Info Publicité : VisaThailande.fr est une agence de visa agréée par l’ambassade royale de Thaïlande

Le conflit russo-ukrainien a un impact important sur l’économie mondiale. L’économie thaïlandaise, elle, est déjà frappée par les retombées de la guerre mais l’ampleur de cet impact dépendra de la durée des hostilités, estiment les observateurs économiques.

Les touristes russes moins nombreux

Le conflit russo-ukrainien a déjà des conséquences sur le tourisme : les touristes russes ont été les plus nombreux à se rendre en Thaïlande en février avant que Moscou ne soit frappée par des sanctions internationales après que l’armée russe a envahi l’Ukraine.

Les touristes russes sont des habitués des provinces côtières de Thaïlande, en particulier Phuket, Samui et Krabi où ils restent en moyenne entre 7 et 21 jours. Habituellement, en moyenne de 700 touristes russes arrivent en Thaïlande chaque jour dans le cadre du programme « Test and Go », mais ce nombre est tombé à moins de 400 depuis le début de ce mois.

Sanctions contre les banques russes

Ensuite les sanctions prises à l’encontre des banques russes compliquent le séjour des touristes russes déjà sur place. Les hôtels des provinces thaïlandaises de Phuket et de Krabi ont cessé d’accepter les cartes de crédit des touristes russes après que beaucoup d’entre eux se sont retrouvés dans l’incapacité d’obtenir la régularisation de leurs factures.

Kobsidthi Silpachai, responsable de la recherche sur les marchés des capitaux chez Kasikornbank craint que le coût des voyages en avion et des transports connexes reste élevé et que cela décourage les voyages en Thaïlande, et les voyages en général.

La menace de l’inflation 

Suite aux sanctions prises à l’encontre de la Russie à la suite de son invasion en Ukraine, l’économie mondiale prend une trajectoire alarmante. 

Les sanctions imposées par les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Union européenne, le Japon et l’Australie comprennent le gel des avoirs des banques russes, et des avoirs personnels du président Vladimir Poutine et de son entourage.

A ceci s’ajoute une interdiction d’exportation des matériaux que la Russie utilise pour les raffineries de pétrole, des semi-conducteurs, et d’autres produits de haute technologie pour l’empêcher de développer ses capacités militaires.

Le prix du pétrole proche d’un record absolu

A peine sortie de récession engendrée par la pandémie de Covid-19, l’économie thaïlandaise se prépare à affronter un nouveau choc avec le renchérissement du prix du pétrole. Le prix du baril de Brent de la mer du Nord a frôlé les 140 dollars dimanche, proche de son record absolu de 147,50 dollars atteint en juillet 2008.

Le vice-Premier ministre et ministre du Commerce Jurin Laksanawisit, s’exprimant sur ce sujet, pointe du doigt le prix du pétrole brut qui a maintenant augmenté à plus de 100 dollars le baril.

Les consommateurs thaïlandais avaient déjà subi une hausse des prix du pétrole, même avant cette crise, ce à quoi le gouvernement avait répondu par une réduction des droits d’accise sur le diesel dans le but de maintenir les prix de détail en dessous de 30 Bahts par litre. La guerre n’a fait qu’aggraver la situation.

Les prix du pétrole restent élevés à près de 100 dollars le baril alors que les pays occidentaux n’ont pas encore interdit les importations de pétrole et de gaz en provenance de Russie. Si l’Occident interdisait l’importation de pétrole russe, cela aurait fatalement un impact sur l’offre mondiale car la Russie produit environ 10 à 11 % de la production mondiale, ce qui ferait encore grimper les prix.

« Actuellement, tous les ministères travaillent ensemble pour trouver des moyens d’atténuer la hausse des coûts et d’épargner aux producteurs et aux consommateurs les pires retombées économiques résultant du conflit » a déclaré Mr Jurin. 

Il affirme que le gouvernement poursuivrait sa politique de contrôle strict des prix sur les produits de consommation de base vitaux et qu’il se concentrera sur l’application des lois interdisant les prix abusifs.

Le ministère du Commerce a admis la semaine dernière que la hausse, entraînée par les prix élevés du carburant et des aliments frais, était la plus élevée depuis 2008. 

Le conflit russo-ukrainien a également des conséquences sur le tourisme.

Avec la crise sanitaire liée au Covid 19, le tourisme en Thaïlande s’était écroulé, se relevant à peine de cette situation, le monde se voit touché par un conflit géopolitique qui, selon Kobsidthi  retardera la reprise du secteur du tourisme jusqu’en 2026.

Quant aux relations commerciales que la Thaïlande entretient avec la Russie et l’Ukraine, ces dernières risquent également d’évoluer. 

Pour l’instant, la Russie est le 30e partenaire commercial de la Thaïlande et l’Ukraine est le 63e partenaire commercial de la Thaïlande, selon le Département de la promotion du commerce international.

A propos de cet auteur

One reply on “Le conflit russo-ukrainien peut-il faire plonger l’économie thaïlandaise ?”

  1. Je ne pense pas . Au contraire le Rouble Russe a fait une chute libre . Actuellement 1 baht thailandais = 3.75 Rouble Russe !! Les thais vont profiter pour investire en Russie surtout les grands group comme Central Group, Red Bull etc..

Comments are closed.