Catégories
Immobilier

Préserver son patrimoine en temps de crise avec la diversification

Les investisseurs soucieux de préserver leur patrimoine doivent s’efforcer de trouver des placements à l’épreuve du Covid-19 qui impacte très lourdement les marchés financiers.

La diversification est la première des stratégies pour constituer et préserver un patrimoine à l’épreuve des crises. 

Les investisseurs soucieux de préserver leurs investissements doivent s’efforcer de trouver des placements qui puissent faire face à la crise du Covid-19 qui impacte les produits financiers.

Dans tous les articles qui traitent des stratégies de placements d’actifs financiers, la règle numéro un est toujours la diversification, et pourquoi pas dans l’immobilier en Thaïlande ?

Des marchés financiers très volatils

Les marchés boursiers sont par nature très volatils en temps de crise : face aux situations d’incertitudes les traders ont tendance à paniquer et à vendre en masse leurs portefeuilles d’actions. 

Depuis le début de la crise du Covid-19 les marchés boursiers ont fortement corrigé.

Le CAC 40 a chuté de 6024 à un plus bas de 3754 le 18 mars (-38%) avant de remonter à 4393 le 24 avril.

Le 16 mars 2020, les prix du pétrole étaient à leur plus bas historique de 22,4 USD, et aujourd’hui ils sont proches de zéro car la demande est en chute libre.

Pendant ces périodes difficiles et instables, ce sont les biens immobiliers tangibles en pleine propriété qui sont considérés comme un refuge sûr pour sécuriser son capital.

La stratégie de diversification : diminuer les risques de pertes

Les produits financiers et l’immobilier sont deux actifs très différents, mais qui peuvent se compléter. Car la pierre, plus stable que la bourse, diminue le risque de perdre son capital.

Avec un bon environnement économique, investir dans la bourse peut être synonyme de très bons rendements, mais vous pouvez perdre tout ou une grande partie du capital investi pendant les crises.

La stratégie de diversification : diminuer le risque de perte

Au contraire, l’immobilier est un investissement tangible qui sera conservé quelle que soit la situation économique: les prix de l’immobilier peuvent également fluctuer lors des crises, mais contrairement aux stocks, le capital initialement investi ne peut pas être entièrement perdu.

Notamment lorsque l’on achète un bien en Freehold (pleine propriété), la loi veut que l’acheteur et ses successeurs désignés soient propriétaires indiscutables du bien. Cela est vrai même dans l’hypothèse d’un effondrement systémique.

Il s’agit donc d’un placement sûr, car les pierres et les murs sont tangibles : leur pérennité ne dépend pas des marchés boursiers.

Investir dans plusieurs pays et dans plusieurs monnaies

Savoir diversifier ses devises d’investissement évite la dépendance à un taux de change unique. Cela permet aussi de profiter de certaines opportunités situationnelles.

Le dollar américain par exemple est mondialement utilisé, notamment en Asie du Sud-Est comme au Cambodge et aux Philippines.

Investir dans plusieurs pays et dans plusieurs monnaies

Dans la crise actuelle, cela conduit à la valorisation du dollar puisque celui-ci est demandé partout dans le monde. 

Depuis début mars 2020, le dollar américain s’est renforcé de 5,9% par rapport à l’euro. Cela signifie que posséder un actif et investir en USD est désormais très rentable par rapport à l’euro.

En investissant dans plusieurs pays, vous pouvez bénéficier de régimes fiscaux, de taux de change et de prix plus avantageux. Par exemple, les taxes en Thaïlande sont plus légères que dans la plupart des pays européens.

Et pour le même prix qu’un appartement de 2 chambres à Paris, Londres, Bangkok ou Hong Kong, vous pouvez acheter une villa de 4 chambres sur l’île de Koh Samui. 

Avec la baisse du tourisme chinois, 1 EUR se situe désormais autour de 35 THB (contre 33,5 THB en janvier) ce qui est une bonne opportunité pour les Européens d’investir dans des propriétés en Thaïlande.

Un exemple de diversification à la fois monétaire et géographique serait de posséder un bien en Freehold en THB à Bangkok (Condominium en Foreign Quota), et profiter d’un investissement dans une résidence hôtelière en USD dans l’immobilier aux Philippines.

Le premier est sécurisé, terminé et en pleine propriété en Thaïlande. Et le bien aux Philippines tire profit de la force du Dollar, ainsi que de la haute rentabilité de l’investissement.

L’immobilier en pleine propriété : une valeur sûre

Si la crise du COVID-19 peut en effet toucher tous les secteurs, il faut pense en premier lieu à atténuer les risques de baisse de capital.

C’est pourquoi l’immobilier en pleine propriété est un bon choix. Car le bien ne risque pas d’être perdu. Il n’en va pas de même des actifs financiers qui dépendent de la santé économique des entreprises et des institutions financières qui les supportent.

