Catégories
Edito

La Thaïlande, démocratie ou dictature ?

Quel démocrate serait pour un coup d’état militaire ? Pas un bien sur, et moi non plus. Ce n’est peut-être pas ce que l’armée a fait de mieux, ils ont estimé qu’il y avait urgence, et la tradition des coups d’état en Thaïlande a fini de convaincre les dernières réticences. Ils y sont allés à reculons, mais ils y sont allés ; le peuple les attendait pour remettre de l’ordre…

Oui, ce coup d’état a été applaudi, voire plébiscité  -Étonnant vu de chez nous en Europe- Rappelez-vous, les soldats étaient accueillis en libérateurs avec des fleurs, les gens, dont de nombreux touristes, se faisaient photographier avec leurs enfants sur les chars. Pas un seul coup de feu tiré, pas une seule victime. On avait jamais vu un coup d’état aussi bon enfant, et les médias internationaux d’en rajouter une couche ; la une pendant une semaine. Néanmoins, ce fût un coup d’état, il a eu lieu, c’est un fait historique que nous soyons d’accord ou pas. Pourtant, rien ne justifie un coup d’état en démocratie. Mais la Thaïlande était-elle en démocratie durant les mandats de Thaksin ? Bien sur que non !

Que penser d’un premier ministre affairiste qui confond allègrement sa poche et les caisses de l’état, qui continue de gérer ses affaires tout en gouvernant son pays, qui ordonne à des milices l’exécution sans procès de milliers de soit disant trafiquants lors de sa « war on drugs », qui cherche à placer neveux et oncles aux postes clés de l’armée et de la police, qui modifie les lois en fonction des intérêts de ses entreprises, faussant ainsi le jeu de la concurrence ? Et ainsi de suite, je ne vais pas refaire son CV ici.

Le coup d’état militaire du 19 septembre 2006

En quelque sorte, ce coup d’état s’explique, quand bien même il heurte nos convictions démocratiques. Dites vous bien que la Thaïlande n’est pas encore une démocratie. Certes, ce pays tend vers la démocratie, et l’atteindra prochainement, mais dans l’état actuel des choses, il n’est pas encore pertinent de comparer la Thaïlande et nos démocraties occidentales, pas plus que d’exiger  de la part de la Thaïlande des vertus démocratiques que nous même avons du mal à pratiquer.

L’armée a stoppé un retour vers la dictature, et réorienté le pays vers le chemin de la démocratie. Elle a tenu parole et rendu le pouvoir aux civils, le 7 février 2008

Le coté positif du coup d’état est qu’il a éloigné du pouvoir une très dangereuse graine de dictateur prête à éclore. Thaksin n’en était qu’au stade corruption, clientélisme, populisme quand son élan à été stoppé par l’armée. Les militaires ont alors promis de rendre le pouvoir aux civils après avoir relancé la machine démocratique, entre autre en modifiant la constitution par le bais d’un référendum national (le premier de l’histoire de Thaïlande) qui approuva cette nouvelle constitution à 57.81 %. C’est bien sur, toujours très inquiétant de savoir une armée aux manettes d’un pays, car dans l’immense majorité des cas elle garde le pouvoir jusqu’au prochain putsch militaire et ainsi de suite. En l’espèce, l’armée a tenu parole et effectivement rendu le pouvoir aux civils, le 7 février 2008. C’est le coté positif des mentalités dans l’armée actuelle en Thaïlande. Ce désir profond d’évoluer vers la démocratie (ça n’a pas toujours été le cas). Il est remarquable de voir une armée jouer ce jeu dans un pays qui se cherche.

L’armée a donc stoppé un retour vers la dictature, et a réorienté le pays vers le chemin de la démocratie. Ce ne fût pas chose facile, puisque les 2 Premiers Ministres qui se sont succédés dès ce retour à la démocratie civile (du même camp que Thaksin, entre temps rendu inéligible par la justice de son pays pour 5 ans) ont chacun à leur tour également été déposés.

Le passé c’est le passé. Aujourd’hui l’UDD s’engage à ne pas utiliser la violence pour atteindre son but. C’est parce que nous sommes pacifiques que nous avons besoin de réunir un million de personnes.
-Weng Tochairakarn, conférence de presse de l’UDD du 3 mars 2010 au FCCT .

