des paysages qui longent la voie ferrée est beaucoup plus agréable que celle que l’on aperçoit quand on voyage par la route : la vitesse de croisière est aussi plus modérée, et vous aurez tout le temps pour prendre en photo des rizières et des petites gares très typiques de la campagne thaïlandaise.

Deux trains par jour quittent la gare de Bangkok Thonburi (aussi connue sous le nom de Bangkok Noi) sur le côté ouest de Bangkok, pour Kanchanaburi puis pour la station River Kwai Bridge.

Le billet de train coûte seulement 100 bahts (environ 2,6 euros), alors pourquoi s’en priver ? Aucune réservation n’est nécessaire, il suffit de se présenter et d’acheter un billet environ 30 minutes avant le départ pour être sûr d’avoir une place.

Les voitures de ce train ne proposent pas d’autres choix que de voyager en 3ème classe, mais ne vous laissez pas rebuter par cette classification, car les wagons sont propres et assez confortables. Pour ce prix là, ne vous attendez tout de même pas à voyager dans un compartiment climatisé.

Il n’y a pas de voiture-buffet, mais des vendeurs montent et descendent du train sans arrêt en vendant des boissons fraîches, des fruits et de la nourriture sous forme de petits encas faciles à manger sur le pouce.

Sur le chemin de Nam Tok (le terminus de la ligne) vous longerez la rivière Kwae en empruntant le fameux viaduc de Wampo à Nam Tok.

Un passage du train qui longe la rivière Kwai

Posted by Thailandefr on Saturday, March 3, 2018

Que voir autour de Kanchanaburi

Kanchanaburi – C’est la ville principale de la région, avec le cimetière de guerre des Alliés et le musée consacré à la construction du « chemin de fer de la mort » (il y en a un autre à l’entrée du Hellfire Pass, plus récent mais pas aussi bien documenté). La plupart des hôtels sont situés dans cette ville.

Une autre solution, mais plus coûteuse, consiste à se loger dans un resort situé directement sur la rivière, comme le River Kwai Jungle Raft.

Morning light

A post shared by Thailandefr (@thailandefr) on

Le pont sur la rivière Kwai – Le pont est situé à 5 km à l’extérieur du centre de Kanchanaburi, et est maintenant entouré de cafés, de boutiques et de vendeurs de souvenirs. Vous pouvez marcher sur le pont ou le traverser en train lorsque vous voyagez entre Kanchanaburi et Nam Tok.

Le pont a sa propre station, la station de “river Kwae Bridge” qui se trouve à environ 200 mètres après le pont en arrivant de Bangkok.

Le Viaduc de Wampo (Wang Po) – également construit par des prisonniers de guerre, est toujours utilisé par les trains de voyageurs réguliers. La meilleure façon de le voir est de prendre un train depuis la gare de Kanchanaburi ou River Kwae Bridge jusqu’à Nam Tok.

Le Col Hellfire (Konyu Cutting) – Au-delà de Nam Tok, la ligne vers le col des Trois Pagodes en Birmanie est fermée et la voie ferrée n’existe plus que sous forme de vestiges et de passages où le ballast a été conservé.

80 km au-delà de Kanchanaburi (environ 10 km au-delà de Nam Tok) se trouve Konyu Cutting, surnommé Hellfire Pass par les prisonniers alliés.

Konyu Cutting, surnommé Hellfire Pass par les prisonniers alliés
Konyu Cutting, surnommé Hellfire Pass par les prisonniers alliés. Photo : Camilla Davidsson

On y trouve également un musée (entrée gratuite et donation appréciée), et un tronçon de 7 km de la piste au-delà de Konyu Cutting a été entretenu par le gouvernement australien en tant que mémorial, dont 4 km sont actuellement ouvert au public.

Vous pouvez parcourir cette section à pied si vous le souhaitez, une expérience émouvante et fortement recommandée.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Japonais ont utilisé des prisonniers de guerre alliés pour construire un chemin de fer reliant la Thaïlande à la Birmanie afin de pouvoir approvisionner leur armée sans risquer d’envoyer des ravitaillements par voie maritime.

Les Japonais emploieront 250 000 travailleurs forcés pour construire « le chemin de fer de la mort », ligne qui reliera Bangkok à la Birmanie.

Lors de la construction de cette ligne, 90 000 civils et 16 000 prisonniers de guerre alliés, périront d’épuisement de famine ou de maladie. Cette tragédie inspirera le film de David Lean, Le Pont de la Rivière Kwai (1957).

Le célèbre film de David Lean, Le pont sur la rivière Kwai, raconte de manière romancée l’une des principales prouesses techniques de la ligne, le pont traversant la rivière Kwae Yai, au nord de Kanchanaburi.

Beaucoup de prisonniers sont morts dans des conditions épouvantables et la ligne est depuis connue sous le nom de «chemin de fer de la mort».

Bien que le film ait été tourné au Sri Lanka, le pont sur la rivière Kwai existe bel et bien et transporte régulièrement des trains de passagers locaux depuis Bangkok jusqu’à Nam Tok.

Le pont actuel que vous verrez à Kanchanaburi est en métal et n’a rien à voir avec celui que l’on voit dans le film de David Lean, mais les deux ont en fait bel et bien existé.

Il y avait en fait deux ponts, tous deux construits par des prisonniers de guerre : le premier pont (en bois) a été achevé en février 1943 (c’est celui qui a été reproduit dans le film), mais il a été remplacé quelques mois plus tard par le pont d’acier que vous pourrez voir aujourd’hui.

Source : https://www.seat61.com/Bridge-on-the-River-Kwai.htm

 


0/5


(0 Reviews)

1 commentaire

  1. Un film de l’anglais David Lean, basé sur le livre du français Pierre Boulle qui était pendant la 2º guerre mondiale en Indochine française (a l’epoque non communiste).

Laisser un commentaire

Récents

34,100FansJ'aime
183FollowersSuivre
2,024FollowersSuivre
1,418FollowersSuivre
336AbonnésSouscrire
0/5 (0 Reviews)