L’immobilier est est une valeur sûre dans des temps difficiles pour les marchés boursiers. Il s’agit d’un investissement tangible et sécurisé avec un enregistrement de propriété concret qui ne peut pas être retiré.

Thaï Property Group, agence immobilière en Thaïlande et en Asie accompagne plus que jamais ses clients en cette période de crise. Contactez-les pour recevoir une offre détaillée de leurs services.

Thai Property Group

Par Thai Property Group

Thai Property Group est une agence immobilière francophone spécialiste de l'investissement locatif, et proposant également des produits de villégiature, avec des agences à Pattaya, Phuket, Hua Hin et Bangkok.

4 réponses sur « Préserver son patrimoine en temps de crise avec la diversification »

pour l’instant, il est fortement conseillé aux éventuels investisseurs, attirés par l’appât du gain « rendement locatif » distribué pour tout achat d’un appartement chez un promoteur tel que new nordic car vu qu’il n’y a plus de touristes, les infrastructures sont vides et donc il n’y a pas de rentrées d’argent ; le promoteur ne peut donc plus payer l’intégralité du cash back ; nous sommes pour l’instant à seulement 3% du montant annuel, ce qui est malgré tout mieux que rien. il faut juste espérer que le directeur pourra honorer la différence non perçue lorsque le tourisme aura repris, ce qui se compte en millions de baht par mois…
donc, amis investisseurs, avec cette crise tout l’immobilier en Thailande s’effondre, comme disait Daniel, trop de biens sont sur le marché pour trop peu d’acquéreurs potentiels ; même si ce pays a toujours sû se relever de ces précédentes crises, les choses ne sont jamais acquises, la Thailande pourrait descendre d’échelon en ce qui concerne la destination phare des touristes ; je ne parle pas des chinois, qui sont les premiers à vouloir revenir ici, mais aux européens et aux américains.
patience est mère de sagesse…

Bonjour Daniel. Nous ne nions pas le fait que la crise affecte le marché immobilier thaïlandais, notamment en effet pour les vendeurs ou propriétaires qui se retrouvent en difficulté pour trouver un acheteur ou des locataires.
Ce que nous essayons de mettre en avant dans l’article est le fait que si vous êtes acheteur, cette situation d’offre supérieure à la demande est en votre faveur.

Oui, le rendement locatif d’un investissement immobilier ne sera pas aussi bon que dans une situation normale. Mais en temps de crise l’immobilier est aussi une solution pour sécuriser un capital dans un actif physique qui est incontestablement vôtre. A la différence des actions financières, même si le rendement est faible, vous ne risquez pas de perdre votre capital de départ à cause des fluctuations du marché boursier. Car il représente les murs de votre bien qui lui, restera et pourra générer des rendements une fois la crise passée..

Et selon l’auteur de l’article ( Thai Property Group ?) , , il n’y a pas de crise immobilére en Thailande en ce moment ? Balivernes ………………. même à Bangkok quand vous mettez en vente un bien au « prix du marché  » vous ne trouvez pas de contrepartie : ( d’acheteur !) ……….. et il semblerait quil y ait dans tout le pays , 350/400.000 logements vacants à vendre ……………. Comme le dit Jean Pierre , quel est le rendement locatif d’un investissement immobilier , quand un locataire ayant perdu son emploi ne paie plus son loyer ? de plus , pour les investisseurs étrangers le cours du bath est beaucoup trop élévé par rapport à son cours apres la crise de 2008/09 ………………… et la crise actuelle sera beaucoup plus destructive en Thailande comme partout dans le monde que celle de 2008:09 !!!!
Donc , pour un investisseur avisé « liquide » ( possédant un peu de cash ) il est urgent d’attendre ……………… les opportunités d’achat ne sont pas encre d’actualité ……………………. mais sans doute se présenteront-elles dans les 12 mois à venir ………l’offre est abondante , la demande est inexistante ou presque ……………………… donc ! Et tant pis pour les promoteurs n’ayant pas anticipé la crise immobiliére en Thailande qui avait commencé bien avant la crise sanitaire , ils devront rembourser leurs credits  » prometteurs » immobiliers , ( qui , sauf erreur , sont loin d’être des taux zéro ou inférieurs à 1 % , comme c’est lencore e cas en Europe ou aux Etats Unis ) , à leur banquiers , quelle que soit l’issue de la crise sanitaire ( enfin , je pense ?)

Pour le moment, il est urgent d’attendre la sortie de cette crise sanitaire. Si les baisses des marchés boursiers sont effectivement connues, quid de l’évolution des prix des différents marchés immobiliers demain ? Quant à un investissement dans une résidence hôtelière, quel est le rendement locatif en cas de pandémie ?

Laisser un commentaire