Le premier, Samak, et son lourd passé, est resté premier ministre du 29 janvier 2008 au 9 septembre 2008, évincé par voie de justice pour diverses « irrégularités » et « infractions ». Entre temps, le Parti de Thaksin, TRT (le bien populiste « Les Thai aiment les Thai ») avait été dissous par la Cour Suprême pour toutes les « irrégularités » commises sous Thaksin, et s’était reformé aussitôt sous un autre nom : le PPP « le Parti du Pouvoir du Peuple ». Samak a été remplacé par Somchai Wongsawas, le beau frère (!) de Thaksin, également membre du PPP, qui a été premier ministre du 18 septembre 2008 au 2 décembre 2008. Il s’est fait remarquer pour la violence de la répression contre les « chemises jaunes » (plusieurs morts et de nombreux blessés). Le PPP a été dissous également par la justice à cause de l’achat massif de voix ayant permis l’élection de Samak, et Somchai a donc du quitter le pouvoir aussi.

Thaksin : populiste ou dictateur en puissance ?

L’élection de Thaksin que certains trouvent légitime et démocratique malgré l’achat massif de votes, et les « subventions » habillements distribuées (1 million de THB par village) à la veille du deuxième scrutin n’aurait jamais été entérinée dans aucun pays réellement démocratique. Bien sur, la corruption existait avant Thaksin, mais est-ce une raison pour que cela perdure ? De toute évidence, la Thaïlande est  capable d’évoluer vers plus de démocratie, et le système actuel est en cours de transformation vers plus de modernité à condition que les vieux barons laissent la place aux jeunes. Bien sur, les anciens s’accrochent, et pour beaucoup d’entre eux, tentent de s’affranchir des règles de la démocratie.

Le gouvernement thaïlandais essaye en ce moment de racheter Thaicom, l'entreprise de communication satellitaire vendue par Thaksin au holding singapourien Temasek

Thaksin serait crédité d’avoir fait avancer le coté social en Thaïlande, mais c’est faux, il a donné l’aumône aux plus pauvres et aux moins éduqués. Il a développé le crédit à la consommation (et non pas le microcrédit pour des investissements économiques). C’est ça du « social » ? Le tarif de 30 Bahts, pour tous, par consultation dans n’importe quel établissement hospitalier est encore un geste démagogique. En effet les soins étaient gratuits en Thaïlande dans tous les hôpitaux publics, il s’agissait simplement  d’inciter les cliniques privées à ne facturer que 30 bahts, le reste devant être compensé par l’état.

Qu’a-t-il fait d’autre pour le peuple ? Rien, il s’est surtout occupé de ses propres affaires, et a usé de sa position pour les faire prospérer. La valeur de « Shin Corp » a été multipliée par 4 durant son mandat, et quand il a vendu une partie de cette entreprise au singapourien « Temasek », les comptes ont été publiés, et on s’est aperçu alors que  durant le mandat de Thaksin « Shin Corp » n’avait jamais payé d’impôts.

Il aura fallu qu’un jugement condamne Thaksin à la saisie d’une partie de ces avoirs indument gagnés pour que commence ce rassemblement des « rouges ». Thaksin, en fuite pour éviter d’exécuter une peine de 2 ans de prison pour malversations financières dans une autre affaire, avait, depuis l’étranger,  annoncé 1 millions de manifestants rouges. Au plus fort de la manifestation ils n’étaient qu’une vingtaine de milliers, payés 500 bahts par jour pour la piétaille. A la fin, ils n’étaient plus que 3000.

Les revendications des rouges étaient aussi simples qu’injustifiables légalement : Dissolution du parlement, démission du gouvernement, grâce et retour de Thaksin en Thaïlande, élections générales (truquées bien sur) pour remettre Thaksin au pouvoir, et retour à la constitution de 1997 (plus avantageuse pour Thaksin).

