Info Publicité : VisaThailande.fr est une agence de visa agréée par l’ambassade royale de Thaïlande

La Thaïlande a été classée au 5ème rang mondial, et au premier en Asie, dans l’indice de sécurité sanitaire mondiale de 2021. En première place se trouvent les États-Unis, suivis de l’Australie, de la Finlande et du Canada.

L’indice de sécurité sanitaire mondiale 2021 classe 195 pays en fonction de leur capacité à répondre à une épidémie mondiale tel qu’évalué par le John Hopkins Center for Health Security.

Le rapport 2021 constate également que plus de 80 % des pays n’ont aucun plan pour distribuer des vaccins ou des médicaments en cas d’urgence, tandis que 70 % manquent de capacités hospitalières, de cliniques et de centres de santé suffisants, selon le rapport.

Bien que de nombreux pays aient affecté des ressources d’urgence pour faire face à la crise aiguë du COVID-19, peu ont effectué les investissements de long terme nécessaires pour améliorer leur préparation aux situations d’urgence.

La Thaïlande était classée 6e dans le précédent Indice de sécurité sanitaire mondiale.

« Les dirigeants ont désormais le choix. Ils peuvent faire des investissements dédiés et durables dans de nouvelles capacités créées lors de la réponse COVID-19 pour préparer leurs pays à long terme, ou ils peuvent retomber dans le cycle de panique et de négligence qui exposera le monde à un risque grave de menaces pour la santé publique. »

Dr Jennifer Nuzzo, chercheur principal au Johns Hopkins Center for Health Security. 

L’indice GHS est conçu pour informer les dirigeants des éléments fondamentaux qui sont nécessaires pour préparer leurs pays aux futures épidémies et où ils devraient donner la priorité à la planification et au financement durable.

Ce n’est pas un indice qui permet de prévoir la performance d’un pays face à une urgence sanitaire: comme l’a démontré la COVID-19, les phénomènes contextuels sociaux, politiques et culturels ont également un impact sur la manière dont un pays réagit à un événement biologique.

En plus de sa conclusion générale selon laquelle tous les pays restent dangereusement mal préparés pour faire face aux futures menaces d’épidémie et de pandémie, l’indice GHS constate :

  • La plupart des pays, y compris les pays à revenu élevé, n’ont pas fait d’investissements financiers dédiés dans le renforcement de la préparation aux épidémies ou aux pandémies.
    • 155 pays sur 195 n’ont pas alloué de fonds nationaux au cours des trois dernières années pour améliorer la capacité, en dehors des urgences de santé publique, à faire face aux menaces épidémiques ; et, parmi ceux qui en ont, seuls deux pays à faible revenu en ont. L’amélioration des capacités nécessite un engagement financier pluriannuel, et pas seulement une augmentation du financement en cas de crise.
  • La plupart des pays n’ont constaté que peu ou pas d’améliorations dans le maintien d’un système de santé robuste, capable et accessible pour la détection et la riposte aux épidémies.
    • 70 % des pays affichent des capacités de santé insuffisantes dans les cliniques, les hôpitaux et les centres de santé communautaires.
  • Les risques politiques et sécuritaires ont augmenté dans presque tous les pays, et les pays les moins dotés en ressources présentent les risques les plus élevés et les plus grands écarts de préparation.
    • 161 pays ont des niveaux de confiance du public faibles à modérés dans leur gouvernement.
  • Les pays continuent de négliger les besoins de préparation des populations vulnérables, exacerbant l’impact des urgences de sécurité sanitaire.
    • Seuls 33 pays ont mis en place un plan global de préparation et de réponse aux situations d’urgence qui prend en compte les populations vulnérables.
  • Les pays ne sont pas préparés à empêcher des événements biologiques catastrophiques à l’échelle mondiale qui pourraient causer des dommages à plus grande échelle que le COVID-19.
    • 176 pays n’ont pas publié et mis en œuvre un plan national global de réponse aux urgences de santé publique pour les maladies à potentiel épidémique ou pandémique.

A propos de cet auteur

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.