Categories: Politique

La jeunesse thaïlandaise dans la rue contre le gouvernement

Des milliers de manifestants pro-démocratie sont rassemblés à Bangkok pour demander de nouvelles élections et une réforme de la monarchie thaïlandaise.

Share

Des milliers de manifestants pro-démocratie sont rassemblés sur le campus Tha Prachan de l’université de Thammasat à Bangkok pour demander la démission du gouvernement du général Prayut et la réforme du système politique thaïlandais.

Le Front uni de Thammasat et Manifestation, ou (UFTD), un groupe d’activistes de l’Université Thammasat, avait programmé la manifestation pour samedi après-midi bien qu’il se soit officiellement vu refuser l’accès au campus historique de l’université Tha Phra Chan situé entre Sanam Luang et la rivière Chao Phraya.

L’université n’ayant pas donné son accord pour ce rassemblement, il semble qu’après une tentative de négociation infructueuse, les grilles du campus aient été forcées par les manifestants.

Les manifestants ont prévu de poursuivre leur rassemblement pendant toute la nuit jusqu’à dimanche matin, mais ont finalement renoncé à leur projet de marche vers la Maison du Gouvernement (Government House), siège du Premier ministre.

Lors d’une conférence de presse dix jours plus tôt, les organisateurs ont déclaré attendre de 50 000 à 100 000 manifestants. Si le campus devient trop étroit samedi après-midi, ils prévoient de se déplacer vers le parc voisin de Sanam Luang.

Le gouvernement pour sa part a prévu une participation beaucoup plus faible, et les forces de sécurité tablent sur environ 20 000 manifestants.

Entre autres revendications, l’UFTD a déposé une liste de 10 réformes concernant la monarchie.

Panusaya Sithijirawattanakul , l’une des personnalités clés du groupe, a lu les réformes proposées lors d’un rassemblement le 10 août sur un autre campus de l’Université Thammasat à Rangsit dans le nord de Bangkok.

Celles-ci comprenaient la révocation de la loi de lèse-majesté, une réduction des dépenses publiques pour la famille royale et une distinction plus claire entre les biens royaux et publics.

Une démarche complètement inédite en Thaïlande où tout ce qui touche au pouvoir et à la richesse de la couronne est tabou.

Le tabou brisé de la monarchie

Bien qu’il réside principalement en Allemagne, le roi Maha Vajiralongkorn a été très présent dans les médias ces derniers temps surtout à l’étranger.

Le 2 septembre dernier, il a réintégré Sineenat «Koi» Wongvajirapakdi comme sa noble concubine royale après l’avoir brusquement démis de ses fonctions en octobre 2019.

Elle a été la première à être élevée à cette fonction depuis environ un siècle lorsque le roi a fêté son 67e anniversaire en juillet 2019. Quelques mois plus tôt, le roi s’était marié pour la quatrième fois avec la reine Suthida Bajrasudhabimalakshana qui reste sa principale épouse.

D’après un article du Financial Times La famille royale thaïlandaise a amassé une flotte de 38 jets et hélicoptères de la taille d’une petite compagnie aérienne, a révélé Thanathorn Juangroongruangkit une figure de proue de l’opposition après avoir mené une enquête sans précédent sur les dépenses du roi Maha Vajiralongkorn, de sa famille et de ses employés.

Selon un inventaire des avions royaux présenté consulté par le FT, la flotte comprend quatre Boeing et trois Airbus, trois avions commerciaux, quatre avions de combat légers Northrop F5-E et 21 hélicoptères, dont trois devraient entrer en service le mois prochain.

Redaction Bangkok
Publié par
Redaction Bangkok

Cet site utilise des cookies.

En savoir plus