La révolution ratée de l’UDD

Ce mouvement s’est intitulé UDD « Union pour la Démocratie et contre la Dictature» ce qui a trompé la presse mondiale sur le but final que s’étaient fixés ces aventuriers de la politique. La presse, à de très rares exceptions près, a été en dessous de tout ; il suffisait pourtant simplement d’étudier le dossier pour se rendre compte que l’UDD ne cherchait que le pouvoir en utilisant les masses rurales. C’est en fait l’Union pour la Dictature et contre la Démocratie qu’il fallait comprendre dans le sigle « UDD » !

Thaksin étant en fuite, quelques pirates ambitieux de la politique, dont certains de ses anciens lieutenants, l’ont secondé en Thaïlande pour embrigader les « rouges », faisant de familles entières des boucliers humains en prévoyance d’une éventuelle charge des militaires.

Mais qui sont ces dingues jusqu’au-boutistes qui poussent des milliers d’innocents thaï de province à venir se faire massacrer dans le seul but d’accéder au pouvoir ? Le lavage de cerveau aura fonctionné, et l’émulation collective aura fait le reste. Comment faire comprendre aux manifestants de base que le but des leaders rouges est de prendre le pouvoir, de créer une fausse république / vrai dictature, alors que les haut-parleurs crachent la propagande 24 heures sur 24 dans le « campement » des rouges. L’élite rouge est à l’œuvre pour prendre le pouvoir et poursuivre cette bonne vielle tradition thaï de s’en mettre plein les poches.

Je vous garantis que Bangkok va se transformer en une mer de flammes. Ceux d’entre vous qui vivent en province, ce n’est pas un problème. Si quelque chose arrive, il vous suffit de vous rassembler devant vos mairies. Pas besoin d’attendre l’ordre. Brulez tout jusqu’au bout.
-Arisman Pongruengrong membre de la direction de l’UDD.

Les évènements des derniers mois leurs sont tellement montés à la tête qu’ils perdent toute mesure, tout bon sens. Au point que, même s’ils gagnaient, Thaksin, l’initiateur et commanditaire de ce gâchis, risque d’être évincé par les nouveaux leaders de cette insurrection anti-démocratique qui se sentiront légitimés du fait de leur présence sur place lors des combats. En cas de victoire des rouges, ces leaders assoiffés de pouvoir et d’argent se déchireraient entre eux.

Le premier ministre Abhisit aura fait tout ce qui était en son pouvoir pour éviter les violences et pour maintenir l’état de droit, et ces extrémistes du néant n’ont pas voulu attraper les perches tendues – ce qui a provoqué la démission de Veera (l’un des leaders rouge) qui avait accepté le gentleman agreement à son corps défendant – L’UDD a atteint le point de non retour à force de surenchérir sur les conditions de la réconciliation nationale proposée par le Premier Ministre. Abhisit a alors du retirer sa proposition d’élections anticipées…Il était déjà allé bien loin dans les concessions.

Sentant la défaite proche, les leaders rouges ont démissionné, abandonnant leurs ouailles sur place, non sans les avoir préalablement briefés une dernière fois : genre, je cite  « 1 litre d’essence par personne multiplié par 1 million, ça fait 1 million de litres d’essences…assez pour mettre le feu à tout Bangkok… » Voilà le genre d’ « hommes politiques » auquel la Thaïlande vient d’échapper. Heureusement, les 3000 manifestants restant n’ont pas tous obéi, et c’est pour cela que « seulement » 37 bâtiments ont brulés dans Bangkok cette nuit là…Du terrorisme, ni plus ni moins.

Thaksin, en fuite, et ses « généraux » sur place portent la responsabilité morale à eux seuls de l’hécatombe et des dégâts. Ils devront aussi en supporter la responsabilité pénale devant les tribunaux thaï, mais aussi devant le Tribunal International de La Haye, avec en plus pour Thaksin la charge de son épuration (gentiment dénommée : « war on drug »). Ce serait la moindre des choses pour que les prochains candidats à la dictature réfléchissent à deux fois avant de se lancer dans de telles aventures.

Denys Tellier

Tribune libre publiée sous la responsabilité de son auteur. Les inter-titres sont de la rédaction.

