Accueil Économie Thaïlande : l'éducation clé de la croissance à long terme

Thaïlande : l’éducation clé de la croissance à long terme

La Thaïlande reste handicapée par son système éducatif peu performant.

En très peu de temps, la Thaïlande a effectué des progrès économiques considérables passant d’un pays à faible revenu à un pays à revenu moyen supérieur en une seule génération.

La pauvreté a constamment reculé en Thaïlande et ne concerne plus que 7,1% de la population depuis 2015, et l’accès à l’éducation de base et aux services de santé est devenu quasi universel.

Malgré ces progrès historiques, le système éducatif et son insuffisante qualité, reste une préoccupation majeure pour la majorité des Thaïlandais.

Investir dans le capital humain et poursuivre les réformes économiques sont des étapes essentielles pour que la Thaïlande devienne un pays à revenu élevé offrant des chances égales à tous ses citoyens.

En octobre dernier, la Banque mondiale a lancé l’indice du capital humain, qui mesure le niveau de productivité de la prochaine génération par rapport à son potentiel maximal si tous les résultats en matière d’éducation et de santé étaient optimisés.

Un déficit d’apprentissage de 3,8 années

En Thaïlande, un enfant né aujourd’hui n’atteindra que 60% de son potentiel, en termes de productivité de son éducation.

L’inégalité de la qualité de l’éducation en Thaïlande demeure l’un des principaux problèmes, car les zones les plus pauvres sont mal desservies.

En raison de la taille insuffisante des petites écoles, de l’infrastructure et du matériel pédagogique inadéquats, les 12,4 années de formation de base attendues pour un enfant né aujourd’hui en Thaïlande équivalent à 8,6 années seulement, soit un déficit d’apprentissage de 3,8 années.

Parmi les domaines prioritaires d’amélioration du capital humain en Thaïlande, il convient de relever les défis auxquels sont confrontées les petites écoles où environ un million d’enfants pauvres bénéficient actuellement d’un enseignement de qualité inférieure.

«Pour bâtir un meilleur avenir pour tous les Thaïlandais, il est essentiel de mettre l’accent sur l’investissement dans le capital humain. S’attaquer aux domaines prioritaires de l’éducation et de la santé peut contribuer grandement à égaliser les chances de la prochaine génération. ”

Birgit Hansl, directrice de la Banque mondiale pour la Thaïlande

Suralimentation et accidents de la route

Même si les résultats en matière de santé et de nutrition des enfants continuent de s’améliorer, la Thaïlande est confrontée à toute une série de nouveaux défis, notamment l’incidence croissante des maladies non transmissibles et de la suralimentation.

Les trois principaux facteurs de risque de mortalité et de morbidité en Thaïlande sont les risques liés à l’alimentation, la consommation de tabac et l’indice de masse corporelle élevé.

Au cours des 15 dernières années, la prévalence du diabète et de l’hypertension en Thaïlande a respectivement triplé et quadruplé et, combinée aux taux élevés d’accidents de la route, a eu une incidence négative sur le taux de survie des adultes. Le taux de survie des adultes en Thaïlande est inférieur à la médiane mondiale.

“Il est essentiel de maintenir le rythme et la qualité des réformes structurelles pour réduire la pauvreté et relever la trajectoire de croissance à long terme de la Thaïlande à plus de 4% pour faire face aux défis démographiques liés au vieillissement rapide”

Birgit Hansl, directrice de la Banque mondiale pour la Thaïlande

Un contexte de ralentissement mondial

L’économie thaïlandaise s’est montrée résistante face aux fortes difficultés mondiales comme la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.

Mais dans un contexte de ralentissement mondial et de tensions commerciales accrues, l’économie thaïlandaise devrait connaître une croissance de 3,8% en 2019 et de 3,9% en 2020, selon le Thailand Economic Monitor de la Banque mondiale.

Dans ce contexte, la poursuite de la mise en œuvre de projets d’infrastructure publique et de réformes économiques peut aider à catalyser la demande intérieure en 2019 et à soutenir la croissance à moyen terme.

«Une croissance mondiale plus faible aura probablement une incidence sur les résultats à l’exportation de la Thaïlande et limitera les activités manufacturières dans les industries tournées vers l’exportation»

Kiatipong Ariyapruchya, économiste principal de banque mondiale pour la Thaïlande.
Source : Thailand Business News
4/5 (1 Review)
Avatar
Redaction Bangkok
La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

Laisser un commentaire

34,622FansJ'aime
3,130FollowersSuivre
1,582FollowersSuivre

Les plus lus

Latest articles

0/5 (0 Reviews)