Le 13 janvier 2020, la Thaïlande signale qu’un résident de Wuhan qui s’était rendu à Bangkok le 8 janvier a été testé positif au virus SARS-CoV-2.

Il s’agit du premier cas de COVID-19 détecté en dehors de la Chine. Au cours des semaines suivantes, 14 autres cas ont été détectés chez des voyageurs en provenance de Chine avant que le premier cas de COVID-19 non importé et transmis localement en Thaïlande ne soit signalé le 31 janvier.

En dehors de la Chine, la Thaïlande a été le premier pays à détecter un cas de COVID-19, dix jours après que les autorités ont signalé un groupe de pneumonie atypique à Wuhan.

La censure en Chine a contribué à propager la pandémie

Au début de l’année, il était clair que quelque chose d’inquiétant se produisait en Chine. Des milliers de messages d’indignation publique sont apparus sur les médias sociaux chinois, demandant si les gouvernements locaux étaient en train de dissimuler un bouveau virus semblable au SRAS.

Reporters sans frontières (RSF) démontre, sur la base des événements des premiers jours de la crise, que sans le contrôle et la censure imposés par les autorités, les médias chinois auraient informé le public beaucoup plus tôt de la gravité de l’épidémie, sauvant des milliers de vies et évitant peut-être la pandémie.

Reporters sans frontières (RSF) démontre que, sans le contrôle et la censure imposés par les autorités, les médias chinois auraient informé bien plus tôt le public de la gravité de l’épidémie de coronavirus
Reporters sans frontières (RSF) démontre que, sans le contrôle et la censure imposés par les autorités, les médias chinois auraient informé bien plus tôt le public de la gravité de l’épidémie de coronavirus

20 décembre : les autorités de la ville de Wuhan auraient informé les journalistes

Le 20 décembre, un mois après le premier cas documenté, la ville de Wuhan compte déjà 60 malades atteints d’une pneumopathie inconnue ressemblant au SRAS, dont plusieurs ont fréquenté le marché aux poissons de Huanan. Malgré la situation, les autorités ne jugent pas utile de communiquer ces informations aux médias.

Si les autorités n’avaient pas caché aux médias l’existence d’un début d’épidémie liée à un marché très populaire, le public aurait de lui-même cessé de fréquenter ce lieu avant sa fermeture officielle, le 1er janvier. 

Pendant l’épidémie de Wuhan, un certain nombre de journalistes citoyens ont eu un impact notable à l’échelle internationale, en contournant le « grand pare-feu de la Chine », le système de censure qui filtre toutes les informations sur l’internet en Chine.

Parmi eux Chen Qiushi, Fang Bin et Zhang Zhan. Ils ont accumulé des centaines de milliers de vues sur YouTube pour des vidéos qui, selon eux, donnaient une image fidèle de ce qui se passait à Wuhan.

Une journaliste chinoise qui a couvert l’épidémie de Wuhan est maintenant proche de la mort

Zhang Zhan, lauréat de RSF pour la liberté de la presse, a été condamné à quatre ans de prison il y a un an pour avoir couvert le Covid-19, et risque maintenant une mort imminente.

Zhang, 38 ans, est proche de la mort après une grève de la faim partielle qu’elle a menée pour protester contre son innocence. En novembre, la dernière fois que sa famille a été autorisée à lui rendre visite, Zhang, dont la taille est de 177 centimètres, pesait moins de 40 kilogrammes et ne pouvait pas marcher correctement ni même lever la tête sans aide.

25 décembre : la docteure Lu Xiaohong aurait pu faire part de ses craintes à la presse 

La docteure Lu Xiaohong, directrice du département de gastroentérologie de l’hôpital numéro 5 de la ville de Wuhan, entend parler de cas d’infection touchant le personnel médical dès le 25 décembre et se doute dès la première semaine de janvier que l’infection est transmissible d’humain à humain.

Si les sources des journalistes en Chine ne risquaient pas de graves sanctions pouvant aller d’un blâme professionnel à de lourdes peines de prison, la docteure Lu Xiaohong aurait sans doute pris la responsabilité d’alerter les médias, forçant les autorités à agir trois semaines plus tôt qu’elles ne l’ont fait.

30 décembre : l’appel des médecins lanceurs d’alerte aurait été repris par les médias

La directrice du service des urgences de l’hôpital central de Wuhan, Ai Fen, et un groupe de médecins lancent l’alerte sur internet dès le 30 décembre. Huit d’entre eux, dont le docteur Li Wenliang, mort depuis des suites de la maladie, seront interpellés par la police le 3 janvier pour avoir fait circuler de « fausses rumeurs ».

Li Wenliang est devenu internationalement connu comme le médecin « lanceur d’alerte » qui a tenté d’avertir ses collègues d’un virus semblable au Sars. Le Dr Li est décédé le 7 février après qu’il a été révélé qu’il avait fait l’objet d’une enquête pour « trouble à l’ordre social » en « faisant de faux commentaires ».

Si, dès cette date, la presse et les réseaux sociaux avaient pu reprendre librement l’information transmise par les lanceurs d’alerte, le public aurait pris conscience du danger et fait pression sur les autorités pour qu’elles prennent des mesures limitant l’expansion du virus. 

31 décembre : les réseaux sociaux auraient relayé en Chine l’alerte officielle

La Chine alerte officiellement l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 31 décembre mais oblige dans le même temps la plateforme de discussion WeChat à censurer un grand nombre de mots-clés faisant référence à l’épidémie.

Sans la censure, le réseau social WeChat, qui compte un milliard d’utilisateurs actifs en Chine, aurait pu permettre aux journalistes de diffuser des reportages et des conseils de prophylaxie contribuant à un meilleur respect des règles préconisées par les autorités de santé.

La Chine, plus grande prison au monde pour les journalistes

Kunchok Jinpa, une source d’information importante sur le Tibet pour les journalistes, est mort en février 2021, victime de mauvais traitements en détention. Liu Xiaobo, lauréat des Prix Nobel de la paix et du Prix RSF de la liberté de la presse, et Yang Tongyan, blogueur dissident, sont tous deux morts en 2017 d’un cancer non traité lors de leur détention.

Dans son nouveau rapport d’investigation, Le grand bond en arrière du journalisme en Chine, RSF révèle la campagne de répression sans précédent menée ces dernières années par le régime chinois contre le journalisme et le droit à l’information dans le monde entier.

La Chine est la plus grande prison au monde pour les journalistes avec au moins 126 détenus et stagne au 177e rang sur 180 pays et territoires dans le Classement mondial RSF de la liberté de la presse 2021.

A propos de cet auteur

Journaliste basé à Bangkok depuis 2006. Rédacteur en chef de thailande-fr.com.

Leave a comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.