Redaction Bangkok

Par Redaction Bangkok

La rédaction de thailande-fr est installée à Bangkok depuis 2007, avec un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires d'écoles de journalisme et de communication.

26 réponses sur « La Thaïlande, démocratie ou dictature ? »

Parce que l’achat de voix et le melange pouvoir/business perso cela te semble democratique ? c’est pas plus different que les regulieres embrouilles aux elections dans les pays africains, certes on est pas dans le 99% absurde mais c’est dans l’idee. De plus les 2 autres ministres apres Taskin se sont fait evinces pour des raisons tout a fait legales.

C’est un excellent manipulateur, la preuve la plupart des gens de la presse et souvent les etrangers lies a des rouges (parce que venant de l’Issan souvent) se retrouvent dans leurs idees alors qu’au final leur idee c’est quoi ? faire revenir leur « idole » pour qu’il continue a redistribuer son fric, des broutilles pour la population moyenne mais qui satisfait pleinement ces classes pauvres qui son des assistes (ce seraient de parfait rmistes en France…)

Bjr,
Que la Thailande ne devienne pas comme nos Pays européen ou tout ce dégrade a fond de libéralisme a outrans ,certe la valeur qui reste en Thailande ou dans d’autre endroit du sud est asiatique et l entraide et l’etre humain qui est passé quand meme en avan et pas le fric le fric le fric.Il y a t-il un régime démocratique qui soit bon ,ben voyez vous je ne le pense pas car au nom d’une democratie on laisse les gens sans rien d’un droit de grêve au compte goute ou la population n’est plus entendu et ne peu faire acte de présence plus de deux jours vue les salaires des ouvriers.
Notre modele s’efondre sur tout point de vue ,que la Thailande ne soit pas democratique comme nous car la, ils courerons a leur perte comme nous sommes en train de couler

Je préfère une dictature ou on sais a quoi s’attendre qu’une démocrassie ou on fais semblant que le peuple a le choix. C’est très bien comme ça et j’espère bien que cela ne changera pas je quitte l’Europe pour vivre quelque chose de différent pas pour voir mon pays d’origine occidental détruire le reste du monde…

À Syned : En Thaïlande depuis 1987, avec 13 ans dans le Sud, ce qui donne une bonne connaissance des Democrates en place aujourd’hui ! Et ses dix dernières années entre Bangkok et le Nord, ce qui donne aussi une idée sur cet électorat, dit pro-Thaksin. Ils ne sont d’ailleurs pas tous du Nord, comme cela a été démontré ses dernières semaines avec les manifestations!
Dans tout mon paragraphe écrit précédemment, je ne fais pas non plu une seule allusion à la France, comment pourrais-je ? Après 23 années passer ici !
En 2006, oui ! il y avait une partie de la population qui était contente, mais il y avait aussi 60.7 % qui avaient voté Thaksin en 2005! Syned me dira ! Des votes achetés ! Des illettrés qui ne devraient pas avoir le droit de vote !
Surayud n’était qu’un exemple, il y en a tant d’autres ! Par contre il était sensé représenté une morale anticorruption de l’après Thaksin mise en place par la junte ! Pour ceux qui si intéressent le dossier est intéressant ! Pour peut, que vous puisiez y accéder !
Le referendum ! Aujourd’hui étudié en classe de droit internationale ! Faites des recherches sur internet, elles ne sont pas encore censurées ! « is the Thai constitution credible ». Sydned, en France, on ne vote pas quand le pays est sous la loi martiale ! Et pour ceux qui avaient oublié, il y avait eu une loi passée juste avant le referendum mettant illégal toute critique public du texte de la constitution !
La constitution 2007, l’avez-vous lu ? Connaissez-vous ses changements profonds par rapport à celle de 1997 ? Si oui ! S’il vous plaît, résumez-la en quatre lignes ! On reparlera après de démocratie !
Censure de la presse PROVISOIRE ! Alors là ! Cela, c’est de l’info ! Pour quand ?
Abhisit, chef du gouvernement ! Et moi qui ai arrêté de croire au père Noel quand j’avais 5 ans, j’aurais tellement voulu continuer !
Merci « Durieu », tu conclus intelligemment ce débat !
Il serait temps de parler de réconciliation, d’arrêter cette chasse à la sorcière avant qu’il ne soit trop tard !
Et je me dis ! Qu’un jour peut-être ce débat pourra avoir lieu sans sujet tabou, le vrai sujet quoi !

