Samedi , 25 octobre 2014
Accueil > Société > Environnement > Meurtre d’un écologiste: Human Right Watch demande une enquête

Meurtre d’un écologiste: Human Right Watch demande une enquête

Les autorités thaïlandaises doivent immédiatement enquêter sur l’ assassinat de Prajob Nao-opas, un écologiste de premier plan dans la province de Chachoengsao, a déclaré Human Rights Watch.

Les mesures prises par le gouvernement pour protéger les défenseurs des droits humains, y compris les écologistes, qui se battent pour leurs communautés se sont toujours avérés insuffisantes pour enrayer le cycle des violences en Thaïlande.

contaminated

Plan d’eau contanminé à Chachoengsao Photo : healthcareasia.org

 

Depuis 2001, plus de 30 défenseurs des droits de l’homme et défenseurs de l’environnement ont été assassinés en Thaïlande. Un révélateur de l’impunité qui entoure en général ce genre de crimes:  un suspect a été inculpé dans moins de 20 % des cas, et les personnes reconnues coupables sont souvent de simple exécutants, comme le conducteur de la voiture qui a servi à la fuite.

« Les enquêtes de police ont été caractérisées par un travail policier  incohérent et inefficace, et une réticence à aborder les questions de collusion entre les influences et les intérêts politiques et ces meurtres de militants», a dit Adams.

Le 25 Février 2013, aux alentours de 2 heures, un homme armé a abattu  Prajob, 43 ans de quatre balles dans un garage sur la route de Phanom Sarakham-Ban Sang dans le district de Chachoengsao province de Phanom Sarakham alors qu’il attendait  des mécaniciens pour réparer sa voiture. D

Des témoins ont rapporté à Human Rights Watch que Prajob a été grièvement blessé et est mort pendant son transport à l’hôpital.

«Le meurtre de sang-froid Prajob marque encore un autre exemple de l’échec fondamental des autorités thaïlandaises pour protéger les militants qui risquent leur vie en défendant leurs communautés», a déclaré Brad Adams , directeur pour l’Asie de HRW.

«Le gouvernement doit entreprendre une enquête sérieuse afin que les responsables de sa mort à la justice, quelle que soit l’affiliation politique ou le statut des tueurs. »

Depuis Février 2012, Prajob avait conduit les villageois dans une campagne pour dénoncer le déversement de déchets toxiques dans la province de Chachoengsao de Phanom Sarakham et Plaeng districts Yao.

De nombreux étangs de la région ont été remplis de produits chimiques dangereux provenant des zones industrielles le long de la cote est de la Thaïlande. Les sources d’eau et des terres agricoles ont été contaminées par un grand nombre de substances toxiques – tels que le phénol cancérigène à un niveau 30 fois la limite de sécurité. Les décharges sont principalement situées sur un terrain élevé, ce qui entraîne des déchets toxique dans les voies navigables et les étangs.

En dépit des protestations publiques régulières et un grand nombre de plaintes déposées par les villageois, Prajob et d’autres sur le déversement de déchets dans la province de Chachoengsao, le gouvernement thaïlandais a pris peu de mesures.

En Décembre 2012, Prajob dit à sa famille qu’il avait reçu des avertissements de la police Chachoengsao qu’il pourrait y avoir une menace sur sa vie. Depuis lors, il a remarqué et signalé à la police qu’il a souvent été suivi et photographiée par des hommes non identifiés à moto. En dépit de ces menaces explicites, personne ne lui a proposé des mesures de protection.

Une situation similaire au Cambodge

Le journaliste environnementaliste Hang Serei Oudom, qui travaillait pour le bi-hedomadaire Vorakchun Khmer Daily, a été retrouvé assassiné le 11 septembre 2012, au nord de la province de Ratanakiri (nord-est du Cambodge).

C’est le deuxième meurtre de journaliste au Cambodge, lié à la défense de l’environnement, en moins de six mois.

Le cyber-activiste et environnementaliste, Chut Wutty, avait été tué par un policier alors qu’il accompagnait deux journalistes du Cambodia Daily sur des zones forestières protégées, le 26 avril 2012.

 

 

A propos de Redaction

La rédaction de thailande-fr est intallée à Bangkok depuis 2007. Elle comprend un rédacteur en chef, des pigistes, et des stagiaires en provenance d'écoles de journalisme et de communication.