La Thaïlande en tête des pays de l’Asean pour les énergies renouvelables

La Thaïlande s'est fixé comme objectif que les énergies renouvelables représentent 20% de la production d'ici 2036.

La Thaïlande se distingue en termes de capacité totale d’énergie renouvelable installée en Asie du Sud-Est.

Le dernier plan de développement de l’énergie alternative en Thaïlande (AEDP) 2015-36 fixe un objectif ambitieux au royaume pour que les énergies renouvelables représentent 20% de la production d’ici 2036.

La Thaïlande se classe en 10e position en matière de développement des capacités d’énergie propre, conclut une nouvelle étude de BloombergNEF (BNEF), dans le cadre du projet annuel Climatescope.

Le classement est dominé par le Chili et l’Inde, en première et deuxième position, et la Chine se situe en 7e position.

Point positif : le marché thaïlandais de l’électricité est déjà partiellement libéralisé, le secteur de la production étant ouvert à la participation d’acteurs privés, ce qui n’est pas le cas aux Philippines ou au Cambodge.

La Thaïlande a atteint un niveau de 100% d’électrification de sa population. La demande totale en électricité devrait augmenter à un taux de croissance moyen de 2,68% sur la période 2014-36.

Entre 2010 et le premier semestre de 2018, le financement d’actifs pour des projets d’énergie renouvelable en Thaïlande s’est élevé à 9,7 milliards de dollars.

Les pays en développement leaders en matière d’énergie propre

Depuis 2010, les pays en développement ont collectivement représenté une plus grande part du financement des actifs d’énergie propre que les pays plus riches, catégorie qui comprend les capitaux destinés aux projets éoliens, solaires, géothermiques, à la biomasse et aux petites centrales hydroélectriques.

Figure 1: Croissance des capacités de production d’énergie éolienne / solaire et à combustibles fossiles dans les pays en développement, 2017. Source: BloombergNEF

L’augmentation de la demande en électricité, la baisse des coûts liés aux technologies ont permis aux pays en développement de s’emparer du leadership mondial en matière d’énergie propre, conclut une nouvelle étude de BloombergNEF (BNEF).

Les pays des marchés émergents interrogés dans le cadre du projet annuel Climatescope (www.global-climatescope.org ) du BNEF ont représenté la majorité des nouvelles capacités supplémentaires en énergie propre et des nouveaux fonds déployés à l’échelle mondiale en 2017.

Mais il reste encore beaucoup de chemin à faire

Dans le contexte de la maîtrise des émissions mondiales de CO 2 , le défi à long terme pour une énergie propre ne consiste pas simplement à abandonner la mise en service de nouvelles centrales électriques au charbon.

Il s’agit aussi  de remplacer les centrales au charbon existantes , dont beaucoup viennent tout juste d’être mises en service.

La Chine et l’Inde tirent respectivement du charbon, environ les deux tiers et les trois quarts de leur énergie actuelle.

Ensemble, ces deux pays ont ajouté 432 GW de capacité de charbon au cours de la période 2010-2017 (à titre de comparaison, les États-Unis disposent actuellement d’un total de 260 GW de centrales à base de charbon en service).

Confrontés à des pressions considérables pour élargir l’accès à l’énergie (Inde) et maintenir le prix de l’électricité à un prix abordable (Chine), les responsables politiques hésiteront à mettre ces nouvelles centrales hors service.

Pas moins de 81% de toutes les centrales au charbon des marchés émergents sont situés dans ces deux seuls pays.

Réduire les coûts de l’énergie propre

Ces pays jouent également un rôle de premier plan dans la réduction des coûts de l’énergie propre, de sorte que l’accès à l’énergie puisse être étendu sans augmenter les émissions de CO 2 .

En 2017, les pays en développement ont ajouté 114 GW de capacité de production sans émission de carbone de tous types , avec 94 GW de capacité de production éolienne et solaire uniquement.

La production d’énergie supplémentaire à base de charbon en 2017 a chuté de 38% sur un an pour atteindre 48 GW. Cela représente la moitié de ce qui a été ajouté en 2015 lorsque le marché a atteint un pic de 97 GW de charbon mis en service.

«C’est un retournement de situation. Il y a quelques années à peine, certains ont fait valoir que les pays moins développés ne pourraient pas, ou même ne devraient pas, développer la production d’énergie avec des sources zéro carbone car elles coûtaient trop cher », a déclaré Dario Traum, associé principal du BNEF et responsable du projet Climatescope. « Aujourd’hui, ces pays sont à la pointe en matière de déploiement, d’investissement, d’innovation politique et de réduction des coûts. »

Ce changement est motivé par la rapide amélioration de l’économie des technologies d’énergie propre, notamment éolienne et solaire.

Grâce aux ressources naturelles exceptionnelles de nombreux pays en développement et à des coûts d’équipement considérablement réduits, les nouveaux projets d’énergies renouvelables supplantent désormais régulièrement les nouvelles installations de production d’énergie fossile sur le prix, sans bénéficier de subventions.

C’est ce qui ressort le plus des contrats de plus de 28 GW passés dans les marchés émergents en 2017, qui impliquent que les promoteurs s’engagent à fournir une énergie éolienne de 17,7 USD / MWh et une énergie solaire de 18,9 USD / MWh.

À la fin de l’année 2017, environ 54 pays en développement avaient enregistré des investissements dans au moins un parc éolien et 76 pays avaient reçu un financement pour des projets solaires de 1,5 MW ou plus.

 


4.5/5


(2 Reviews)

Laisser un commentaire

Récents

34,244FansJ'aime
183FollowersSuivre
2,137FollowersSuivre
1,462FollowersSuivre
339AbonnésSouscrire
0/5 (0 Reviews)