S’il n’y avait pas la possibilité de réagir ici, je dirais que ce site est à l’image du gouvernement Thaïlandais actuel : dans le manque total d’objectivité, mais par contre totalement orienté vers le maintient de l’ordre ancien et des privilèges d’une minorité. Ce n’est pas parce que Taksin est critiquable que cela justifie de bafouer les droits de l’opposition, les droits de l’homme et de fouler au pieds la constitution, la démocratie et le suffrage universel !
Si la fin justifiait vraiment les moyens comme le proclame en substance cet article, alors tout serait permis. Ici, on veut nous faire croire qu’avoir voler au moins 3 fois le résultat d’une élection à la majorité des Thaïlandais est acceptable voir motivé par la démocratie… C’est dingue. Je me demande comment on peut en arriver à un pareil degré d’aveuglement intellectuelle, voir de malhonnêteté intellectuelle…

à Toto : Vous dites ne pas être pro-Taksin…mais vous êtes tombé dans son piège.
Vous êtes probablement un démocrate ainsi que vous le prétendez, mais votre problème est que vous n’avez pas suivit les évènements et que vous avez donc mal analysé la situation.
Etiez-vous là lors du coup d’état de 2006 ? ou au moins avez vous vu la télé, lu les journaux d’ici et d’ailleurs, avez-vous seulement jeté un œil sur le net ? Si oui, vous ne pouvez pas prétendre que ce coup n’a pas été très bien accueilli.
Concernant Thaksin qui d’après vous est un pur… Non vraiment, informez vous avant de vous ridiculiser avec de pareils assertions.
Surayud, et sa maison de Khao Yai; c’est clair il a eu tord, on ne construit pas dans un parc national par le simple fait qu’on est bien placé. La maison a été saisie, et détruite , et de nombreux autres pseudo propriétaires de ce genre ont du aussi rendre leurs terrains. Ceci n’est qu’une des preuve que la Thailande progresse doucement mais surement vers un état de droit et donc vers la démocratie.
Quand au référendum, je n’ai pas vérifié les chiffres, mais d’après vos dires, 15 millions de voix contre 11 millions, le résultat me semble entendu : Un succès pour la nouvelle constitution. En France non plus on ne compte pas les gens qui ne votent pas, et nous connaissons des taux d’abstention largement pire.
Qu’est- ce qu’une constitution ? renseignez-vous ! c’est la justice qui gracie, ou ne gracie pas, c’est la justice qui juge ! pas la constitution. Ce n’est pas non plus le sénat qui « auto élie » ses membres, mais un certain nombre est nommé, ce qui ,il est vrai, peut sembler douteux. Le système est ainsi depuis longtemps, et comme l’article le souligne la Thailande n’est pas encore un modèle de démocratie, mais il y tend par les progrès constants que l’on peut constater et par le désir de démocratie que l’on ressent dans le gouvernement actuel.
Les freins à une démocratisation totale et brutale sont justement les tendances à la dictature que l’on ressent chez certains politiciens à l’ancienne. Quand tout le monde sera disposé à jouer le jeux de la démocratie avec les mêmes règles, alors certaines barrières tomberont. Il ne faut qu’une seule règle acceptée par tous, et pour le moment chacun joue avec ses propres règles. 18 coups d’états ; c’est vrai, et c’est toujours comme cela dans les pays n’ayant pas encore atteint un niveau de démocratie acceptable, mais le dernier était me semble -t-il différent puisqu’il a virer un dictateur potentiel et relancer l’évolution vers démocratie.
Des sites fermés et la liberté de la presse bafouée dites vous ? c’est vrai, et c’est regrettable (bien que cela soit provisoire) (Et la France n’a actuellement pas de leçons à donner sur le sujet; il suffit de regarder le dernier classement de reporters sans frontières pour s’en rendre compte). Donc liberté de la presse restreinte pour le moment, ça s’explique. Démocratie n’a jamais voulu dire faiblesse, la démocratie (le début de) est en danger, et elle se doit de se défendre pour progresser; Thaksin propriétaire de nombreux médias (y compris TV) se sert a titre personnel de la visibilité qu’offrent ses médias à des fins politiques pouvant mener à la dictature…La démocratie a le droit et le devoir de se défendre, elle doit être forte pour survivre et progresser.
Si vous êtes vraiment un démocrate, ainsi que vous le prétendez, et si vous n’êtes pas un agent de thaksin alors réveillez-vous et ne vous trompez pas de combat. Le gouvernement actuel est légitime, son chef est un politicien qui rompt très nettement avec les anciennes méthodes.

