De plus en plus prisée des Occidentaux, notamment retraités, pour son incroyable qualité de vie, la Thaïlande offre également de très belles opportunités immobilières.

Acheter une maison en Thaïlande, c’est possible, mais dans un contexte que vous ne maîtrisez pas aussi bien que dans votre pays d’origine, une évaluation rigoureuse du bien considéré s’impose avant de franchir le pas.

1

Le cadre de vie (emplacement et lotissement)

Un élément que trop de personnes oublient de considérer sérieusement lors de visites de villas en Thaïlande, souvent nombreuses et parfois trop rapides avec plusieurs agents immobiliers, est d’évaluer le cadre de vie que sera le leur en choisissant d’habiter dans la maison visitée.

En se focalisant sur la maison elle-même et certain « détails » qui peuvent faire « flasher », on peut oublier de bien réfléchir aux caractéristiques de l’emplacement (distance aux commerces les plus proches, qualité de la route d’accès, voisinage …) et du lotissement (nombre de maisons, fonctionnement de la copropriété, parties communes…).


Lire aussi : Immobilier Thaïlande - 10 erreurs à ne pas faire


Or, si se sentir bien à l’intérieur de sa maison est naturellement une chose importante, se projeter sur un nouveau mode de vie implique de penser également à la durée de ses déplacements quotidiens, aux sensations lorsque l’on rentre ou sort de sa maison…

Si vous êtes nouveau dans le pays, évaluer cela sera plus difficile que dans le contexte connu d’une ville française.

Aussi les conseils avisés d’un agent expérimenté et de préférence, vivant sur place depuis plusieurs années, seront précieux.

2

Surface habitable et agencement

Une fois le cadre de vie évalué avec soin, vous pourrez alors évaluer la maison à proprement parler. La surface intérieure et le nombre de pièces sont des critères objectifs et facilement comparables.

Il faudra être vigilant sur les surfaces « annoncées » sur internet ou même pendant des visites.

Il est courant en Thaïlande que les agents immobiliers ou les promoteurs intègrent les surfaces de terrasse dans la surface dite « habitable », voire communiquent sur une surface « construite » (« built up area ») qui pourra alors intégrer le parking voire la piscine…

Au-delà de la surface,  on étudiera l’équilibre des surfaces et la qualité de la circulation dans la maison.

Un espace séjour-cuisine confortable, idéalement communiquant avec un bel espace de terrasse couverte (l’absence de terrasse couverte peut être considérée comme un « défaut » en Thaïlande), une chambre principale spacieuse avec salle de bain « en-suite » et idéalement offrant un accès direct à la terrasse ou au jardin sont des éléments importants.

Un toilette avec accès depuis le séjour (sans passer par les chambres d’invités) peut aussi être un plus.

3

La surface du terrain et de la piscine

En Thaïlande, posséder un très grand terrain n’est pas indispensable ni forcément recommandé. Il fait très chaud au soleil pendant la journée et c’est sur la terrasse (couverte) que vous passerez le plus clair du temps.

Garder une grande étendue de pelouse bien verte en saison sèche n’est pas non plus chose facile. Un espace de jardin arboré est naturellement un agrément mais celui-ci n’a pas besoin d’être surdimensionné.

On évitera les maisons trop grandes par rapport à leur parcelle et ne laissant aucun espace de jardin mais on évitera aussi des maisons relativement petites sur des terrains très grands.

Un rapport de 1 à 2 entre surface construite et surface de terrain est équilibré. Par exemple : une maison avec 3 chambres et 110m2 intérieurs, avec une terrasse couverte de 30m2, une piscine de 30m2 et un parking de 30m2 (surface construite totale de 200m2) s’implantera très bien sur un terrain de 400m2.

4

L’aménagement intérieur

Si vous achetez une maison à construire, vous aurez la possibilité de personnaliser votre intérieur, du mobilier jusqu’au choix des coloris (cuisine, carrelages). Sur un marché ou les acheteurs potentiel (pour une revente future) peuvent être de toute nationalité et de profils très variés, opter des choix « neutres » (murs blancs, carrelages clairs, mobilier dans des tons harmonieux) et de préférence contemporains maximisera vos chances de séduire un plus grand nombre.

Des choix trop marqués ou trop personnels risquent au contraire de ne plaire qu’à un nombre plus réduit de personnes.

Si on peut naturellement toujours changer un intérieur, sur un marché ou l’offre neuve et récente est relativement abondante, et où effectuer des travaux de rénovation est moins aisé que dans son pays d’origine, les acheteurs auront tendance à choisir des biens qui leur conviennent immédiatement.

5

Les aspects juridiques

« Last but not least » considérer le statut juridique du bien que vous souhaitez acheter est un élément essentiel.

La pleine propriété d’un terrain pour un étranger n’étant pas possible en Thaïlande, plusieurs scénarios sont possibles, le plus courant étant l’achat en « Leasehold » (bail de 30 ans renouvelable sur le terrain) avec possibilité de posséder la construction.


Lire aussi : Rappels sur le droit de propriété pour les étrangers en Thaïlande


Dans le cas d’un achat neuf, les promoteurs fournissent généralement des contrats (Location du terrain et Construction de la maison). Dans le cas d’un bien à la revente, l’intervention d’un avocat pour évaluer la situation initiale puis définir et encadrer la procédure de revente est indispensable.