Depuis 2004 et le regain de troubles dans le Sud musulman de la Thaïlande, les autorités ont dénombré plus de 11 000 actes de violence, dont près de 8 000 imputés aux militants séparatistes, qui ont fait 4 317 morts et 7 135 blessés. Leur mouvement s’appuie sur un ressentiment de longue date envers la majorité bouddhiste thaïlandaise.

Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous.


Bonjour, la lecture de cet article est réservé à nos lecteurs ayant souscrit un Abonnement Prélèvement Mensuel, Abonnement Premium 3 mois, Abonnement Relax 6 mois or Abonnement Zen 1 An


Découvrez notre offre d' Abonnement