A ceux qui soutiennent les dictatures et en réponse à bart qui demande quelle est la légitimité de l’auteur du texte, je répond que ce dernier connait parfaitement la Thailande et le monde asiatique depuis plus de 30 ans. Ses analyses sont toujours étayées de faits réels. Nous ne sommes donc pas ici dans la prise de position gratuite et stérile, mais bien dans l’argumentation factuelle liée au vécu de l’intéressé et à la réalité du pays. L’auteur de cet éditorial ne se revendique pas journaliste, mais simple citoyen du monde cherchant à comprendre pourquoi l’Homme a cette soif de pouvoir au point d’en oublier qu’il n’est que de passage sur cette terre. Maintenant, faut obligatoirement être journaliste pour avoir le droit d’émettre un avis et analyser une situation?

Quelle honte d’écrire des stupidités comme cela, et ça s’appelle du journalisme !
Coup d’État a été applaudi: PAR QUI ?
Thaksin, et la corruption: du 19 Septembre 2006 jusqu’au début de 2008, aucun élément de corruption, simplement une histoire de terrain (payé d’ailleurs), il serait bien de parler de l’affaire du General Surayud (1 er ministre en 2006-2007) avec son terrain sur Khao Yai.
Election pour la constitution de 2006 avec la moitié du pays sous la loi martiale (pas de rassemblement de plus de 5 personnes etc..) ! 45 millions d’électeurs, 15 millions ont voté OUI, 19 millions n’ont pas voté et 11 millions ont voté Non.
Dans cette nouvelle constitution tous les généraux du coup d’État étaient graciés ! Avec un sénat qui auto élie la moitié de ses membres !
L’armée a réorienté le pays vers le chemin de la démocratie, Oui, avec 18 coups d’État depuis les années 50 ! Plus de 250 sites internet fermés ! Pas de liberté de presse !
Et surtout un bilan misérable ! Le pays était revenu 20 ans en arrière !
J’arrête là, c’est mieux ! De toute façon, cela n’est certainement pas fini, on en est loin !
PS : Je ne suis certainement pas un PRO-THAKSIN ou PRO-ROUGE, UN DÉMOCRATE (au sens du mot) TOUT SIMPLEMENT !

Merci pour cet article intelligent et argumenté avec une honnêteté scrupuleuse. Constater combien les partisans des Rouges enragent dès que, tout simplement, la vérité est dite est bien significatif de leur mauvaise foi. Une volonté de subversion qui ne se nourrit que de mensonges… Qui se souvient de tous ces intellectuels, le plus souvent Français, qui ont soutenu le mouvement des Khmers rouges ? Un génocide qui devrait les inciter à quelque humilité… et surtout de réserve dans la propagation du malheur hors de chez eux.

Ça me fait pitié un article aussi minable. Dire que l’on vous paie pour écrire des bourdes semblables. Continuez votre petit confort de France.
Sûrement que mon commentaire ne passera pas. Je serai en droit alors de me demander si la vérité choque ?

Gilles, vous faites très fort dans votre genre: faire l’amalgame entre les révolutionnaires de la Terreur, les différentes mouvances socialo-communistes dans l’histoire (ce que vous appelez les « rouges », une succession de doctrines et mouvements hétérogènes) et les Chemises rouges thaïlandais c’est, dans le meilleur des cas, grotesque! Vous semblez réduire l’histoire de la pensée politique sur plusieurs continents à un éventail de couleurs primaires. Quand je vous lis je me demande s’il ne serait pas judicieux de retirer le droit de vote aux daltoniens.
Ah si seulement tout était aussi simple, les manuels d’histoire cesseraient de mettre à l’épreuve la colonne vertébrale des collégiens.

PS: Avant que vous ne m’accusiez d’être dans le fameux camp des « Rouges », je tiens à préciser que je suis un libéral convaincu et un ardent défenseur du capitalisme.

Excellente (enfin) analyse de la situation. D’accord à 100% avec cette vision des choses. Arrêtons de voir dans les « rouges » de gentils paysans assoiffé de démocratie.

Pour le paiment des 500 THB / jour, voir également le lien suivant; le jour ou la « fourche de Thaksin a langué » On voit bien l’hésitation qui suit, et le geste indiquant « trop tard, c’est fait ». juste avant, il avait tourné la tête vers la droite…un de ses conseiller tentait de la faire taire, mais trop tard ! Non seulement les manifestants étaient payés, on l’a vu, mais en plus on sait par qui: http://www.youtube.com/watch?v=18EmuIA4PbI&NR=1

Merci SNN, merci Thailande-Fr.com pour un article de la verite. Mon meilleur choice comparer a Lepetitjournal ou Gavroche.

article completement biaise !! faux archi faux !! la thailande est une dictature militaire !!plus hypocrite que les autres en asie du sud est ! LE CHEF ACTUEL DE CETTE DICTATURE EST LE GENERAL PREM, grand ami de la reine….c’est lui qui dirige tous, abhisit n’est qu’un pantin entre ses mains !! Gilles…les purgent…se font depuis longtemps…les jaunes sont partout…ils representent l’extreme droite pure et dure !!

C’est d’un tel ridicule que, cette fois, Thailande-fr se sent obligé de mettre un avertissement pour se dégager de toute responsabilité… Y a t-il une telle pénurie de vrais journalistes ???

Voilà enfin en article qui met du baume au cœur des amis de la Thaïlande. Les articles de personnes de bonne foi, respectueuses de la vérité sont malheureusement trop rares ces derniers temps dès qu’il s’agit de parler de la Thaïlande, pays de liberté où le droit se respecte… Depuis trop longtemps se déchaînent des articles d’alter-mondialistes, communistes, cryptocommunistes encensant les Rouges… Il est bien évident que si les Rouges venaient au pouvoir, les purges se succéderaient, et d’abord au sein des Rouges. La première victime d’une de leurs purges a bien été le général Seeh Daeng, qui comme cela a bien été rappelé au cours d’un récent « C dans l’air » a succombé à un tir venu de son propre camp. L’une des prochaines victimes d’une de ces purges dont est jalonnée depuis la Révolution française l’histoire des Rouges serait bien sûr Thaksin…

Analyse décevante, superficielle et simpliste!
Encore une fois les médias francophones montrent leurs limites alors que les analystes anglophones font preuve d’objectivité et vont au fond des choses. Il ne reste aux pauvres monoglottes parmi nous qu’à utiliser Google Traduction pour pouvoir profiter du contenu de qualité que propose, par exemple, Bangkok Pundit.
Une chose est sûre, Thaïlande-fr n’a absolument rien à craindre du formidable dispositif de censure mis en place par le gouvernement du moment…

C’est vraiment la première fois que je lis une analyse aussi pertinente, aussi explicite sur tout ce qui s’est passé ces dernières années, ces derniers mois. On vu et lu tant de choses que je félicite l’auteur pour son objectivité.

Il n’y a jamais eu aucune répression contre les chemises jaunes.
Les Chemises rouges n’ont jamais été payées 500 bath par jour, çà c’est un très gros mensonge, uniquement une aide collective de la population anti-gouvernementale.
Voila un article bien ficelé pro-Abhisit.

Voilà un article de quelqu’un qui « voit clair » sur ces événements récents, un francophone qui ne regarde pas à travers une sorte de « filtre » marxisant obsessionnel ! (je noterais cette citation de Thaksin lui-même, alors qu’il était PM, pendant une conférence de Presse : « la démocratie n’est pas notre objectif »)

Laisser un commentaire